Extension Factory Builder
17/08/2013 à 10:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le joueur tunisien Saber Khalifa. Le joueur tunisien Saber Khalifa. © AFP

Après plusieurs semaines d’incertitudes, l’attaquant international tunisien Saber Khlifa (26 ans) a finalement rejoint Marseille. L’ancien joueur d’Evian-Thonon-Gaillard souhaitait absolument poursuivre sa carrière en Ligue 1. Alors qu'il aurait pu, dès samedi 17 août, affronter son ancien club, il devra patienter avant de faire ses débuts avec sa nouvelle équipe.  

Saber Khalifa est un homme patient ou un peu lunaire, et peut-être même les deux à la fois. Depuis juin, date où il a posé le pied en France, son nom était orthographié "Khlifa" - aussi bien sur les feuilles de match, que sur le site de la Ligue de football professionnel (LFP) et dans les médias auxquels le Gabésien accordait des interviews - sans que cela ne le fasse réagir. Pourtant, le mardi 13 août, sur le site de l’OM, le Tunisien a précisé qu’il s’appelait Khalifa, comme cela est écrit sur son passeport, et qu’il ignorait pourquoi pendant deux saisons, le "a" avait disparu.

>> Lire aussi : Football - Mercato : le Tunisien Saber Khlifa a la cote

Nabil Maâloul, lui, avait des préoccupations beaucoup plus terre-à-terre, à force de voir la situation du joueur tarder à se débloquer. "Même si je n’avais pas prévu de le retenir pour le match amical face au Congo à Radès (14 août), car il est suspendu pour celui contre le Cap Vert (7 septembre, en qualifications pour la Coupe du Monde 2014), cela m’interpellait de savoir qu’un des joueurs les plus importants de la sélection ne jouait pas et s’entraînait seul avec un préparateur physique à Gabès (Khalifa, sous contrat avec Evian-Thonon-Gaillard jusqu’au 30 juin 2014, avait séché la reprise de l’entraînement, à cause de problèmes de visa pour lui et son jeune fils, préférant rester dans son pays, NDLR)", explique le sélectionneur des Aigles de Carthage. "Car si nous éliminons les Cap-verdiens, nous aurons un barrage important à jouer en octobre. Et j’aurai besoin d’un Khalifa au meilleur de sa forme."

Des ponts d’or dans le Golfe

Depuis qu’il avait reçu un bon de sortie des dirigeants d’Evian-Thonon-Gaillard au printemps dernier, Khalifa (13 buts en Ligue 1 la saison dernière) était l’objet de multiples sollicitations. "En plus d'éveiller l'intérêt de clubs anglais, il a reçu des offres venant de Russie, de Chine, et de plusieurs pays du Golfe persique. Des endroits où il aurait pu gagner beaucoup d’argent", raconte Stéphane Canard, son agent. "Mais sa volonté était de rester en France et Marseille fut un des premiers clubs français à se renseigner sur Khalifa (avec Lyon, Rennes, Lille, Sochaux et Montpellier, NDLR), explique Canard. Vincent Labrune, le président de l’OM, m’avait alors dit qu’il reprendrait contact début août. Les dirigeants d’Evian étaient d’ailleurs devenus plus gourmands après la belle fin de saison du joueur."

C’était à une époque où Khalifa était annoncé quasi-partant à Montpellier pour 2 millions d’euros. "Ce club était très intéressé par se venue. Mais le dossier n’a pas avancé, Marseille s’est positionné, et a obtenu sa signature pour quatre ans", ajoute Canard, alors que le joueur touchera à l’OM un salaire nettement supérieur à celui qu’il percevait en Haute-Savoie, où il était arrivé en juin 2011, près de six mois après y avoir signé son contrat.

Maâloul : "Il va devoir gagner sa place"

Reste désormais à savoir quand Khalifa, un des rares joueurs tunisiens à évoluer à Marseille, après Lahzami Temime (1979-1981) et Mehdi Ben Slimane (1996-1997), aura retrouvé son niveau de forme optimal. Et s’il saura accepter une concurrence plus forte que celle qu’il a connue à Evian-Thonon-Gaillard.

"Saber, qui est quelqu’un de solide, a connu des épisodes difficiles dans son parcours.", rappelle Maâloul. Notamment quand en un soir d’avril 2010, il est agressé physiquement par un dirigeant de l’Espérance de Tunis qui lui reproche d’avoir marqué un but avec Hammam-Lif, où le club de la capitale l’a prêté. Avec les Sang et Or, qu’il retrouve en juillet de la même année, la relation atteindra même le point de non-retour au début de l’année 2011. Furieux d’apprendre la signature de Khalifa à Evian-Thonon-Gaillard en janvier 2011, ses employeurs le prêtent à Al-Ahly Benghazi (Libye), où il ne joue que deux matches avant d’être rapatrié pour cause de révolution libyenne. Et l’attaquant finira la saison en se contentant d’entraînements avec deux de ses anciens clubs (Gabès et Hammam-Lif). "Je pense qu’il lui faudra un peu de temps avant d’être au meilleur de sa forme", reprend Maâloul, en se projetant sur l’éventuel barrage d’octobre, qui pourrait ouvrir les portes de la Coupe du monde à la Tunisie. "À Marseille, la pression est énorme, le public exigeant, et Khalifa va devoir gagner sa place, car il a des concurrents en attaque. Il a les qualités pour y arriver. C’est un joueur qui a besoin de jouer. Cela le met en confiance et le rend euphorique. Partout où il a évolué, Saber était le plus souvent titulaire." À Marseille, où Elie Baup ne l’a pas retenu pour affronter Evian-TG samedi,  il faudra patienter un peu avant de savoir si cela sera aussi le cas.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces