Extension Factory Builder
07/08/2013 à 17:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Tunisiens manifestent devant l'Assemblée constituante, à Tunis le 6 août 2013. Des Tunisiens manifestent devant l'Assemblée constituante, à Tunis le 6 août 2013. © AFP

Le parti islamiste Ennahdha, au pouvoir en Tunisie, a annoncé, mercredi 7 août, qu'il acceptait la suspension des travaux de la Constituante. La formation de Rached Ghannouchi appelle aussi à un dialogue avec ses adversaires pour aboutir à un gouvernement d'union nationale.

Sous pression depuis l'assassinat, le 25 juillet, de l'opposant de gauche Mohamed Brahmi, Ennahdha a annoncé mercredi qu'elle acceptait la suspension des travaux de l'Assemblée nationale constituante (ANC), annoncée la veille par son président Mustapha Ben Jaafar. Le parti islamiste au pouvoir a en outre appelé ses adversaires au dialogue pour aboutir à un gouvernement d'union nationale.

« En dépit de nos réserves formelles et juridiques sur cette initiative (de suspendre la Constituante, NDLR), nous espérons qu'elle servira de catalyseur pour que les adversaires politiques s'assoient à la table du dialogue », a annoncé Ennahdha dans un communiqué signé de son chef Rached Ghannouchi.

Le parti islamiste qui dirige le gouvernement a souhaité « une solution consensuelle en cette période sensible, en raison des dangers sécuritaires et des défis économiques énormes ».

Suspension surprise de l'ANC par Ben Jaafar

Ennahdha se dit favorable « à la formation d'un gouvernement d'union nationale, comprenant toutes les forces politiques convaincues de la nécessité d'achever le processus démocratique dans le cadre de la loi ».

Le parti islamiste fixe aussi un calendrier de reprise des travaux de l'ANC, souhaitant que l'adoption de la Constitution et de la loi électorale se fassent « avant fin septembre 2013 ». Il réclame également « l'organisation d'élections avant la fin de l'année ».

À la surprise générale, le président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar, a annoncé mardi soir le gel des travaux de cette assemblée jusqu'à ce que la coalition au pouvoir et leurs détracteurs débutent des négociations pour sortir de la crise politique actuelle. Une hétéroclite coalition d'opposition réclame la démission du gouvernement et la mise en place d'un cabinet de technocrates. Ces revendications avaient été, jusqu'à présent, rejetées par les islamistes.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations au Nord-Ouest et revendications sociales au Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences proviennent des g[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130807164605 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130807164605 from 172.16.0.100