Extension Factory Builder
17/07/2013 à 18:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le camp de réfugiés de M'Bera, en Mauritanie. Le camp de réfugiés de M'Bera, en Mauritanie. © AFP

Près de 175 000 Maliens sont actuellement réfugiés au Burkina, au Niger et en Mauritanie. Grâce à un dispositif spécial, eux aussi devraient réussir à glisser leur bulletin dans l'urne le 28 juillet, comme les quelque 350 000 déplacés à l'intérieur du territoire malien.

Les premiers réfugiés ont commencé à fuir le Nord du Mali en janvier 2012, au début des combats entre islamistes et rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), d'un côté, et militaires maliens, de l'autre. L’exode s’est ensuite amplifié au fil des mois, parallèlement à la prise de contrôle des principales villes de la région par les différents groupes jihadistes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Plus de six mois après l’intervention victorieuse des forces françaises et africaines, les groupes armés ont désormais quitté la zone mais beaucoup de réfugiés, eux, sont toujours installés dans leurs camps de fortune. D’après le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ils sont 175 000, dispersés entre la Mauritanie, le Niger, et le Burkina Faso. À ces personnes s’ajoutent environ 350 000 déplacés internes, qui ont fuit les combats au Nord pour s’installer dans le sud du pays, notamment à Bamako.

Parmi ces déracinés figurent de nombreuses personnes en âge de voter. Le 28 juillet, ils se rendront aux urnes pour le premier tour de l’élection présidentielle. Comme leurs compatriotes, ils devront être majeurs et munis de leur carte électorale Nina, créée à partir du recensement administratif de la population effectué en 2010.

Pour ces citoyens à la situation particulière, des dispositions spéciales ont été prises. Les déplacés qui souhaitent voter ont par exemple vu leurs noms transférés des listes électorales de leurs communes d’origine à celles de leur communes de résidence.

Le problème de la distibution des cartes électorales

L’organisation du vote des réfugiés est un peu plus complexe. « Des accords ont été passés entre le gouvernement malien et les États qui accueillent nos compatriotes pour qu’ils puissent voter », indique un officiel bamakois. Le 28 juillet, et éventuellement le 11 août, date d'un probable second tour, des bureaux de votes seront donc installés à proximité des camps.

Les noms des réfugiés qui se sont enregistrés ont été transmis aux autorités maliennes pour que leurs cartes électorales soient envoyées au Burkina (3 500 votants), au Niger (4 200 votants) et en Mauritanie (11 400 votants). Mais dans les campements, comme sur le territoire malien, beaucoup craignent de ne pas recevoir le précieux sésame à temps. Toujours en cours, la distribution des fameuses cartes Nina doit durer jusqu’au 27 juillet.

Le HCR, qui gère en partie les camps de réfugiés maliens, comme celui de M'bera, en Mauritanie, appuiera le processus électoral. L’agence onusienne a déjà mené des campagnes de sensibilisation et d’information sur le scrutin. Le jour J, elle transportera les électeurs vers certains bureaux de vote. « Les réfugiés ont le droit de participer à cette élection, souligne Marie-Antoinette Okimba, représentante du HCR au Mali. Pour eux, voter est une façon de contribuer au retour de la paix dans leur région d’origine ». Conformément à la volonté de Bamako, certains pourront également se porter bénévole pour être agents électoraux. Comme n’importe quel autre citoyen malien.

______

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers