Extension Factory Builder
16/07/2013 à 17:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, le 18 juin 2013 à Ouagadougou. Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, le 18 juin 2013 à Ouagadougou. © Ahmed Ouoba

Pour la première fois dans l'histoire du Burkina, les journalistes des médias publics ont manifesté devant leur ministère de tutelle pour dénoncer des pressions dans le traitement de l'information relative à l'opposition au président Blaise Compaoré. Le gouvernement dément toute volonté de manipulation.

C’est une première dans l’histoire du pays et peut-être le signe que la peur se dissipe. Mardi 15 juillet à Ouagadougou, ils étaient plusieurs centaines de journalistes des médias publics à lever la voix contre ce qu’ils considèrent comme des pratiques contraires à l’éthique de leur métier. Rassemblés en « sit-in » devant le ministère de la Communication (qui jouxte la télévision nationale) à l'appel du Syndicat autonome des travailleurs de l'information et de la culture (Synatic) et de l'Association des journalistes du Burkina Faso (AJB), rédacteurs, vidéastes et techniciens ont dénoncé « la censure des articles et des reportages dans les rédactions » et « l'ingérence [du pouvoir] dans [leur] travail ».

Selon les protestataires, ce sont surtout les informations concernant l’opposition au président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 26 ans, qui font l'objet des pressions des autorités. Le secrétaire général du ministère de la Communication, Adama Barro, est en particulier accusé par le Synatic et l'AJB d'être intervenu « directement » pour « charcuter » un reportage de la télévision nationale sur une marche organisée par l'opposition, le 29 juin dans la capitale, pour protester contre le futur Sénat, suspecté d’avoir été créé pour faire réviser la Constitution dans le but de permettre à Compaoré de se représenter en 2015.

"Je n'ai jamais donné d'instruction à personne"

« Je n'ai jamais donné d'instruction à personne », s’est défendu Adama Barro. « Nous opérons un suivi au niveau des médias publics en leur disant : "restez professionnels". On ne leur a pas demandé d'être des griots du pouvoir ou du gouvernement mais de ne pas être non plus les griots de l'opposition », a-t-il indiqué. Les manifestants lui ont remis une liste de doléances, dans laquelle ils exigent également de meilleures rémunérations. « Nous allons maintenir la mobilisation jusqu'à leur satisfaction concrète », a assuré Sidiki Dramé, responsable du Synatic, dénonçant la « censure et l'autocensure » dans les rédactions.

Quoi qu'il en soit, le mouvement de grogne a été suffisamment important pour provoquer une réaction énergique du gouvernement. « Sur le point relatif à l'immixtion des autorités du ministère [de la Communication, NDLR] dans le traitement de l'information, à aucun moment une telle démarche n'a été entreprise par mon département », a déclaré en conférence de presse le ministre concerné, Alain Édouard Traoré, également porte-parole de l'exécutif.

« Nulle part il ne s'est opéré une censure sur aucun élément de reportage, et l'accusation » est « gratuite et sans fondement », a-t-il ajouté, jugeant toutefois que sa responsabilité était de « veiller au respect de la ligne éditoriale, de l'éthique et de la déontologie. (…) Face au traitement des sujets sensibles, des orientations sont toujours données aux responsables des structures à tous les niveaux pour observer scrupuleusement le professionnalisme, notamment l'équilibre dans le traitement de l'information, et éviter les connivences en tous genres », a souligné le ministre.

(Avec AFP)







 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina : le projet de loi révisant la Constitution examiné le 30 octobre

Burkina : le projet de loi révisant la Constitution examiné le 30 octobre

C'est le 30 octobre que les députés burkinabè se prononceront sur le projet de loi visant à modifier la Constitution et permettant à Blaise Compaoré de briguer un nouveau mandat en 2015.[...]

Théâtre : Étienne Minoungou sur le ring avec Muhammad Ali

Pour Étienne Minoungou, le directeur des Récréâtrales, qui se tiennent du 25 octobre au 2 novembre à Ouagadougou, l'art est un combat. Sur scène, il incarne le plus[...]

Burkina Faso : le référendum, la seconde option de Blaise Compaoré

Se dirige-t-on vers un référendum au Burkina Faso, comme l’annoncent les partisans de Blaise Compaoré depuis le 21 octobre et, à leur suite, les médias ? Il semble que non. Du moins pas[...]

Burkina - Zephirin Diabre : "Le référendum est inopportun et dangereux pour la paix sociale"

Après l'annonce du gouvernement, mardi, d’un référendum à venir pour ouvrir la voie à une nouvelle candidature de Blaise Compaoré, l'opposition annonce d'ores et déjà[...]

Burkina : l'opposition manifeste contre le référendum favorable au maintien de Compaoré au pouvoir

L’annonce faite par le gouvernement hier d’un référendum à venir pour ouvrir la voie à une nouvelle candidature de Blaise Compaoré a déclenché des manifestations de[...]

Burkina Faso : le gouvernement adopte un projet de loi révisant la Constitution

Réuni en conseil des ministres extraordinaire mardi, le gouvernement burkinabè a décidé de soumettre à l'Assemblée nationale un projet de loi visant à modifier la Constitution,[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Burkina : il y a 27 ans, Thomas Sankara était assassiné

L'ancien président et leader de la révolution burkinabè a été assassiné il y a tout juste 27 ans, le 15 octobre 1987. À l'occasion de l'anniversaire de sa mort, "Jeune[...]

Sénégal - Burkina : Macky Sall favorable à une candidature de Compaoré en 2015

Le président sénégalais Macky Sall a expliqué à des visiteurs français qu'il valait mieux laisser le président burkinabè se représenter en 2015, même[...]

Burkina Faso : vers un référendum constitutionnel pour Blaise Compaoré ?

Le dialogue politique entre la majorité et l'opposition au Burkina Faso a échoué, lundi. Un fiasco qui fait ressurgir l'option d'un probable référendum constitutionnel visant à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers