Extension Factory Builder
17/07/2013 à 12:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tiébilé Dramé, alors chef de la délégation de Bamako à Ouagadougou, le 8 juin 2013. Tiébilé Dramé, alors chef de la délégation de Bamako à Ouagadougou, le 8 juin 2013. © AFP

Le candidat du Parena à la présidentielle malienne, qui a demandé un report du scrutin, a finalement décidé de ne pas solliciter le suffrage de ses concitoyens le 28 juillet prochain. Il dénonce des violations de la loi électorale.

Depuis le début de la campagne présidentielle au Mali, il n’a eu de cesse de réclamer un report du scrutin, allant jusqu’à déposer une requête en ce sens devant la Cour constitutionnelle, le 8 juillet. N’ayant pas été entendu par les autorités, et la Cour restant silencieuse à 11 jours du vote, Tiébilé Dramé, le candidat du Parti de la renaissance nationale (Parena), a finalement décidé de jeter l’éponge. « J'ai décidé de retirer ma candidature pour l'élection du 28 juillet, parce que les conditions d'une élection régulière ne sont pas réunies », a-t-il déclaré le 17 juillet à Bamako, en conférence de presse.

L’ ancien ministre et artisan de l’accord de paix intervenu entre Bamako et la rébellion touarègue, le 18 juin à Ouagadougou, précise que « les conditions de tenue de ce scrutin sont loin d'être réunies » à Kidal en particulier, où la loi électorale a été violée », selon lui, car « à la date du 25 juin, il n'y avait pas de liste électorale » dans la ville. "Vouloir maintenir la date du 28 juillet, c'est priver de nombreux Maliens de leur droit » de vote, a-t-il conclu.

>> Lire aussi l'interview de Tiébilé Dramé : "Je constate que Laurent Fabius est devenu le directeur général des élections" au Mali

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers