Extension Factory Builder
17/07/2013 à 18:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le camp de réfugiés de M'Bera, en Mauritanie. Le camp de réfugiés de M'Bera, en Mauritanie. © AFP

Près de 175 000 Maliens sont actuellement réfugiés au Burkina, au Niger et en Mauritanie. Grâce à un dispositif spécial, eux aussi devraient réussir à glisser leur bulletin dans l'urne le 28 juillet, comme les quelque 350 000 déplacés à l'intérieur du territoire malien.

Les premiers réfugiés ont commencé à fuir le Nord du Mali en janvier 2012, au début des combats entre islamistes et rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), d'un côté, et militaires maliens, de l'autre. L’exode s’est ensuite amplifié au fil des mois, parallèlement à la prise de contrôle des principales villes de la région par les différents groupes jihadistes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Plus de six mois après l’intervention victorieuse des forces françaises et africaines, les groupes armés ont désormais quitté la zone mais beaucoup de réfugiés, eux, sont toujours installés dans leurs camps de fortune. D’après le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ils sont 175 000, dispersés entre la Mauritanie, le Niger, et le Burkina Faso. À ces personnes s’ajoutent environ 350 000 déplacés internes, qui ont fuit les combats au Nord pour s’installer dans le sud du pays, notamment à Bamako.

Parmi ces déracinés figurent de nombreuses personnes en âge de voter. Le 28 juillet, ils se rendront aux urnes pour le premier tour de l’élection présidentielle. Comme leurs compatriotes, ils devront être majeurs et munis de leur carte électorale Nina, créée à partir du recensement administratif de la population effectué en 2010.

Pour ces citoyens à la situation particulière, des dispositions spéciales ont été prises. Les déplacés qui souhaitent voter ont par exemple vu leurs noms transférés des listes électorales de leurs communes d’origine à celles de leur communes de résidence.

Le problème de la distibution des cartes électorales

L’organisation du vote des réfugiés est un peu plus complexe. « Des accords ont été passés entre le gouvernement malien et les États qui accueillent nos compatriotes pour qu’ils puissent voter », indique un officiel bamakois. Le 28 juillet, et éventuellement le 11 août, date d'un probable second tour, des bureaux de votes seront donc installés à proximité des camps.

Les noms des réfugiés qui se sont enregistrés ont été transmis aux autorités maliennes pour que leurs cartes électorales soient envoyées au Burkina (3 500 votants), au Niger (4 200 votants) et en Mauritanie (11 400 votants). Mais dans les campements, comme sur le territoire malien, beaucoup craignent de ne pas recevoir le précieux sésame à temps. Toujours en cours, la distribution des fameuses cartes Nina doit durer jusqu’au 27 juillet.

Le HCR, qui gère en partie les camps de réfugiés maliens, comme celui de M'bera, en Mauritanie, appuiera le processus électoral. L’agence onusienne a déjà mené des campagnes de sensibilisation et d’information sur le scrutin. Le jour J, elle transportera les électeurs vers certains bureaux de vote. « Les réfugiés ont le droit de participer à cette élection, souligne Marie-Antoinette Okimba, représentante du HCR au Mali. Pour eux, voter est une façon de contribuer au retour de la paix dans leur région d’origine ». Conformément à la volonté de Bamako, certains pourront également se porter bénévole pour être agents électoraux. Comme n’importe quel autre citoyen malien.

______

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers