Extension Factory Builder
15/08/2013 à 18:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Femen Amina, en photo sur le site de l'association féministe, le 15 août 2013. La Femen Amina, en photo sur le site de l'association féministe, le 15 août 2013. © Femen.org

Amina Sboui-Tyler, figure de proue des Femen en Tunisie, s'affiche à nouveau seins nus dans une photo provocante publiée le 15 août sur le site internet de l'association féministe. "Nous n'avons pas besoin de votre démocratie", clame-t-elle, cigarette aux lèvres.

Amina Sboui-Tyler est sortie de prison le 1er août. Deux semaines plus tard, elle réitère ses provocations à l'encontre du régime au pouvoir en Tunisie. Une photo publiée sur le site des Femen la montre à nouveau dans une posture provocante, cigarette aux lèvres et semblant allumer un cocktail molotov. Sur son buste dénudé on peut lire :  "We don't need your dimocracy" ("Nous n'avons pas besoin de votre démocratie"). Elle remet ainsi en cause le modèle démocratique prôné par les islamistes d'Ennahdha au pouvoir.

Inculpée fin mai pour avoir profané le cimetière de Kairouan en targuant le mot "Femen" sur le mur, elle avait été arrêtée et détenue pendant deux mois, à Tunis. Les chefs d'accusation étaient d'abord nombreux : détention d'un aérosol prohibé, profanation de sépulture, atteinte à la pudeur et association de malfaiteurs.

Elle a été mise en liberté provisoire le 1er août et la plupart des charges qui pesaient sur elle ont été levées. Son procès pour profanation de cimetière (seule charge retenue) doit se tenir prochainement.

 La photo d'Amina publiée sur le site Femen.org, le 15 août.

>> Lire aussi : les aventures d'Amina la Femen

 


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130815180756 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130815180756 from 172.16.0.100