Extension Factory Builder
06/09/2013 à 14:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le nouveau président Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre, Oumar Tatam Ly. Le nouveau président Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre, Oumar Tatam Ly. © AFP/DR/Montage J.A.

En nommant Oumar Tatam Ly, conseiller spécial du gouverneur de la BCEAO, comme Premier ministre, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) entend marquer sa volonté de rupture avec la gouvernance de ses prédécesseurs, Alpha Oumar Konaré (AOK) et Amadou Toumani Touré (ATT).

Mis à jour le 11/09 à 11h55.

Erratum
Dans sa première version, cet article contenait une citation attribuée par erreur à Soumaïla Cissé, président de l'Union pour la république et la démocratie (URD) et ancien candidat à la présidence de la république du Mali. Il s'agissait d'une réaction à la nomination du Premier ministre malien Oumar Tatam Ly. Ce très regrettable malentendu a été rectifié et nous présentons à l'intéressé ainsi qu'à nos lecteurs nos sincères excuses pour la gêne occasionnée.

________

C'est un « techno ». Mais surtout un quasi inconnu. Pour conduire son premier gouvernement, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) a privilégié la rupture et la compétence en matière économique. Si le nom d'Oumar Tatam Ly, conseiller spécial du président de la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest (BCEAO), revenait avec insistance, parmi d'autres, depuis le second tour de l'élection présidentielle, l'effet de surprise n'en a pas été pour autant diminué. À peine l'annonce connue, les médias maliens avaient du mal à cerner ce banquier de 49 ans, se bornant à reproduire un CV sans âme égrenant les principales étapes du parcours ayant conduit cet agrégé d'histoire et diplômé de l'Essec de la Banque mondiale à la BCEAO, après un bref passage à la présidence comme conseiller au début du premier mandat d'Alpha Oumar Konaré (AOK).

Dans l'entourage d'IBK, on estime que le score écrasant fait par le nouveau président au second tour lui impose de se placer « au-delà des clivages politiques ». « Tatam Ly est réputé compétent, il est jeune, et surtout il n'est pas lié aux deux décennies du règne AOK-ATT », analyse un cadre de l'équipe de campagne du nouveau président. Manifestement, IBK place au-dessus de toute considération la rupture avec cette gouvernance aujourd'hui honnie des Maliens, qui fut invoquée par les militaires de Kati ralliés au capitaine – aujourd'hui général 4 étoiles – Amadou Haya Sanogo pour justifier leur putsch de mars 2012. Or sur l'échiquier politique malien, il est bien délicat de trouver un responsable politique d'envergure qui n'ait pas occupé de fonction de premier plan au cours des deux dernières décennies.

« Comme vous l'aurez remarqué, le président n'a cité dans son discours d'investiture ni Konaré ni ATT », ajoute la même source. À l'inverse, il s'est fendu d'un court mais vibrant hommage à Moussa Traoré, qualifié de « grand républicain » pour avoir été le seul ancien président malien à faire le déplacement en ce jour symbolique – AOK ne lui a même pas envoyé de message de félicitations. « IBK a opté pour un profil technique à la primature car lui-même incarne déjà un profil politique, résume l'un de ses proches. Il n'était pas nécessaire de doublonner. Ses ministres, qui seront expérimentés sans toutefois être liés à la gestion passée, viendront compléter le tableau. »

"Compétent, carré, intègre"

Discret, voire introverti, « Thierno » – comme le surnomment ses proches – a la réputation d'un homme « compétent » et « carré ». « Il est intègre, fait valoir un proche de sa famille, qui le connaît bien. Il n'est jamais allé chercher sa pitance auprès du pouvoir. » Placé à la BCEAO au début des années 1990 par Alpha Oumar Konaré, selon la même source, Oumar Tatam Ly est issu d'une famille peule qui a croisé la route d'IBK depuis de longues années. Selon un collaborateur du nouveau président, ce dernier « avait beaucoup d'estime pour son père », l'écrivain engagé Ibrahima Ly, opposant résolu à la dictature de Moussa Traoré.

Quant à sa mère, Madina Tall Ly, elle eut IBK pour adjoint lorsqu'elle fut directrice de campagne d'Alpha Oumar Konaré. « Son profil présente de nombreux atouts, conclut un conseiller du président. Il a une bonne image auprès des bailleurs, il incarne la nouveauté et ne s'est pas compromis dans la gestion des équipes précédemment en place au Mali. C'est aussi une belle machine intellectuelle, qui a participé dans les coulisses à l'élaboration du programme présidentiel. »

________

Par Mehdi Ba, envoyé spécial à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers