Extension Factory Builder
07/08/2013 à 17:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Tunisiens manifestent devant l'Assemblée constituante, à Tunis le 6 août 2013. Des Tunisiens manifestent devant l'Assemblée constituante, à Tunis le 6 août 2013. © AFP

Le parti islamiste Ennahdha, au pouvoir en Tunisie, a annoncé, mercredi 7 août, qu'il acceptait la suspension des travaux de la Constituante. La formation de Rached Ghannouchi appelle aussi à un dialogue avec ses adversaires pour aboutir à un gouvernement d'union nationale.

Sous pression depuis l'assassinat, le 25 juillet, de l'opposant de gauche Mohamed Brahmi, Ennahdha a annoncé mercredi qu'elle acceptait la suspension des travaux de l'Assemblée nationale constituante (ANC), annoncée la veille par son président Mustapha Ben Jaafar. Le parti islamiste au pouvoir a en outre appelé ses adversaires au dialogue pour aboutir à un gouvernement d'union nationale.

« En dépit de nos réserves formelles et juridiques sur cette initiative (de suspendre la Constituante, NDLR), nous espérons qu'elle servira de catalyseur pour que les adversaires politiques s'assoient à la table du dialogue », a annoncé Ennahdha dans un communiqué signé de son chef Rached Ghannouchi.

Le parti islamiste qui dirige le gouvernement a souhaité « une solution consensuelle en cette période sensible, en raison des dangers sécuritaires et des défis économiques énormes ».

Suspension surprise de l'ANC par Ben Jaafar

Ennahdha se dit favorable « à la formation d'un gouvernement d'union nationale, comprenant toutes les forces politiques convaincues de la nécessité d'achever le processus démocratique dans le cadre de la loi ».

Le parti islamiste fixe aussi un calendrier de reprise des travaux de l'ANC, souhaitant que l'adoption de la Constitution et de la loi électorale se fassent « avant fin septembre 2013 ». Il réclame également « l'organisation d'élections avant la fin de l'année ».

À la surprise générale, le président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar, a annoncé mardi soir le gel des travaux de cette assemblée jusqu'à ce que la coalition au pouvoir et leurs détracteurs débutent des négociations pour sortir de la crise politique actuelle. Une hétéroclite coalition d'opposition réclame la démission du gouvernement et la mise en place d'un cabinet de technocrates. Ces revendications avaient été, jusqu'à présent, rejetées par les islamistes.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a enquêté.[...]

Tunisie : Ali Laarayedh... consensuel, vraiment ?

Son passage au gouvernement n'a pas laissé que des bons souvenirs aux Tunisiens, entre échec économique et complaisance envers les salafistes. Pourtant, Ennahdha a fait d'Ali Laarayedh son[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers