Extension Factory Builder
17/07/2013 à 12:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Stade d'Al-Ram, près de Ramallah, en 2012. Stade d'Al-Ram, près de Ramallah, en 2012. © SIPA

À Gaza, le football est resté à l’écart du développement observé en Cisjordanie. Dans cette partie de la Palestine, le ballon roule encore, mais au ralenti…  

Le Hamas ne voit pas d’un bon œil le divertissement. Mais il suit (de loin) les affaires du football local. Le parti islamiste au pouvoir a même quelques accointances avec le Nadi al-Jam’iyya al-Islamiyya, un club de Gaza City.

Mais cela ne va pas plus loin. « Le Hamas ne s’occupe pas de sport. Il n’a rien contre la pratique du football [sauf pour les femmes, qui n’ont pas le droit d’y jouer, NDLR], mais il ne donne pas d’argent. Il n’a d’ailleurs pas vraiment les moyens de le faire. À Gaza, la politique et le sport sont séparés », explique Abu Salim, le vice-président de la Fédération palestinienne, qui réside à Gaza.

>> Lire : Femmes palestiniennes : fierté, égalité, balle au pied

Depuis que la Bande de Gaza est tombée sous la coupe du Hamas en 2008, ses habitants sont soumis à un blocus israélo-égyptien. Et le football, malgré sa popularité, a du mal à survivre. « Le championnat, la Gaza League, est totalement amateur. Certains joueurs peuvent toucher quelques primes de match, qui peuvent représenter l’équivalent de 100 ou 150 dollars par mois, mais tous doivent travailler pour vivre », explique l’international Rami Rabi, président de l’association des footballeurs professionnels palestiniens.

Le football gazaoui stagne, et même régresse.

Même pas de matches amicaux

« En équipe nationale, à une époque, beaucoup de joueurs étaient originaires de Gaza. C’est là-bas qu’on trouve les plus doués. Malheureusement, avec la situation actuelle, le football gazaoui stagne, et même régresse. » Rabi parle même « d’une génération perdue », tandis qu’Abu Salim se lamente.

>> Football : occupation israélienne, humiliation palestinienne

« Comment voulez-vous que le football se développe quand le championnat est amateur, que l’argent manque puisqu’il y a très peu d’investisseurs, que les infrastructures sont vétustes et que nous n’avons aucun contact avec l’extérieur, puisque nos équipes n’ont même pas le droit de disputer des matches amicaux contre celles de Cisjordanie ? ». À Gaza, où le beach soccer rencontre un réel succès d’estime et où certaines matches de championnat peuvent attirer 5 000 spectateurs, on espère secrètement qu’un jour, le championnat palestinien retrouvera son intégrité…

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : les fous du Temple

Israël : les fous du Temple

À l'origine des tensions actuelles à Jérusalem, le courant messianique juif ne cesse de gagner du terrain. Et menace d'enterrer toute perspective de paix avec le monde arabe.[...]

Le groupe EI affirme avoir décapité un Américain et 18 soldats syriens

Le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a revendiqué l'exécution par décapitation de l'otage américain Peter Kassig, enlevé en Syrie, et d'au moins 18 soldats syriens, dans une vidéo[...]

Soufisme : islam du coeur, coeur de l'islam

Voie de réalisation spirituelle, le courant mystique de la religion musulmane exprime la quintessence de la Révélation. Aux antipodes du littéralisme rigoriste des salafistes.[...]

La prière des mortes

- Au Nigeria, les quelques lycéennes rescapées des geôles de Boko Haram - parmi les 276 jeunes filles enlevées le 14 avril à Chibok, dans l'est du pays - racontent leur[...]

Palestine : 13 novembre 1974, discours historique de Yasser Arafat à l'ONU

Alors que le monde entier célébrait le 11 novembre les dix ans de la mort de Yasser Arafat, le 13 novembre est une autre date importante de son destin politique. Il y a quarante ans, le leader palestinien[...]

Dix ans après sa mort, les rameaux de Yasser Arafat sont fanés

En acceptant de renoncer à la violence et de reconnaître l'État hébreu, Abou Ammar avait fait naître des espoirs de paix. Dix ans après sa mort, ils se sont presque évanouis.[...]

Israël - Palestine : tensions sur l'esplanade des Mosquées

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, est au centre de toutes les tensions.[...]

Allemagne : Raed Saleh, tombeur de murs

Le maire de Berlin, Klaus Wowereit, quittera ses fonctions le 11 décembre. Candidat à sa succession, Raed Saleh, un Palestinien de 37 ans.[...]

La candidature du Libanais Michel Sleiman à l'OIF n'était qu'une rumeur

L'élection du successeur d'Abdou Diouf approche et les rumeurs continuent d'aller bon train. Celle qui avançait une candidature de Michel Sleiman s'est éteinte.[...]

Photographie : rap et résistance en Palestine

Le photographe Pierre Mérimée et le journaliste Jacques Denis sont partis à la rencontre des artistes hip-hop palestiniens. Plus qu'un moyen d'expression, leur musique est un cri de révolte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers