Extension Factory Builder
15/07/2013 à 18:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les rebelles du M23 démentent avoir été repoussés de Mutaho, à 12 km de Goma. Les rebelles du M23 démentent avoir été repoussés de Mutaho, à 12 km de Goma. © AFP

Les rebelles du Mouvement du 23-Mars (M23) ont été défaits, le 15 juillet, à Mutaho, une localité située à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Goma. Les combats ont éclaté la veille après le renforcement des positions du groupe rebelle à Kibati, plus au nord de la capitale du Nord-Kivu.

« Quelques 120 éléments des forces négatives assaillantes ont été tués lors des combats et une douzaine d’entre eux ont été capturés par les forces loyalistes ». Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, est catégorique : les FARDC (Forces armées de la RDC) ont infligé de « très lourdes pertes » aux rebelles du Mouvement du 23-Mars (M23), qui ont attaqué les positions de l’armée congolaise à Mutaho et Rusayo, des localités situées à 12 km au nord-ouest de Goma ».

Du côté rebelle, on se refuse de donner un quelconque bilan. « Dans tous les cas, ce sont des Congolais qui meurent, avance Amani Kabasha, le porte-parole à l’intérim du M23. Nos positions ont été pilonnées toute la nuit depuis les collines de Mutaho par les éléments de l’armée régulière, avant qu’ils ne tentent une incursion vers 3 heures du matin, mais nous sommes en train de résister ».

"Acte de provocation"

Des affrontements entre le groupe rebelle et l’armée gouvernementale ont éclaté, le 14 juillet, à Mutaho et se sont poursuivis le lendemain, après une brève trêve en fin de soirée. « Il est difficile de savoir quelle partie a pris l’initiative des combats, mais nous avons observé un acte de provocation de la part du M23 qui a commencé à renforcer ses positions à Kibati avec un tank et de l’armement lourd », relève Madnodje Mounoubai, le porte-parole de la Mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco).

Selon la Monusco et le gouvernement de la RDC, les rebelles du M23 ont finalement été repoussés de Mutaho. « Avant les combats, la localité était occupée à la fois par les soldats des FARDC et les rebelles du M23, séparés les uns des autres sur une distance de 100 mètres. Mais, aujourd’hui, d’après les informations en notre possession, seule l’armée régulière contrôle le lieu », explique Madnodje Mounoubai. « Des forces loyalistes ont également reconquis quelques positions de l’ennemi qui a fui vers Kilimanyoka à proximité de Kibati, plus au nord de la capitale du Nord-Kivu », ajoute, de son côté, Lambert Mende.

Pour empêcher toute tentative d'étendre ces combats vers le Sud, c'est-à-dire à Goma, les troupes onusiennes ont « renforcé leur dispositif derrière les FARDC », annonce Madnodje Mounoubai, soulignant l’objectif des Casques bleus de « protéger les civils dans la ville de Goma et les camps des déplacés environnants ». Un « couloir » a également été dégagé pour permettre aux habitants des zones de combats de venir s'abriter derrière les lignes tenues par les troupes onusiennes.

Nous n’avons nullement l’intention de marcher sur Goma.

Amani Kabasha, porte-parole du M23

Mais, à Bunagana, fief du mouvement rebelle, on se veut moins va-t-en-guerre. C’est la voie du dialogue qui est officiellement mise en avant, même si sur le terrain, l'option militaire semble souvent prendre le dessus. « Nous n’avons nullement l’intention de marcher sur Goma, tente de rassurer Amani Kabasha. La solution à la crise dans l’est du pays passe par le retour de Kinshasa sur la table des négociations à Kampala : la communauté internationale, au lieu de s’en prendre à nous, devrait plutôt demander à Joseph Kabila de revenir discuter ». En attendant, le M23 signe et persiste : leurs hommes sont toujours à Mutaho.

Loin de la ligne de front, « deux bombes sont tombés à 15H05, à Kageshi et à Gasiza, dans le secteur de Busasamana, district de Rubavu, dans l’ouest du Rwanda », a déclaré le porte-parole militaire du ministère rwandais de la Défense, le général de brigade Joseph Nzabamwita qui parle d’un « acte provocation délibérée » de la part des FARDC et de la mission onusienne. Kigali dit également avoir des « informations crédibles » de la présence de rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) intégrés dans l’armée congolaise.

De son côté, Kinshasa accuse Kigali d’avoir envoyé une nouvelle fois « [ses] troupes régulières » soutenir les rebelles du M23 et dénonce l’asile que les autorités rwandaises auraient accordé aux anciens dirigeants du M23 – Jean Marie Runiga et Baudouin Ngaruye, qui s’étaient réfugiés sur son territoire après la scission du mouvement rebelle. Décidément, le ping pong entre les deux pays voisins est encore loin de se terminer...

____________________

Par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et enfant[...]

RDC : que faisaient des tenues de l'armée dans un fourgon de la Monusco à Goma ?

Des tenues de l'armée congolaise ont été retrouvées mercredi dans un fourgon de la Monusco à l'aéroport de Goma, selon plusieurs témoins sur place. Une affaire bien embarrassante[...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

RDC - Massacres à Beni : des députés réclament l'ouverture d'une enquête parlementaire

Dans un rapport, douze députés congolais, de retour de cinq jours de mission à Beni, territoire endeuillé par une série de massacres depuis début octobre, fustigent les défaillances[...]

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces