Extension Factory Builder
26/07/2013 à 16:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les incidents signalés sur nukpola.org. Les incidents signalés sur nukpola.org. © Capture d'écran/JA

Une radio privée suspendue et une ligne de téléphone, destinée à recevoir des témoignages d'incidents, coupée. La surveillance des législatives togolaises par des associations a été entravée par les autorités du pays, selon la société civile locale.

Pas évident de surveiller le déroulement des législatives au Togo. La plateforme Nukpola - témoin en Ewé, langue locale -, mise en place par quelques organisations de la société civile togolaise, en a fait l’amère expérience. Lancée sur la Toile quelques heures avant le début du scrutin, le 25 juillet, dans le but de « permettre aux citoyens de signaler tout incident par SMS et email ou en se connectant directement sur le site internet », Nukpola été « sabotée », disent ses initiateurs.

« Pendant des semaines, nous avons communiqué aux Togolais un numéro de téléphone par lequel ils pouvaient nous envoyer leurs témoignages sur le déroulement du vote dans leur circonscription, mais le jour du scrutin, à la mi-journée, nous avons constaté que la ligne ne passait plus », explique Maxime Domégni, à l'origine du projet. Un nouveau numéro, français cette fois-ci, a été vite intégré pour continuer à recevoir les témoignages.

"Censure"

Mais la « censure du numéro initial » a stoppé net l’« engouement » autour de Nukpola. Car « au Togo, comme dans beaucoup de pays africains, les populations ont plus la facilité de communiquer par téléphone que sur internet », rappelle Maxime Domégni, qui soupçonne - sans preuve - « certaines personnes proches du pouvoir » d’être derrière le coup.

« Beaucoup dans le camp du président Gnassigbé regardaient Nukpola d’un mauvais œil avant même son lancement. Tantôt ils nous accusaient d’être manipulés par l’opposition, tantôt d’avoir été embauché par l’Occident pour déstabiliser le pays », poursuit Maxime Domégni.

Illustration des incidents signalés sur le site nukpola.org

Pour avoir dénoncé sur ses ondes des « fraudes électorales », la radio privée Légende a été, elle, suspendue par les autorités togolaises. Raison officielle : « diffusion de fausses informations ». Reste qu'en se présentant dans un bureau de vote de Lomé, le président togolais Faure Gnassingbé a lui-même admis avoir entendu parler de « quelques petits problèmes techniques ça et là » dans la capitale, espérant qu’ils seraient « rapidement résolus pour que tous ceux qui veulent s'exprimer puissent le faire ».

Faure Gnassigné "confiant"

Malgré les incidents, le président togolais s’est déclaré « confiant » quant à l’issue du scrutin, auquel les partis politiques de l’opposition ont participé, après avoir longtemps menacé de le boycotter. C’est d’ailleurs Jean-Pierre Fabre lui-même, le leader de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et principal adversaire de Faure Gnassigné à la présidentielle de 2010, qui a conduit la liste du Collectif Sauvons le Togo (CST) à Lomé. En face, Patricia Dagban-Zonvidé, la ministre de la Promotion de la femme, était tête de liste de l’Union pour la République (Unir), le parti présidentiel.

Au siège de la Commission électorale nationale indépendante, les premiers résultats du scrutin, encore partiels, semblent indiquer une percée du CST, mais l’Unir pourrait conserver la majorité des 91 sièges à pourvoir. Quant à l'Union des forces de changement (UFC), parti de Gilchrist Olympio, figure historique de l'opposition et fils du premier président togolais, elle pourrait payer cher son rapprochement avec le pouvoir et perdre du terrain à l'Assemblée… Comme lors des dernières législatives de 2007.

___________________

Par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5 m[...]

Vers une présidentielle en avril au Togo ?

Dans un climat politique tendu, la Cour constitutionnelle doit néanmoins annoncer sans tarder la date du prochain scrutin présidentiel. On se dirigerait vers une élection en avril.[...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Goodluck Jonathan, Laurent Gbagbo, Alpha Condé... Ils seront au coeur de l'actualité en 2015

Qui sera président du Burkina Faso dans un an ? La chute de Blaise Compaoré aura-t-elle un effet au Togo ? Quel sera l'impact de Boko Haram sur le vote des Nigérians ? Qui affrontera Alassane Ouattara[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cri

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications[...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130726134837 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130726134837 from 172.16.0.100