Extension Factory Builder
13/08/2013 à 09:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef du parti tunisien Ennahdha (g), et le secrétaire général de l'UGTT, le 12 août 2013 à T Le chef du parti tunisien Ennahdha (g), et le secrétaire général de l'UGTT, le 12 août 2013 à T © AFP

Le secrétaire général du puissant syndicat UGTT, Houcine Abassi, s'est longuement entretenu avec le chef d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, lundi 12 août. Sans parvenir à rapprocher les positions du parti islamiste et de l'opposition.

Les négociations entre le chef Ennahdha, Rached Ghannouchi, et celui du puissant syndicat UGTT, Houcine Abassi, n’ont pas permis de rapprocher les positions de l’opposition et du parti islamiste. Après plus de quatre heures de négociations, lundi 12 août au soir, Rached Ghannouchi a évoqué un échange "positif et constructif". Son interlocuteur, dont le syndicat s’est retrouvé à contrecœur dans le rôle de médiateur, a quant à lui jugé que "l'attitude (d'Ennahdha) n'a pas changé". Les deux parties ont prévu de se revoir dans la semaine.

Les détracteurs du pouvoir demandent la démission du gouvernement et la dissolution de la Constituante, qui près de deux ans après son élection n'est pas parvenue à boucler une Constitution. Ennahdha a rejeté ces revendications et propose d'élargir sa coalition avec deux petits partis laïques ainsi que des élections en décembre. Le groupe parlementaire du parti islamiste a d'ailleurs demandé la reprise des travaux de l'Assemblée nationale constituante (ANC) dès mercredi, dénonçant la décision "illégale" de geler ses activités en raison de la crise politique.

>> Lire aussi : L'été tunisien de tous les dangers

De son côté, l'UGTT propose un gouvernement de technocrates et le maintien de l'ANC.

Rien ne laisse donc présager une sortie de la crise provoquée par l'assassinat le 25 juillet du député Mohamed Brahmi. Les deux camps prévoient de grands rassemblements mardi à l'occasion de la journée de la femme. La manifestation des détracteurs des islamistes - associations, partis politiques mais aussi l' UGTT - ont largement repris les appels à la démission du gouvernement.

La marche vise aussi à dénoncer les atteintes aux droits des femmes, alors que la Tunisie célèbre mardi l'adoption en 1956 d'une législation octroyant aux Tunisiennes des droits sans pareil dans le monde arabe. "Ce sera une manifestation historique étant donné les circonstances difficiles que le pays traverse : les assassinats politiques, le terrorisme et les tentatives de faire reculer les droits des femmes", a jugé Najoua Makhlouf, une responsable de l'UGTT.

Selon l'opposition, le projet de Constitution ne garantit pas clairement l'égalité des sexes et Ennahdha fait l'objet de toutes les suspicions depuis qu'il a tenté en 2012 d'y inscrire le principe de "complémentarité" des hommes et des femmes. Le parti islamiste dément vouloir s'en prendre aux acquis des Tunisiennes, et espère également remobiliser ses troupes, après quatre jours de calme lié aux festivités de la fin du ramadan. Ennahdha a prévu son propre rassemblement sous le slogan "les femmes de Tunisie, piliers de la transition démocratique et de l'unité nationale".

Par ailleurs, l’offensive "aérienne et terrestre" lancée par l’armée tunisienne contre un groupe suspecté de liens avec Al-Qaïda opérant au mont Chaambi, à la frontière algérienne, se poursuit. Selon une source militaire sur place, six "terroristes" auraient été tués lundi.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130813092604 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130813092604 from 172.16.0.100