Extension Factory Builder
07/08/2013 à 07:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants devant l'ANC, le 6 août 2013. Des manifestants devant l'ANC, le 6 août 2013. © AFP

Le président de l'Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar, a annoncé, mardi 6 août au soir, la suspension des travaux du Parlement. Dans la soirée, les manifestants, qui protestent sans interruption depuis la mort de Mohamed Brahmi, étaient encore plusieurs dizaines de milliers en banlieue de Tunis. 

Le 6 août, en début de soirée, le président de l'Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar, a annoncé qu'il suspendait les travaux du Parlement pour tenter de forcer Ennahdha, au pouvoir, et ses détracteurs à s'asseoir à la table des négociations. 21 mois après son élection et deux ans et demi après la révolution, l'ANC n'est toujours pas parvenue à achever la rédaction de la Constitution.

Un peu plus tard, des dizaines de milliers de Tunisiens sont descendus dans la rue, comme chaque soir depuis l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi, le 25 juillet, attribué à la mouvance salutiste. Ils réclament le départ du gouvernement dirigé par les islamistes qui ne sont pas parvenus à calmer la colère populaire.

Les manifestants, qui étaient au moins 40 000 vers 22h30 selon un responsable policier (de 100 à 200 000 personnes, selon l'opposition), scandaient "le peuple veut la chute du régime" ou encore "le gouvernement va tomber aujourd'hui". 

Cette manifestation qui s'est finie vers 1 heure du matin est de loin la plus importante depuis le début du mouvement. Elle célébrait également les six mois du premier assassinat d'un opposant, Chokri Belaïd, le 6 février.

"C'est un rassemblement (...) pour l'espoir pour une deuxième république dans laquelle les objectifs de la révolution (de janvier 2011) seront réalisés", a jugé Mohsen Marzouk, un dirigeant du parti d'opposition Nidaa Tounes.

Les détracteurs d'Ennahdha, une coalition hétéroclite, réclament en choeur un gouvernement de salut national. Une partie d'entre eux veulent aussi la dissolution de la constituante dont les travaux sont paralysés depuis des mois.

Ils ont salué le geste de Mustapha Ben Jaafar, allié laïque d'Ennahdha, le jugeant positif mais pas suffisant. "C'est un premier pas vers l’apaisement (...) mais ce n’est pas suffisant, il faut aller jusqu'à la dissolution de l'ANC et la chute du gouvernement", a souligné Mahmoud Baroudi du parti Massar.

Un gouvernement sourd aux revendications

Les islamistes ont rejeté ces revendications, proposant en retour d'élargir la coalition gouvernementale et annoncé des élections en décembre.

"Dans les régimes démocratiques, les manifestations ne changent pas les gouvernements", a jugé Rached Ghannouchi, chef d'Ennahda dans le journal La Presse.

Le Premier ministre Ali Larayedh a de son côté dénoncé les manifestations, estimant qu'elles minaient les efforts des forces de sécurité.

"La multiplication des manifestations et des sit-in perturbe les agents des forces de sécurité qui sont obligés d'être dans les rues alors qu'ils devraient participer à des opérations de lutte contre le terrorisme", a-t-il déclaré.

"Nous étions les initiateurs du Printemps arabe, soyons les initiateurs d'un état démocratique par des moyens pacifiques", a dit le chef du gouvernement.

(Avec AFP)



 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers