Extension Factory Builder
07/08/2013 à 11:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des avions stationnés à l’aéroport Jomo Kenyatta de Nairobi, le 14 août 2009. Des avions stationnés à l’aéroport Jomo Kenyatta de Nairobi, le 14 août 2009. © AFP

Un gigantesque incendie a ravagé, mercredi 7 août, l'aéroport international Jomo Kenyatta de Nairobi, dont tous les vols ont été annulés ou déroutés. Les pompiers sont toujours à l’œuvre pour tenter de contenir totalement les flammes. En attendant, les autorités ont annoncé la fermeture de l’aéroport, mais les vols domestiques et le frêt pourront reprendre rapidement.

Mis à jour le 7 août 2013 à 13 heures 11.

L’aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) de Nairobi est fermé, en raison d’un énorme incendie qui s’est déclaré, mercredi 7 août, « au terminal des arrivées internationales ». Selon le centre national kényan de gestion des catastrophes, le feu est en train d’être « maîtrisé ». « Les vols domestiques et le transport frêt reprendront cet après-midi [le 7 août, NDLR] », a annoncé le porte-parole de la présidence kényane, Manoah Esipisu, ajoutant que des informations sur la reprise du trafic international seraient communiquées ultérieurement.

Mais d'impressionnants nuages de fumée noire montaient encore dans le ciel vers 9 heures 30 locales (6 heures 30 TU). Et des dizaines de camions de pompiers et de policiers sont toujours sur place pour tenter de contenir totalement les flammes.

L'aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) de Nairobi ravagé par un incendie, le 7 août 2013.

© AFP

Aucune victime n'a été signalée en début de matinée. Les vols prévus sur Nairobi ont été déroutés sur d'autres aéroports du pays, dont celui de Mombasa, la grande ville côtière kényane sur l'Océan Indien.

JKIA, l’un des principaux hubs aériens d'Afrique

La compagnie aérienne Kenya Airways a de son côté annoncé l'annulation, pour une période indéterminée, de tous ses vols, à l'exception de cinq d'entre eux, déroutés sur Mombasa.

Un coup dur pour des dizaines de milliers de passagers qui risquent d'être affectés par la fermeture de l'un des principaux hubs aériens d'Afrique. L'aéroport de Nairobi assure de nombreux vols domestiques, mais dessert aussi de nombreuses capitales africaines et plusieurs destinations européennes, asiatiques et du Moyen-Orient.

Selon une source régionale de l'aviation civile, JKIA a vu l'an dernier passer 6,2 millions de passagers. Le mois d'août est particulièrement chargé : les touristes occidentaux en vacances d'été, friands des parcs animaliers kényans et de ses côtes de sable blanc, y affluent alors.

"Crise majeure"

Tôt ce mercredi, le président kényan, Uhuru Kenyatta, dont le père, premier président du Kenya, a donné son nom à l'aéroport international, s'est rendu sur les lieux de la catastrophe pour évaluer l'ampleur des dégâts. Plus tôt dans la matinée, un responsable du ministère kényan de l'Intérieur, Mutea Iringo, avait affirmé que les secteurs « Arrivées » et « immigration » de l'aéroport avaient été « entièrement détruits ».

« Il s'agit d'une crise majeure », a déclaré, pour sa part, un haut responsable des Transports, Michael Kamau. L'aéroport de Nairobi est desservi par une voie expresse qui relie à la capitale kényane à l'important port de Mombasa. L'axe est régulièrement en proie à de massifs embouteillages. Depuis, les routes accédant à l'aéroport ont même été fermées pour laisser l'entière priorité aux secours.

L'incendie est intervenu 15 ans jour pour jour après la double attaque contre les ambassades américaines à Nairobi et Dar es Salaam, la capitale économique de la Tanzanie voisine. Ces attentats, perpétrés par Al-Qaïda, avaient fait 224 morts. Rien n'indique cependant à ce stade que l'incendie survenu à JKIA pourrait être d'origine criminelle. Pour l’heure, l'origine du feu n’a pas encore été déterminée.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Kenya

#Tumechoka ou quand les Kényans sont 'fatigués' des attaques des Shebab

#Tumechoka ou quand les Kényans sont "fatigués" des attaques des Shebab

Des centaines de manifestants kényans ont occupé mardi l'avenue Harambee, à Nairobi, où se trouve le principal complexe gouvernemental. Une mobilisation relayée sur les réseaux sociaux pou[...]

Kenya : 28 passagers d'un bus exécutés par des Shebab présumés

Vingt-huit passagers d'un bus ont été exécutés tôt samedi matin dans le nord-est du Kenya, près de la frontière avec la Somalie, a annoncé le chef de la police du[...]

L'Afrique, cible prioritaire de l'industrie des biens de consommation européenne

L'Afrique sera d'ici à 2017 le deuxième marché prioritaire pour l'industrie des biens de consommation européenne, selon une étude du cabinet Deloitte. Le continent devrait enregistrer une hausse[...]

Kenya : nouvelle descente de la police dans une mosquée de Mombasa

L'opération contre l'islam radical menée à Mombasa depuis 48 heures par la police nigériane risque d'exacerber les tensions dans la ville portuaire, craint la société civile.[...]

Kenya : les femmes, martyrs ou nudistes ?

Les droits des femmes régressent-ils au Kenya ? Alors que la justice lutte contre l’excision, des agressions sexistes visent des jeunes filles jugées "trop légèrement[...]

Kenya : 1 mort et plus 250 suspects arrêtés dans une mosquée de Mombasa

La police kényane a effectué lundi une descente musclée dans des mosquées de Mombasa soupçonnées d'abriter des sympathisants des Shebab somaliens. Une personne a été[...]

Et si Barack Obama convoitait la présidence... du Kenya ?

Le président des États-Unis vit, le 4 novembre, ses dernières élections. Il lui reste deux ans pour préparer ses bagages et penser à son avenir. Voici cinq hypothèses sur une[...]

Kenya : Ban Ki-Moon appelle à mettre fin à l'excision

Dans le cadre d'une campagne mondiale contre l'excision lancée avec le quotidien britannique "The Guardian", Ban Ki-moon a appelé jeudi à Nairobi à mettre fin à la mutilation[...]

Kenya - CPI : Uhuru Kenyatta dans le rôle du martyr

Accusé de crimes contre l'humanité, le président kényan a comparu devant la Cour pénale internationale. En s'y rendant de son plein gré, il a montré sa bonne volonté.[...]

Kenya : Kenyatta à la CPI pour une audience "cruciale"

En acceptant de se présenter mercredi à La Haye, le président kényan, Uhuru Kenyatta, devient le premier chef d'État en exercice à comparaître devant la Cour pénale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers