Extension Factory Builder
30/07/2013 à 15:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lotfi Ben Jeddou, lors d'une conférence de presse à Tunis, le 26 juillet 2013. Lotfi Ben Jeddou, lors d'une conférence de presse à Tunis, le 26 juillet 2013. © AFP

Le ministre tunisien de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a menacé mardi 30 juillet de démissionner si aucun gouvernement d'union nationale ne venait à être formé. De son côté, le Premier ministre, Ali Larayedh, refuse toujours une telle alternative.

La pression s'intensifie autour du gouvernement d'Ali Larayedh. Mardi matin, le ministre de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a publiquement appelé à la formation d'un gouvernement d'union nationale, n'hésitant pas à mettre sa démission dans la balance.

« Un gouvernement de salut national ou d'union nationale doit être formé pour sortir la Tunisie de cette impasse », a déclaré à la radio Lotfi Ben Jeddou, un technocrate qui n'appartient à aucun parti. Le même jour, le premier syndicat du pays, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT, 600 000 membres), a également appelé à la démission du gouvernement pour le remplacer par un cabinet de technocrates mené par une personnalité indépendante.

La veille, Ali Larayedh, issu du parti islamiste Ennahdha, s'était montré ferme voire menaçant sur le sujet. Il a rejeté l'appel d'Ettakatol, l'une des deux autres formations au pouvoir, à la démission du gouvernement et à la constitution d'un cabinet d'union nationale. Le Premier ministre a en outre proposé la tenue d'élections le 17 décembre prochain.

Crise aiguë

Jeudi, l'assassinat d'un opposant laïc de gauche, Mohamed Brahmi, a de nouveau plongé le pays dans une crise aiguë entre partisans et adversaires du gouvernement dominé par Ennahdha. Le pays avait déjà connu un tel scénario il y a près de six mois, après le meurtre d'un autre opposant de gauche, Chokri Belaïd.

La mort de huit soldats, lundi, dans une embuscade près de la frontière algérienne, a nourri la colère de milliers de manifestants antigouvernementaux rassemblés à Tunis. Le président Moncef Marzouki a qualifié l'embuscade d'attaque terroriste, décrété trois jours de deuil national et lancé un appel à l'union nationale.

« Dans tous les pays du monde, quand l'État est confronté à une attaque terroriste, la population s'unit. Mais je ne vois rien de semblable se produire aujourd'hui en Tunisie. Tout ce que nous voyons, ce sont les divisions et le chaos », a déclaré Moncef Marzouki. « Nous sommes entrés dans une période de terrorisme. Nous allons traverser une période difficile mais nous la surmonterons. J'appelle tous les responsables politiques, en ce moment historique, à se dresser pour la nation et à s'unir », a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste[...]

"Notre pays est plus fort que vous !" : quand le peuple tunisien dit "non au terrorisme"

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Tunis "contre le terrorisme", après l'attentat qui a touché le musée du Bardo, le 18 mars. Parmi elles, des[...]

Tunisie : grande marche "contre le terrorisme" à Tunis

Une importante foule rejointe par des dirigeants étrangers a défilé dimanche à Tunis "contre le terrorisme" en réaction à l'attentat sanglant du musée du Bardo, juste[...]

François Hollande : nous allons "marcher pour les valeurs que la Tunisie représente"

Après avoir voté pour le second tour des départementales, le président français s'est envolé dimanche matin pour Tunis, où il participera à la marche contre le terrorisme.[...]

Tunisie : neuf hommes du principal groupe jihadiste tunisien tués

Neuf hommes armés appartenant au principal groupe jihadiste tunisien, la brigade Okba Ibn Nafaa accusée par les autorités de l'attentat du musée du Bardo, ont été tués par les[...]

Tunisie : marche contre le terrorisme avec des responsables étrangers

La Tunisie organise dimanche une marche contre le terrorisme à laquelle des dizaines de milliers de personnes et des personnalités étrangères, dont le président français François[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130730145315 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130730145315 from 172.16.0.100