Extension Factory Builder
07/08/2013 à 09:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation à Casablanca, le 6 août, contre la grâce accordée à Daniel Galvan Vina. Manifestation à Casablanca, le 6 août, contre la grâce accordée à Daniel Galvan Vina. © AFP

Daniel Galvan Vina, le pédophile gracié par le roi du Maroc, a été arrêté et placé en détention préventive en Espagne. Ces mesures n'ont pas satisfait une partie des Marocaines et des Marocains : mardi 6 août au soir, plus de 2 000 personnes ont encore manifesté contre la grâce royale à Casablanca.

« Nous voulons une réforme de la justice », « dignité et justice », « le peuple veut juger les coupables », scandaient mardi soir les manifestants rassemblés sur la grande place Mohammed V, au centre de Casablanca.

Daniel Galvan Vina, le pédophile espagnol gracié - semble-t-il par erreur - par le roi Mohammed VI, avait été envoyé en détention préventive quelques heures auparavant, après sa comparution devant le tribunal de l'Audience nationale à Madrid. Il fait l'objet d'un mandat d'arrêt international lancé la veille par la justice marocaine.

L'homme de 63 ans, condamné au Maroc en 2011 à 30 ans de prison pour des viols sur onze mineurs, a été arrêté lundi dans un hôtel de Murcie, dans le sud-est de l'Espagne. Il avait bénéficié de la grâce royale accordée le 30 juillet, à l'occasion de la fête du trône, à 48 prisonniers espagnols détenus au Maroc.

Indignation générale

Ces derniers jours, le « Daniel Gate » a soulevé un vaste mouvement d'indignation à travers le royaume. Après plusieurs jours de protestations populaires, la grâce royale a été annulée, dimanche par le roi.

Mardi soir, les manifestants ont également appelé au départ de Fouad Ali El Himma, un des proches conseillers du roi soupçonné d'être derrière l'imbroglio qui a mené à la grâce du pédophile. « Nous voulons la révocation définitive d'El Himma », criaient-ils.

La présence policière était discrète et il n'y a pas eu d'incident, a constaté le journaliste de l'AFP. « Je suis ici en tant que mère et en tant que femme pour demander l'ouverture d'une vraie enquête », a déclaré Nadia Lamlili, une journaliste qui a été tabassée lors de la manifestation à Rabat, vendredi dernier, au cours de laquelle plusieurs personnes avaient bravé la répression policière.

Lundi, au terme d'une enquête ordonnée 48 heures plus tôt, Mohammed VI a décidé de révoquer le directeur de l'administration pénitentiaire. Cette administration est accusée d'avoir « transmis par inadvertance des informations erronées (sur) la situation pénale de l'intéressé ».

"Le régime doit savoir que les temps ont changé"

« Ma fille mineure a été violée, et je participe spontanément à cette manifestation par solidarité avec les victimes », a indiqué pour sa part Khadija, une mère au foyer présente lors de la manifestation de Casablanca, la plus importante après celle de Rabat. « Je suis déçu par le silence lâche du gouvernement islamiste. Le régime doit savoir que les temps ont changé et que les logiques de la violence et de la répression sont dépassées », a pour sa part souligné Karim Tazi, un homme d'affaires casablancais qui a également participé à la manifestation.

Dans un geste d'apaisement, le roi Mohammed VI a reçu mardi à Rabat les familles des enfants victimes de Daniel Galvan Vina, afin de témoigner de sa « compassion » et de son « empathie », a indiqué le Palais royal dans un communiqué. Le souverain leur a exprimé « ses sentiments de compassion et son empathie à l'égard de leurs souffrances tant à cause de l'exploitation exécrable dont leurs enfants ont été victimes, qu'en raison de la libération de l'individu concerné », est-il indiqué dans ce communiqué publié par l'agence officielle MAP.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130807083647 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130807083647 from 172.16.0.100