Extension Factory Builder
23/09/2013 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une enseignante en formation Afripédia au Mali, à Koulikoro. Une enseignante en formation Afripédia au Mali, à Koulikoro. © Boukary Konaté - fasokan.com

Rendre l'encyclopédie participative Wikipédia un peu plus africaine. L'objectif du projet Afripédia, lancé à l'été 2012, était ambitieux. Un an plus tard, le bilan est positif : une implantation dans treize pays, des formations régulières et des centaines de contributions pour plus d'1 million d'octets de données…

Il y a encore un an, Wikipédia s'inquiétait du peu de contributions venues d'Afrique. Dans les articles géographiques, il arrivait même de constater qu'une montagne était décrite alors qu'il ne s'agissait (au mieux) que d'une simple colline. Depuis, le projet Afripédia, lancé à l'été 2012, a bien avancé. Et si Wikipédia n'est pas encore africain, et pas encore parfait, la voix du continent commence à s'y faire entendre.

>> Cliquez pour connaître le mode d'emploi d'Afripédia <<

En un an, grâce à une centaine de contributeurs plus ou moins réguliers, quelque 300 contenus, sans compter les innombrables corrections apportées aux articles existants, ont été édités via Afripédia, pour plus d'un million d'octets et plus de 100 pages créées, dont environ 70 concernent le continent africain (voir graphique ci-dessous). Un véritable apport, certes pas encore colossal, mais qui favorise l'intégration de la culture africaine à la plateforme.

Les contenus politiques y sont omniprésents. Sur les trente sujets créés au sujet du Mali, par exemple, 28 concernent des personnalités politiques, de Alpha Bocar Nafo à Moussa Sinko Coulibaly, en passant par Diango Cissoko. Pour la Côte d'Ivoire, la disproportion est moins flagrante avec trois sujets politiques, deux articles sur le foutou, un sur la cabine téléphonique cellulaire en Côte d'Ivoire et un dernier sur le transport lagunaire à Abidjan.

Leadership malien

Si treize pays ont été atteints par Afripédia, le niveau de production reste très inégal. Le Sénégal n'est concerné que par deux sujets, alors qu'il accueillait une formation en mai dernier, tout comme le Niger, où Afripédia est disponible dans les universités de Niamey. Le Mali fait figure d'exemple, avec des formateurs motivés que sont le blogueur Boukary Konaté et Michel Namar, responsable du campus numérique francophone (CNF) de Bamako, qui affirme avoir formé 279 personnes et installé Afripédia à Bamako, Ségou ou encore Katibougou, à 60 km de la capitale.

Sur le campus de l'université de Bamako, le nombre de connexions à la plateforme est ainsi passé, en un an, d'une dizaine à plus de 200 connexions par jour aujourd'hui. Ce qui n'a pas été sans peine. "Au départ, nous n'avions pas précisé que l'accès était gratuit", raconte Adrienne Alix, responsable du programme chez Wikimédia France. "Or les étudiants ont tellement l'habitude de payer pour avoir accès à ce genre de contenu qu'il préférait au début ne pas y aller".

Objectif langues africaines et smartphones

Loin de Bamako, c'est en RDC qu'Afripédia tente aujourd'hui de se déployer, dans un style un peu différent. "Nous ne pouvions pas vraiment utiliser le wifi, les ordinateurs n'étant pas forcément adaptés et les smartphones étant trop peu nombreux", raconte Adrienne Alix, qui explique avoir "opté pour une installation via un serveur, auxquels les autres ordinateurs accèdent en réseau". Premier équipé, le Centre de documentation de l'enseignement supérieur, universitaire et de Recherche à Kinshasa (Cedesurk), qui a accueilli les participants à la formation de juin 2013, dont des habitants de Kisangani, de Bukavu, de Brazzaville et de Bujumbura, au Burundi.

Afripédia espère développer le contenu en langues swahili, lingala et bakongo, qui ont d'ores et déjà été intégrées à la partie Wiktionnaire de la plateforme.

Depuis, le nombre de connexions a dépassé la barre des 100 000, et toutes les universités du pays ont manifesté leur engouement. Afripédia espère développer le contenu en langues swahili, lingala et bakongo, qui ont d'ores et déjà été intégrées à la partie Wiktionnaire de la plateforme. "Certaines des personnes avec qui nous travaillons redécouvrent que leur langue peut également être utilisée dans une forme écrite", témoigne la responsable du projet, qui espère développer ce multilinguisme en Afrique de l'Ouest également.

Autre piste évoquée, encore en phase de test : adapter la plateforme Wikipédia hors-ligne pour qu'elle soit accessible des téléphones de type Androïd ainsi que des tablettes. Un potentiel de développement énorme, notamment en Afrique de l'Ouest. Déjà assuré d'être financé pour les deux ans à venir, avec le concours de l'Institut français et de l'Agence universitaire de la Francophonie, Afripédia a encore de l'ambition. Dans sa ligne de mire, le Gabon et le Cameroun, où une nouvelle formation, à Yaoundé, est prévue pour le mois d'octobre.

Un Afripédia anglophone, c'est possible ?

Pour le moment, le projet Afripédia s'est focalisé sur la sphère africaine francophone. Mais peut-il s'y limiter ? "Nous avons des demandes de pays anglophones, notamment l'Ouganda", explique Adrienne Alix, expliquant que Wikipédia est pour le moment en échec dans les milieux africains anglophones, faute de réseau suffisamment développé, comme ceux de l'Institut français et de la Francophonie.

"Même si nous décidions d'élargir notre champ d'action aux pays anglophones, nous aurions de toute façon un problème technique qui nous empêcherait d'agir", ajoute la responsable de Wikimédia France. De fait, la version en anglais de Wikipédia est plus lourde que la francophone et aucune technologie de type clé USB proposée par Afripédia ne permet pour le moment de la supporter. Afripédia restera donc, au moins pour un temps, l'apanage de la langue de Molière.

Par Mathieu OLIVIER

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

Infographie : le Burkina des coups d'État

Avec l'arrivée au pouvoir du président de transition Michel Kafando, le Burkina Faso retrouve un chef d'État civil après quasiment un demi-siècle de pouvoir militaire. Retour, en infographie, sur[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale [...]

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le[...]

Triple explosion meurtrière à la mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria

Trois bombes ont explosé vendredi dans l'enceinte de la grande mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria. Au moins 64 personnes ont été tuées et 126 blessées.[...]

Burundi : chambardement dans le cabinet de Nkurunziza

Pierre Nkurunziza a signé vendredi une série de décrets relatifs à la "réorganisation des services de la présidence". Parmi les têtes qui ont volé, on note celle de[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo ou l'État incarné

Le 30 novembre 1989, le premier président de la République du Cameroun meurt. Les politiciens de 1958 avaient cru élire cet autodidacte pour une brève transition. Vingt-quatre ans plus tard, il quitta[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo, 25 ans d'exil funéraire

À l'occasion de la commémoration du 25 anniversaire de la mort d'Ahmadou Ahidjo, Jeune Afrique réédite une série d'articles consacrés à l'ex-président camerounais[...]

Bénin : la Cour constitutionnelle met fin au débat sur un éventuel troisième mandat de Boni Yayi

Dans une décision rendue le 20 novembre, la Cour constitutionnelle s'est prononcée contre toute révision de la Constitution permettant au président béninois, Thomas Boni Yayi, de briguer un[...]

Namibie : Pohamba, deux mandats et puis s'en va

Si dans certains pays africains, les chefs d'État, une fois arrivés en fin mandat, tentent de toucher à la Constitution pour s'accrocher au pouvoir, Hifikepunye Pohamba, le président namibien, a choisi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces