Extension Factory Builder
13/08/2013 à 11:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un magistrat de la cour d'appel de Douai, dans le nord de la France, le 10 janvier 2013. Un magistrat de la cour d'appel de Douai, dans le nord de la France, le 10 janvier 2013. © AFP

Attendu pour le 13 août, la chambre d'instruction de la cour d'appel de Douai, dans le nord de la France, a renvoyé au 12 septembre son avis sur la demande d'extradition de l'ancien chef d'état-major de l'armée de terre rwandaise, Laurent Serubuga. Le Rwanda souhaite le juger pour "massacre collectif" lors du génocide en 1994.

Mis à jour le 13 août 2013 à 15 heures 57.

La chambre d'instruction de la cour d'appel de Douai a renvoyé au mardi au 12 septembre la décision d'extrader ou non l'ancien chef d'état-major de l'armée de terre rwandaise, Laurent Serubuga, que le Rwanda souhaite juger pour crimes génocidaires.

L'avocat de l'ancien militaire, Me Thierry Massis, a rappelé qu'"il ne s'agissait pas de juger les faits mais de statuer sur le mandat d'extradition", dont il a souligné le "caractère arbitraire" devant la justice.

Des membres de la famille de Laurent Serubuga, enfants et petits-enfants, ont assisté à l'audience, silencieusement assis sur deux bancs, ainsi que quelques Rwandais qui avaient fait le déplacement pour pouvoir témoigner que "Serubuga n'est pas un criminel", a expliqué l'un d'entre eux, Augustin Sekagansa.

Arrivé en France en 1998, le septuagénaire, atteint d'un cancer de la prostate, selon son avocat, vivait d'allocations pour personnes âgées dans un foyer d'immigrés, lorsqu'il a été arrêté le 11 juillet dans le Nord, en vertu d'un mandat d'arrêt international émis par le Rwanda.

>> Lire : "Génocide rwandais : le sort de Victoire Ingabire en attente"

"Camarades du 5 juillet 1973"

Le colonel Laurent Serubuga a fait partie du groupe de 11 officiers - les "Camarades du 5 juillet 1973" – qui ont aidé le général major Juvénal Habyarimana à renverser le président Grégoire Kayibanda, au pouvoir depuis l'indépendance du pays en 1962.

Ayant occupé quelques années plus tard les fonctions de chef d'état-major adjoint de l'armée rwandaise, Laurent Serubuga a été poussé à la retraite en juin 1992. Mais "il avait repris du service en 1994", assure Alain Gauthier, président du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR).

"Mon client était déjà à la retraite lors du génocide. Il n'y a aucune preuve" qu'il ait commis les faits dont on l'accuse, rétorque l'avocat de Serubuga, Me Thierry Massis. "Cette demande d'extradition est infondée et arbitraire", ajoute-t-il.

Des extraditions toujours annulées

Le CPCR a constitué "un dossier prouvant que M. Serubuga a participé au génocide" et s'est constitué en 2007 partie civile. "Mais nous n'avons aucun espoir" que la demande d'extradition aboutisse, confie Me Alain Gauthier.

Jusqu'à présent, si des avis favorables à l'extradition de Rwandais ont parfois été rendus, ces décisions ont à chaque fois été annulées par la Cour de cassation. La justice française estime que les droits de la défense pourraient ne pas être garantis au Rwanda, pays dirigé par Paul Kagame, issu de la rébellion tutsi arrivée au pouvoir après le génocide.

"Si Laurent Serubuga est extradé, de graves menaces pèseront envers sa personne en raison de ses origines hutues", explique Me Massis, qui juge que "cette extradition ne sera pas conforme aux normes européennes des droits de l'homme, car le Rwanda ne les respecte pas." Ce que conteste le CPCR : "Des pays nordiques, mais aussi le Canada et les États-Unis ont déjà extradé d'anciens militaires rwandais. Au Rwanda, ils ne seront pas jugés en tant que hutus, mais en tant que génocidaires", argue l’avocat de la partie civile.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Burundi : les cadavres du lac Rweru viennent-ils du Rwanda ?

Burundi : les cadavres du lac Rweru viennent-ils du Rwanda ?

Officiellement quatre cadavres - bien plus selon des témoignages de pêcheurs - ont été retrouvés sur le lac Rweru, au Burundi. Enfermés dans des toiles de jute et ligotés, les corps [...]

Rwanda : Sa Majesté Kigeli V, roi sans royaume

Il est le dernier monarque du pays des Mille Collines. En exil depuis plus de cinquante ans, Sa Majesté Kigeli V n'a toujours pas renoncé à revenir un jour sur sa terre natale.[...]

Rwanda - Faustin Nyamwasa : drôle de procès à Johannesburg

Sans surprise, l'État rwandais n'a pas été mis en cause dans le jugement des auteurs présumés de la tentative de meurtre de Faustin Nyamwasa.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Rwanda : deux hauts gradés formellement accusés d'incitation au soulèvement

L'ancien chef de la garde présidentielle rwandaise et un général en retraite, récemment arrêtés au Rwanda, ont été accusés vendredi de "propagation de[...]

Afrique du Sud : 1 Rwandais et 3 Tanzaniens jugés coupables de la tentative d'assassinat sur Nyamwasa

Quatre individus ont été jugés coupables vendredi de la tentative d'assassinat en 2010 de Faustin Kayumba Nyamwasa, l'ancien chef d'état-major du président rwandais Paul Kagamé avec qui il[...]

CAN 2015 : Etekiama s'explique, le Rwanda va faire appel

Agiti Taddy Etekiama, alias Dady Birori, l’attaquant rwandais d’origine congolaise (RDC), a été suspendu par la CAF, qui a également exclu le Rwanda des qualifications pour la CAN 2015 au profit du[...]

CAN 2015 : le Rwanda disqualifié, le Congo repêché

Qualifié sur le terrain face au Congo (0-2, 2-0 et 4-3 aux tirs au but) pour le dernier tour qualificatif de la CAN 2015, le Rwanda a été éliminé sur tapis vert par la CAF, à la suite de[...]

Rwanda : des médias sommés de s'excuser pour avoir accusé l'opposante Ingabire de sorcellerie

L'autorité rwandaise de régulation des médias a sommé trois organes de presse de publier des excuses et un droit de réponse pour avoir accusé de sorcellerie l'opposante rwandaise Victoire[...]

Ebola : nouveau cas confirmé au Nigeria, inquiétude au Rwanda et au Cameroun

L'inquiétude ne cesse de grandir au Nigeria. Lundi, le ministère de la Santé a confirmé un dixième cas de personne infectée par le virus Ebola dans le pays.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex