Extension Factory Builder
17/07/2013 à 13:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Éric Lembembe a été retrouvé mort, lundi 15 juillet 2013. Éric Lembembe a été retrouvé mort, lundi 15 juillet 2013. © DR

Au Cameroun, l’homosexualité est passible de cinq ans de prison. Mais pour certains, se battre pour les droits des minorités sexuelles peut coûter encore plus cher. Lundi 15 juillet, Éric Lembembe, militant de la cause homosexuelle et journaliste, a été retrouvé mort à son domicile de Yaoundé. Il avait auparavant été torturé.

Le cou et les pieds brisés. Le visage et les mains brûlés par un fer à repasser. Lundi 15 juillet, le militant pour les droits des homosexuels au Cameroun, Éric Lembembe, a été retrouvé mort à son domicile de Yaoundé. Proche collaborateur de Human Rights Watch, qui a annoncé son décès, il était reconnu au Cameroun pour son combat en faveur des minorités sexuelles et présidait la Fondation camerounaise pour le Sida, organisation qui luttait contre le VIH et pour les droits LGBT.

« Nous condamnons cet acte terrible et encourageons les autorités camerounaises à diligenter rapidement une enquête et à poursuivre les responsables de sa mort », a aussitôt réagi Marie Harf, porte-parole du département d’État américain. Neela Ghoshal, chercheur sur les droits des minorités sexuelles à Human Rights Watch, a quant à elle souhaité que la police n’ait « pas de repos tant que les coupables de cet horrible crime ne seront pas face à la justice ». « Le président Biya doit sortir de son silence au sujet des violentes homophobes au Cameroun et condamner publiquement cette attaque », a-t-elle ajouté.

"Tu sauras ce que ça fait"

Le contexte camerounais n’incite pas à l’optimisme. Le 26 juin dernier, le siège de l’ONG Alternatives Cameroun, qui prodiguait des soins aux malades du sida, a été incendié, à Douala. Quelques jours plus tôt, dans la nuit du 16 au 17 juin 2013, c’est le cabinet de l’avocat Michel Togué qui avait été cambriolé, des personnes non identifiées ayant emporté avec elles son ordinateur portable et son passeport.

"L'intervention des pédés blancs ne les sauvera pas."

Régulièrement victime d’actes d’intimidation le menaçant de l’enlèvement de ses enfants et le qualifiant de « pédé », Me Togué a préféré envoyer sa famille hors du pays en 2012. « Choisis celui de tes enfants que nous allons transformer en pédé comme toi », a-t-il notamment reçu, « là, tu sauras ce que ça fait de les défendre. (...) Même l'intervention des pédés blancs ne les sauvera pas. » Tout comme sa consœur Alice Nkom, il a régulièrement déposé des plaintes auprès de la police. Toutes sont restées sans suite.

Si aucun suspect n’a été appréhendé dans chacune de ces affaires, la justice camerounaise s’est en revanche distinguée dans l’application de la loi contre l’homosexualité. En décembre dernier, elle a confirmé en appel la peine de 36 mois de prison infligée à Roger Mbédé, qui avait révélé son amour pour un autre en lui envoyant un simple SMS. Les autorités camerounaises savent, parfois, être intransigeantes.

Par Mathieu Olivier

Pour aller plus loin :

> Alice Nkom : "Qu'on ne vienne pas me dire que le respect des minorités sexuelles n'est pas africain" (Vidéo)
> Homosexualité : en Afrique, c'est souvent la case prison (carte interactive)
> Roger Mbédé : "Il n'y a toujours pas de place pour les homosexuels au Cameroun" (Interview)
> Cameroun : poursuites injustes pour homosexualité (vidéo Human Rights Watch)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget aliment[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers