Extension Factory Builder
03/09/2013 à 18:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des députés de l'opposition à l'Assemblée nationale de RDC. Des députés de l'opposition à l'Assemblée nationale de RDC. © AFP

L'opposition politique congolaise ne parvient pas à s'accorder sur sa participation ou non aux "concertations nationales", qui doivent finalement démarrer le 7 septembre à Kinshasa. Après quelques hésitations, certains partis ont décidé d'y participer alors que d'autres prônent encore le boycott. Mais la décision ne fait pas toujours l'unanimité...

À l'approche de l'ouverture des "concertations nationales" en RDC, reportée au 7 septembre, l'opposition politique paraît plus que jamais dispersée. Après quelques atermoiements, certains partis ont finalement accepté d'y prendre part. D'autres, en revanche, refusent mordicus de participer à ces assises. Quitte à créer des scissions internes dans leur famille politique.

À l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) par exemple, le mot d'ordre se résume au boycott des institutions issues des élections controversées de 2011. "Il n'est pas question pour nous de participer à un forum qui n'est autre chose qu'une messe pour légitimer le pouvoir de Joseph Kabila", tempête un conseiller du chef. Problème : le parti d'Étienne Tshisekedi compte des députés qui siègent à l'hémicycle contre l'avis de leur formation politique. Et certains d'entre eux ont annoncé, le 3 septembre, leur intention de participer aux concertations nationales. Une "imposture", tance Samy Badibanga, le président du groupe parlementaire UDPS/Alliés, rappelant que l'option levée était de "ne pas y participer".

Le même imbroglio s'observe du côté des Forces acquises au changement (FAC). Le regroupement politique de l'opposition est scindé entre l'aile Lisanga Bonganga qui a pris part aux travaux préparatoires des concertations nationales et l'aile Martin Fayulu, plutôt hostile. Ce dernier est même à la tête de la campagne "Touche pas à mon 220" destinée à empêcher toute tentative de modification de l'article 220 de la Constitution, qui ne permet pas à Joseph Kabila de briguer un nouveau mandat en 2016.

MLC in, UNC out

Plus souple, le Mouvement de libération du Congo (MLC), formation politique de Jean-Pierre Bemba, lui, sera bien présent au forum national. "Pour nous, ces concertations ne constituent qu'un cadre où chacun peut venir s'exprimer sur la situation du pays", explique Thomas Luhaka, le secrétaire général du parti.

Le MLC dit avoir exigé et obtenu du pouvoir l'élargissement de l'ordre du jour aux questions touchant notamment à la gouvernance et à la réforme de l'armée, de la police et des services de sécurité. Une autre garantie concédée par le pouvoir, c'est la mise en place d'un mécanisme de facilitation. "En cas de blocage dans les discussions, Denis Sassou Nguesso, le président du Congo-Brazzaville, sera appelé à la rescousse", soutient Thomas Luhaka. "Et pour contourner la surreprésentation de la majorité au pouvoir à ces assises, nous avons exigé et obtenu que toutes les décisions se prennent par consensus", ajoute-t-il.

Dans tous les cas, les concertations nationales n'ont aucune compétence pour réviser la Constitution.

Thomas Luhaka, secrétaire general du MLC

Par ailleurs, "nous ne considérons pas qu'il sera question de mettre en place un nouvel ordre politique : Joseph Kabila a été élu pour cinq ans, nous devons lui laisser finir son dernier mandat", souligne Thomas Luhaka. Et de préciser : "Dans tous les cas, le forum n'a aucune compétence pour réviser la Constitution".

Pas suffisant pour rassurer Vital Kamerhe. Candidat malheureux à la présidentielle de 2011, le leader de l'Union pour la nation congolaise (UNC) reproche au président Joseph Kabila d'avoir violé l'esprit même des textes qui ont appelé à ce forum national. "La résolution 2098 du Conseil de sécurité a prévu un dialogue inclusif et sous les bons offices du représentant spécial du secrétaire général de l'ONU [Martin Kobler, ndlr] et de son envoyé spécial pour les Grands Lacs [Mary Robinson, ndlr]", martèle-t-il, remettant en cause la direction des "concertations nationales" confiée à Aubin Minalu et Léon Kengo wa Dondo, présidents de deux chambres du parlement congolais.

_________________

Par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende, ministre de la Communication de RDC et porte-parole du gouvernement, est à Kisangani depuis matin. Objectif : calmer les inquiétudes de la population du chef-lieu de la Province orientale qui devrai[...]

RDC : les miliciens Enyele ont-ils attaqué le camp militaire Tshatshi ?

Quelques jours après l'attaque contre le camp militaire Tshatshi, le 22 juillet à Kinshasa, l'identité des assaillants et leurs motivations commencent à se préciser. Selon plusieurs sources[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais[...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

RDC : Cour constitutionnelle, mode d'emploi

Le président Kabila a nommé, le 7 juillet dernier, les neuf membres de la Cour constitutionnelle de RDC. Juge pénal du président de la République et du Premier ministre, cette juridiction est[...]

Festival d'Avignon : tous en choeur avec Serge Kakudji

Le contre-ténor congolais a fait l'unanimité au Festival d'Avignon. Il y présentait une oeuvre à la croisée du baroque et des sonorités africaines.[...]

RDC : une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI

La coalition des forces politiques et sociales de l’opposition a lancé mercredi une pétition pour que le président congolais, Joseph Kabila, soit traduit devant la CPI pour crimes contre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers