Extension Factory Builder
04/08/2013 à 10:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des militants du parti islamiste Ennahda manifestent à Tunis le 3 août 2013. Des militants du parti islamiste Ennahda manifestent à Tunis le 3 août 2013. © AFP

En réponse au sit-in du Bardo, des dizaines de milliers de manifestants pro-Ennahda ont soutenu le gouvernement et la légitimité de l’Assemblée nationale constituante, dans la soirée du samedi 3 août, à Tunis.  

La soirée du 3 août a encore renforcé l’image d’une profonde division de la Tunisie. Depuis plus d’une semaine, près de 30 000 personnes réclament quotidiennement, à Tunis, la dissolution de l’Assemblée nationale Constituante (ANC) et la démission du gouvernement d’Ali Laarayedh. Le même mouvement agite toutes les villes du pays. En réaction, le mouvement Ennahda, au pouvoir, avait promis un rassemblement « millionnaire » pour affirmer sa légitimité populaire, fortement  remise en question après l’assassinat de Mohamed Brahmi et des attaques terroristes dans la région du Jebel Chaambi (centre ouest). Le samedi 3 août dans la soirée, ses partisans, s’ils n’étaient finalement que 200 000 selon les organisateurs (on ne connaît pas encore le chiffre de la police, la réalité devrait se situer plutôt autour de quelques dizaines de milliers), se sont bel et bien mobilisés.

La manifestation des islamistes représente un symbole à différents niveaux. La date est celle de l’anniversaire de la naissance de Habib Bourguiba et le lieu du rassemblement choisi par Ennahdha (la place du gouvernement) est le même que là où s’est tenue la révolution de 2011.

L’impressionnant dispositif d’organisation et de sécurité déployé a démontré l’efficacité de la machine islamiste déjà constatée lors de la campagne électorale de 2011. Des bus ont ramené les militants depuis les régions les plus reculées et, à l’heure de la rupture du jeûne, des plateaux repas ont été distribués. Dès 20h30, la place, déjà noire de monde, vibrait comme un seul homme et scandait des slogans travaillés : « Un état civil et démocratique », « La fin des assassinats politiques », « Yes we do »…

Piqûre de rappel

Une scène géante avait été montée et les dirigeants du parti ont tenu des discours enflammés qui ont achevé d’électriser la foule. Si l’argumentaire légitimiste n’était pas nouveau, ce sont surtout les accents démocratiques et patriotes qui ont été mis en avant. Ennahdha a aussi soigné son image auprès des médias étrangers, au point de faire traduire en arabe, français et anglais, toutes les interventions. Dernier à intervenir, Rached Ghannouchi, président d’Ennahdha, a tenté d’être réconciliateur sans céder pour autant sur les revendications des démocrates.

Ce 3 août, Ennahda a accompli une démonstration de force : malgré les drapeaux noirs des salafistes, nombreux sur la place, elle a réussi à fédérer ses troupes autour d’un message patriote. Le message est clair : elle rappelle sa puissance, se pose comme unique sauveur du pays dans un contexte de désordre et de remise en question institutionnelle, bref, l’avenir de la Tunisie ne se fera pas sans elle.

Reste à savoir si ce message est parvenu aux 30 000 démocrates en sit-in au Bardo, à moins de quatre kilomètres de la Kasbah.

Frida Dahmani, à Tunis
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Origines, localisation, mobilité, réseaux... État des lieux de la nébuleuse jihadiste en Tunisie.[...]

Tunisie : le député Mohamed Ali Nasri attaqué chez lui par des hommes armés

Le député tunisien Mohamed Ali Nasri a été agressé dans la nuit par des hommes armés dans son domicile de Kasserine. Il s'est cassé une jambe dans sa fuite.[...]

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex