Extension Factory Builder
30/07/2013 à 15:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lotfi Ben Jeddou, lors d'une conférence de presse à Tunis, le 26 juillet 2013. Lotfi Ben Jeddou, lors d'une conférence de presse à Tunis, le 26 juillet 2013. © AFP

Le ministre tunisien de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a menacé mardi 30 juillet de démissionner si aucun gouvernement d'union nationale ne venait à être formé. De son côté, le Premier ministre, Ali Larayedh, refuse toujours une telle alternative.

La pression s'intensifie autour du gouvernement d'Ali Larayedh. Mardi matin, le ministre de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a publiquement appelé à la formation d'un gouvernement d'union nationale, n'hésitant pas à mettre sa démission dans la balance.

« Un gouvernement de salut national ou d'union nationale doit être formé pour sortir la Tunisie de cette impasse », a déclaré à la radio Lotfi Ben Jeddou, un technocrate qui n'appartient à aucun parti. Le même jour, le premier syndicat du pays, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT, 600 000 membres), a également appelé à la démission du gouvernement pour le remplacer par un cabinet de technocrates mené par une personnalité indépendante.

La veille, Ali Larayedh, issu du parti islamiste Ennahdha, s'était montré ferme voire menaçant sur le sujet. Il a rejeté l'appel d'Ettakatol, l'une des deux autres formations au pouvoir, à la démission du gouvernement et à la constitution d'un cabinet d'union nationale. Le Premier ministre a en outre proposé la tenue d'élections le 17 décembre prochain.

Crise aiguë

Jeudi, l'assassinat d'un opposant laïc de gauche, Mohamed Brahmi, a de nouveau plongé le pays dans une crise aiguë entre partisans et adversaires du gouvernement dominé par Ennahdha. Le pays avait déjà connu un tel scénario il y a près de six mois, après le meurtre d'un autre opposant de gauche, Chokri Belaïd.

La mort de huit soldats, lundi, dans une embuscade près de la frontière algérienne, a nourri la colère de milliers de manifestants antigouvernementaux rassemblés à Tunis. Le président Moncef Marzouki a qualifié l'embuscade d'attaque terroriste, décrété trois jours de deuil national et lancé un appel à l'union nationale.

« Dans tous les pays du monde, quand l'État est confronté à une attaque terroriste, la population s'unit. Mais je ne vois rien de semblable se produire aujourd'hui en Tunisie. Tout ce que nous voyons, ce sont les divisions et le chaos », a déclaré Moncef Marzouki. « Nous sommes entrés dans une période de terrorisme. Nous allons traverser une période difficile mais nous la surmonterons. J'appelle tous les responsables politiques, en ce moment historique, à se dresser pour la nation et à s'unir », a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers