Extension Factory Builder
07/08/2013 à 09:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation à Casablanca, le 6 août, contre la grâce accordée à Daniel Galvan Vina. Manifestation à Casablanca, le 6 août, contre la grâce accordée à Daniel Galvan Vina. © AFP

Daniel Galvan Vina, le pédophile gracié par le roi du Maroc, a été arrêté et placé en détention préventive en Espagne. Ces mesures n'ont pas satisfait une partie des Marocaines et des Marocains : mardi 6 août au soir, plus de 2 000 personnes ont encore manifesté contre la grâce royale à Casablanca.

« Nous voulons une réforme de la justice », « dignité et justice », « le peuple veut juger les coupables », scandaient mardi soir les manifestants rassemblés sur la grande place Mohammed V, au centre de Casablanca.

Daniel Galvan Vina, le pédophile espagnol gracié - semble-t-il par erreur - par le roi Mohammed VI, avait été envoyé en détention préventive quelques heures auparavant, après sa comparution devant le tribunal de l'Audience nationale à Madrid. Il fait l'objet d'un mandat d'arrêt international lancé la veille par la justice marocaine.

L'homme de 63 ans, condamné au Maroc en 2011 à 30 ans de prison pour des viols sur onze mineurs, a été arrêté lundi dans un hôtel de Murcie, dans le sud-est de l'Espagne. Il avait bénéficié de la grâce royale accordée le 30 juillet, à l'occasion de la fête du trône, à 48 prisonniers espagnols détenus au Maroc.

Indignation générale

Ces derniers jours, le « Daniel Gate » a soulevé un vaste mouvement d'indignation à travers le royaume. Après plusieurs jours de protestations populaires, la grâce royale a été annulée, dimanche par le roi.

Mardi soir, les manifestants ont également appelé au départ de Fouad Ali El Himma, un des proches conseillers du roi soupçonné d'être derrière l'imbroglio qui a mené à la grâce du pédophile. « Nous voulons la révocation définitive d'El Himma », criaient-ils.

La présence policière était discrète et il n'y a pas eu d'incident, a constaté le journaliste de l'AFP. « Je suis ici en tant que mère et en tant que femme pour demander l'ouverture d'une vraie enquête », a déclaré Nadia Lamlili, une journaliste qui a été tabassée lors de la manifestation à Rabat, vendredi dernier, au cours de laquelle plusieurs personnes avaient bravé la répression policière.

Lundi, au terme d'une enquête ordonnée 48 heures plus tôt, Mohammed VI a décidé de révoquer le directeur de l'administration pénitentiaire. Cette administration est accusée d'avoir « transmis par inadvertance des informations erronées (sur) la situation pénale de l'intéressé ».

"Le régime doit savoir que les temps ont changé"

« Ma fille mineure a été violée, et je participe spontanément à cette manifestation par solidarité avec les victimes », a indiqué pour sa part Khadija, une mère au foyer présente lors de la manifestation de Casablanca, la plus importante après celle de Rabat. « Je suis déçu par le silence lâche du gouvernement islamiste. Le régime doit savoir que les temps ont changé et que les logiques de la violence et de la répression sont dépassées », a pour sa part souligné Karim Tazi, un homme d'affaires casablancais qui a également participé à la manifestation.

Dans un geste d'apaisement, le roi Mohammed VI a reçu mardi à Rabat les familles des enfants victimes de Daniel Galvan Vina, afin de témoigner de sa « compassion » et de son « empathie », a indiqué le Palais royal dans un communiqué. Le souverain leur a exprimé « ses sentiments de compassion et son empathie à l'égard de leurs souffrances tant à cause de l'exploitation exécrable dont leurs enfants ont été victimes, qu'en raison de la libération de l'individu concerné », est-il indiqué dans ce communiqué publié par l'agence officielle MAP.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex