Extension Factory Builder
16/08/2013 à 10:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacques Vergès fut, en 2011, l'un des avocats français de Laurent Gbagbo. Jacques Vergès fut, en 2011, l'un des avocats français de Laurent Gbagbo. © AFP

L’avocat Jacques Vergès s’est éteint, jeudi 15 août à Paris, après un arrêt cardiaque, à l’âge de 88 ans. "Chevalier" de la défense, "courageux" et "indépendant", "géant" mais parfois engagé "du mauvais côté", la profession salue celui qui a été l’un des avocats les plus controversés et redoutés du barreau de Paris.

Jacques Vergès, l’un des avocats les plus controversés de sa génération, est décédé le 15 août à Paris, après un arrêt cardiaque. "Me Jacques Vergès est mort d'un arrêt cardiaque vers 20H00 dans la chambre de Voltaire, précisément quai Voltaire à Paris, alors qu'il s'apprêtait à dîner avec ses proches. Un lieu idéal pour le dernier coup de théâtre que devait être la mort de cet acteur-né", car "à l'instar de Voltaire, il cultivait l'art de la révolte et de la volte-face permanentes", selon un communiqué des éditions Pierre-Guillaume de Roux, qui avaient publié ses mémoires en février (De mon propre aveu-Souvenir et rêveries).

"Il avait fait une chute il y a quelques mois, et du coup il était très amaigri, marchait très lentement. Il avait des difficultés à parler mais intellectuellement il était intact. On savait que c'était ses derniers jours mais on ne pensait pas que ça viendrait aussi vite", a raconté le président du Conseil national des barreaux, Christian Charrière-Bournazel, qui avait dîné avec lui il y a une dizaine de jours.

Impliqué en Afrique

Né en 1925 en Thaïlande d’un père français et d’une mère vietnamienne, le pénaliste a grandi sur l’ile de la Réunion. En 1941, il s'engage dans les Forces françaises libres. Il combat en Algérie, au Maroc, en Italie et en France. Il sera encarté au Parti communiste avant de le quitter en 1957, jugeant le parti « trop tiède » sur la guerre d’Algérie. Il devient alors un militant anticolonialiste. C’est à cette époque qu’il se converti à l’islam et épouse l’héroïne de l’indépendance algérienne et poseuse de bombes du FLN, Djamila Bouhired.

Il ne cessera d’ailleurs, tout au long de sa carrière, de s’impliquer sur le continent. Il sera notamment très présent en Côte d’Ivoire, où, en 1999, il défend le futur président ivoirien, Alassane Ouattara, au moment de la querelle sur sa nationalité ivoirienne. En 2002, il y est au côté des familles des victimes du massacre de Duékoué, et, en 2010, après la crise postélectorale, il soutient, avec Roland Dumas, le président ivoirien Laurent Gbagbo dont il est l’avocat.

En mai 2011, toujours accompagné de Laurent Dumas, il fait cette fois-ci le déplacement à Tripoli, en Libye, pour soutenir une plainte déposée par des victimes de bombardements de l’Otan contre l’ancien président français, Nicolas Sarkozy. Opposé à l’intervention militaire occidentale, qu’il qualifie d’ "agression brutale contre un pays souverain", il se dit prêt alors à défendre le colonel Kaddafi s’il devait être jugé par la CPI.

Défendre les condamnés par l'Histoire

La vie de Jacques Vergès n’aura cesser d’alimenter tous les fantasmes. En 1970, il a disparaît pendant huit ans. Était-il au côté de Palestiniens ? Dans le Congo post-Lumumba ? Au Cambodge de Pol Pot ? Il ne donnera jamais de véritable réponse à ces questions. Après cette parenthèse, de retour sur le devant de la scène, il s’impose définitivement comme le défenseur des indéfendables, des hommes condamnés par l’Histoire au motif, que, selon lui, « les poseurs de bombes sont des poseurs de questions ».

Personnage médiatique, amateur de cigares Robusto, Jacques Vergès était proches de personnalités politiques du monde entier mais aussi de militants œuvrant dans l’ombre, comme les membres de l'internationale terroriste des années 1970 et 1980, le "révolutionnaire" vénézuélien Carlos, l'activiste libanais Georges Ibrahim Abdallah, le criminel de guerre nazi Klaus Barbie, le dictateur yougoslave Slobodan Milosevic ou l'ancien dirigeant Khmer rouge Kieu Samphan.

C'est défendre Bush qui est une cause perdue

Le pénaliste était aussi connu pour ses saillies. On se souvient encore de son interview accordée au journal France soir où à la question « comment peut-on être l'avocat de Saddam Hussein? », il avait répondu: "Défendre Saddam n'est pas une cause perdue. C'est défendre (le président américain George W.) Bush qui est une cause perdue".

Isabelle Coutant-Peyre, l’avocate (et épouse) de Carlos, a débuté sa carrière en 1981 à son côté. "Cela a été une chance incroyable", a-t-elle déclaré à l'AFP, "il avait une vision politique exemplaire du métier d'avocat et une expérience unique dans les grandes luttes du XXe siècle."

"Les grands arbres qui bordaient les allées de notre profession tombent. (...) Quand il défendait Klaus Barbie, j'étais du côté des parties civiles. J'étais du bon côté, il était du mauvais, mais c'est ce qui fait la démocratie", a réagi le député français du  Front National, Gilbert Collard.

"Il n'y a pas beaucoup de géants au barreau, mais lui incontestablement en était un", avec "une période glorieuse quand il défendait le FLN algérien et une moins glorieuse quand il a commencé à défendre des mouvances terroristes comme la bande à Bader", a jugé l'avocat Georges Kiejman.

Me Charrière-Bournazel a salué "un très brillant avocat", "courageux" et "indépendant". "Un avocat, ce n'est pas un mercenaire, c'est un chevalier, et Jacques Vergès était un chevalier", a-t-il résumé.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces