Extension Factory Builder
16/08/2013 à 19:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'Unir, parti de Faure Gnassingbé, a obtenu 62 des 91 sièges du Parlement. L'Unir, parti de Faure Gnassingbé, a obtenu 62 des 91 sièges du Parlement. © AFP

La publication par la presse togolaise d'un rapport d'experts indépendants mandatés par l'Union européenne (UE) a créé la polémique et a poussé la délégation de l'UE à Lomé à s'en désolidariser, le 14 août.

"Je rends hommage au sens civique des Togolais qui ont voté nombreux et dans le calme ainsi qu'à l'engagement des partis politiques qui a permis de créer les conditions nécessaires au bon déroulement du processus électoral." Deux jours à peine après les élections législatives du 25 juillet, Catherine Ashton, la chef de la diplomatie de l'Union européenne (UE), s'était empressée de se féliciter de la bonne tenue d'un scrutin dont la Cour constitutionnelle a proclamé les résultats définitifs, lundi 12 août.

Mais, la publication, le 7 août, par le quotidien Liberté d'un rapport intérimaire de la mission d’expertise électorale de l’UE a plongé les diplomates européens dans l'embarras. À tel point que la délégation européenne à Lomé s'est désolidarisée des conclusions des experts. "La délégation tient à préciser que les informations contenues dans ce rapport provisoire ne reflètent que l'opinion d'experts électoraux indépendants, (…) et ne peuvent en aucun cas être considérées comme les positions officielles de l'UE", a indiqué un communiqué, le 14 août.

"C'est un document de travail, un rapport interne qui aurait dû le rester, et qui n'est pas représentatif de l'ensemble de notre action sur place, précise Patrick Spirlet, le responsable de la délégation à Lomé. Sa publication a entraîné une confusion entre l'analyse des experts et la position européenne."

Dans leur rapport, les deux experts indépendants recrutés par l'UE mettent le doigt sur un certain nombre de dysfonctionnements. "Le scrutin a été émaillé de défaillances logistiques ayant engendré un retard dans l'ouverture de très nombreux bureaux de vote et dans la transmission des résultats", peut-on lire. "Un défaut de planification, une mauvaise anticipation des besoins ainsi qu'un certain optimisme ont très certainement été à l'origine de ces défaillances logistiques", poursuit le rapport.

On apprend ainsi que dans la circonscription du Grand Lomé, les retards observés ont provoqué l'exaspération des électeurs.

Autre point négatif, l'interférence des délégués des partis politiques dans les opérations de vote. "Certains délégués ont été vus prêter concours aux opérations en se substituant au personnel, explique le document. Dans de nombreux cas, ils se sont occupés du collage de l'hologramme sur le bulletin de vote [les hologrammes servent à les authentifier, nclr]." Pour les experts, cette "confusion des rôles (…) est préjudiciable à l'intégrité du processus électoral."

Dysfonctionnements

Confusion, encore, lors de la transmission des résultats. "Cette étape, pourtant fondamentale, n'a sans doute pas bénéficié d'une attention suffisante. Ces derniers ont peiné au cours des 48 heures suivant le scrutin à expliquer les dysfonctionnements et les retards dans la remontée des procès-verbaux" vers la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Une partie de la presse togolaise a immédiatement estimé que ce rapport remettait en cause la crédibilité des législatives. Pourtant selon les experts, "les opérations électorales se sont déroulées de manière satisfaisante dans les 7 542 bureaux de vote. Les électeurs ont pu exercer leur droit civique sans intimidation ni tentative d'intimidation de la part d'éléments extérieurs".

"Les procédures de vote, en particulier la confidentialité, ont été respectées dans leur ensemble ", poursuivent les experts qui saluent le travail des "membres des bureaux de vote". Une analyse finalement pas si éloignée des conclusions officielles de l'UE. "Nous estimons que le scrutin s'est déroulé dans le calme et que les dysfonctionnements constatés ne remettent pas en cause sa légitimité", explique Patrick Spirlet.

Si la mission de l'UE a pris la peine de publier son communiqué, c'est donc surtout pour "éteindre la polémique", précise le chef de la délégation.

________

Par Vincent Duhem

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Togo : trois clés pour comprendre les frictions autour du fichier électoral

Togo : trois clés pour comprendre les frictions autour du fichier électoral

Les Togolais sont habitués aux contestations des résultats électoraux par l'opposition. Mais dans le cadre de la présidentielle prévue pour le 25 avril, la classe politique se déchire auto[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Togo : l'élection présidentielle reportée au 25 avril

Le Conseil des ministres a décidé vendredi de reporter l’élection présidentielle togolaise au 25 avril. Le président en exercice de la Cedeao, le Ghanéen John Dramani Mahama, avait[...]

Grèves au Togo : 22 blessés dans des affrontements entre forces de l'ordre et élèves à Gleï

Plusieurs personnes ont été blessés mercredi à Gleï (160 km au nord de Lomé) dans de violents affrontements entre gendarmes et manifestants - essentiellement des élèves - qui[...]

Togo : vers un report de l'élection présidentielle ?

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a proposé mardi que la présidentielle togolaise soit reportée de 10 jours. Initialement prévu le 15 avril, le[...]

Togo : Gogué, Taama et Traoré... Qui sont les trois outsiders de la présidentielle ?

Cinq candidats s’affronteront dans les urnes le 15 avril pour l’élection présidentielle au Togo. Si le président sortant Faure Gnassingbé et son principal opposant Jean-Pierre Fabre font[...]

Togo : la campagne présidentielle s'empare du web

Les Togolais iront voter le 15 avril. Les cinq candidats en lice pour la présidentielle affûtent leurs programmes, leurs argumentaires et leur image. Cette année, pour la première fois, c'est aussi sur[...]

Togo : quand la microfinance s'invite dans la campagne présidentielle

En pleins préparatifs pour l’élection présidentielle, le président togolais Faure Gnassingbé n’a pas attendu longtemps pour dresser le bilan de l’un des projets phares de son[...]

Opposition togolaise : Alberto Olympio, Cauris et les 5 millions d'euros disparus

Brillant informaticien devenu opposant au Togo, Alberto Olympio a été inculpé par la justice togolaise le 25 février pour plusieurs chefs d'accusation, dont celui de faux en écriture bancaire.[...]

Grèves au Togo : les syndicats de la fonction publique durcissent le ton

Les fonctionnaires togolais poursuivent les mouvements entamés depuis quelques semaines pour obtenir une amélioration de leurs conditions de vie. Une assemblée générale devrait décider en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130816180811 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130816180811 from 172.16.0.100