Extension Factory Builder
05/09/2013 à 12:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un tract du parti Forza Nuova. Un tract du parti Forza Nuova. © Omniroma

La ministre de l'Intégration italienne, Cécile Kyenge, est à nouveau dans la ligne de mire de l'extrême droite en Italie. Les militants du parti Forza Nuova ont déposé, mercredi 4 septembre, trois mannequins maculés de sang factice devant la porte d'un bâtiment administratif de Rome. Leur slogan ? "L'immigration, c'est le génocide des peuples. Kyenge, démission !"

Cécile Kyenge, la ministre de l'Intégration italienne d'origine congolaise (RDC), s'y attendait probablement. Alors qu'elle était à Venise, mardi 3 septembre, pour réitérer son attachement à une réforme instaurant le droit du sol en Italie, ses adversaires ont répliqué, dès le lendemain, jeudi, rapporte la presse italienne.

Des militants du parti d'extrême-droite Forza Nuova ont ainsi déposé trois mannequins couverts de sang factice devant un bâtiment administratif de Rome, accompagnés d'un message subtil : "L'immigration, c'est le génocide des peuples. Kyenge, démission !" "Notre geste veut symboliser le danger dans lequel se trouverait l'Italie si l'on appliquait le droit du sol", explique le parti sur son compte Facebook.

Ce n'est pas la première attaque qu'affronte l'ancienne ophtalmologue, arrivée en Italie à l'âge de 18 ans. Comparée à un "singe noir", à un "orang-outan", la ministre a essuyé les insultes les plus racistes et une élue du nord de l'Italie a même appelé à la violer, afin "qu'elle comprenne" ce que ressentent les victimes de crimes commis par les immigrants. Citée par le Corriere della Serra, la ministre a une nouvelle fois répondu à ses "opposants" avec calme et dignité, comme à son habitude : "Qu'ils continuent avec la provocation, je continue mon travail."

 

Photos publiées dans la presse italienne © Omniroma

________

Par Mathieu OLIVIER

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130905112955 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130905112955 from 172.16.0.100