Extension Factory Builder
23/08/2013 à 14:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nourredine Adam est le numéro deux de la Séléka dès sa création en août 2012. Nourredine Adam est le numéro deux de la Séléka dès sa création en août 2012. © Vincent Fournier/J.A.

Le ministre de la Sécurité, Nourredine Adam, a été remplacé par le pasteur Josué Binuoa, ancien fidèle de François Bozizé, selon un décret présidentiel publié jeudi 22 août. Noureddine Adam est nommé président du Comité extraordinaire de la défense des acquis démocratiques (Cedad).

À l'annonce, jeudi 22 août, du remplacement de Nourredine Adam au poste de ministre d'État en charge de la Sécurité, rumeurs et interrogations sont allées bon train. Payait-il au prix fort les débordements en marge de l'opération de Boy-Rabe, deux jours plus tôt ? Était-ce le signe de nouvelles divisions au sein de l'ex-rébellion de la Séléka ?

Officiellement, et selon toute vraisemblance, il n'en est rien. Car Nourredine Adam conserve son titre de ministre d'État et prend la tête du Comité extraordinaire de la défense des acquis démocratiques (Cedad), sorte de services de renseignement. Un poste qui sied mieux à ce militaire taiseux, pas vraiment à son aise dans ce costume de ministre. Son départ était dans les tuyaux depuis plusieurs jours.

Si ce changement a fait grand bruit, c'est qu'il intervient deux jours à peine après l'opération meurtrière de désarmement menée dans plusieurs quartiers du nord de Bangui. Le lourd bilan, 13 morts et 38 blessés, et les pillages qui l'ont accompagnée ont suscité l'ire de la communauté internationale.

Seigneurs de guerre

Considéré comme le cerveau du coup d'État du 24 mars, Nourredine Adam est l'un des hommes fort de Bangui. Parmi les colonels et généraux autoproclamés qui ont mis en déroute François Bozizé et ce qu'il restait de l'armée centrafricaine, il est le plus ancien dans le grade le plus élevé.

Officier trilingue d’une quarantaine d’années, formé à l’académie de police du Caire, son parcours embrasse les dynamiques et les imbrications régionales. Musulman rounga (ethnie du nord de la Centrafrique), fils d’un imam de Bangui, Noureddine Adam est né à N'Dele, au nord-est de la RCA. Il possède de nombreuses attaches à N’Djamena, où réside une partie de sa famille (femme et enfants, ainsi que certains de ses frères) et où il est propriétaire de plusieurs commerces. L’actuel numéro deux de la Séléka a également tissé des liens au Moyen-Orient. D'abord en Israël, où il reçoit une formation de 14 mois des forces spéciales, puis à Abou Dhabi, où il sera garde du corps du cheikh Zayed ben Sultan Al Nahyane pendant quatre ans.

Le choix de son succésseur, le pasteur Josué Binoua, est plus surprenant. Ministre de l'Administration territorial de François Bozizé, il était considéré comme l'un des hommes fort du régime de l'ancien président. L'offensive de la Séléka l'avait propulsé sur le devant de la scène. Rare personnalité de l'ancien régime à s'exprimer, il avait dénoncé à de nombreuses reprises le risque "d'un péril islamique" que portait la rébellion. Après le coup d'État, le pasteur, dont la maison a été pillée lors de l'offensive sur Bangui, était passé dans l'autre camp et avait été nommé ministre conseiller chargé des Affaires religieuses.

Demafouth en charge du DDR

Ce mini-remaniement entérine également le retour aux affaires de Jean-Jacques Demafouth, nommé ministre conseiller à la présidence en charge du programme Désarmement, démobilisation, réinsertion (DDR) en relation avec la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca). 

Ancien ministre de la Défense sous Ange-Félix Patassé, Demafouth était déjà vice-président de ce comité de pilotage de ce programme DDR. Un poste qu'il occupait également sous François Bozizé.

Dix jours à peine avant la prise de Bangui, le 24 mars, Jean-Jacques Demafouth s'était brièvement réfugié au Tchad. Il avait alors affirmé avoir reçu des menaces de Josué Binoua. "Avant de partir, j’ai eu le ministre de l’Administration du territoire au téléphone qui m’a accusé d’aider les rebelles de la Séléka avec l’appui du Tchad", avait-il déclaré.

________

Par Vincent Duhem

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Centrafrique : Bozizé et Djotodia s'apprêtent à rentrer dans le rang de la transition

Michel Djotodia et François Bozizé s'apprêtent à signer, mercredi ou jeudi, une déclaration commune dans laquelle les deux anciens présidents centrafricains assurent s'inscrire dans le[...]

Cartographie - Centrafrique : le difficile redéploiement de l'administration

Alors que les élections présidentielle et législatives sont censées se tenir avant août, l’administration se redéploie difficilement en Centrafrique. Les détails,[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Centrafrique : deux morts dans des violences intercommunautaires à Bangui

Deux personnes de confession musulmane ont été tuées lors de violences intercommunautaires à Bangui où régnait dimanche une vive tension dans certains quartiers, a-t-on appris de source[...]

Centrafrique : l'immunité diplomatique du ministre Romaric Vomitiadé, accusé de viol, est levée

La présidente Catherine Samba Panza a levé vendredi l'immunité diplomatique du ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé. Celui-ci est accusé d'avoir violé une jeune fille de[...]

Centrafrique : le ministre des Sports, Armel Sayo, libéré après 16 jours de captivité

Le ministre centrafricain de la Jeunesse et des Sports, l'ex-chef rebelle Armel Ningatoloum Sayo, a été libéré dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 février. Il avait été[...]

Centrafrique : les forces internationales chassent l'ex-Séléka des bâtiments officiels de Bria

Selon un communiqué de la Minusca, des combats ont opposé mardi matin les forces internationales à des combattants de l'ex-rébellion de la Séléka, dans le centre-est de la Centrafrique.[...]

Afrique - France : la nouvelle tactique du gendarme

François Hollande vient de le réaffirmer en conférence de presse, jeudi 5 janvier : en matière de lutte contre le terrorisme international, "la France prendra ses responsabilité, mais pas[...]

Centrafrique : pourquoi les négociations pour la libération d'Armel Sayo piétinent

Cela fait maintenant près de dix jours qu'Armel Sayo, ministre de la Jeunesse et des Sports, est détenu par des membres d'une milice anti-balaka. Les négociations pour obtenir sa libération bloquent [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130823124958 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130823124958 from 172.16.0.100