Extension Factory Builder
11/07/2013 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le développement du football palestinien est entravé par l'occupation israélienne. Le développement du football palestinien est entravé par l'occupation israélienne. © AFP

Sepp Blatter, le président de la Fifa, s’est déplacé en Palestine puis en Israël, les 8 et 9 juillet, afin de trouver une solution à la question de la libre circulation des footballeurs palestiniens, mais également à celle des multiples tracasseries rencontrées par les équipes étrangères dans les Territoires occupés.

Lors de sa visite en Israël et en Cisjordanie, les 8 et 9 juillet, le président de la Fifa, Sepp Blatter, a plusieurs fois répété qu’il allait « se battre » pour que les entraves à la circulation des sportifs, palestiniens ou non, dans les territoires occupés soient levées. « J’ai reçu un mandat pour cela. C’est une mission difficile, que je prends très au sérieux, mais je suis optimiste. Je vais rendre un rapport [au Comité exécutif de la Fifa , NDLR] en octobre », a précisé le Suisse, sans évoquer les sanctions que pourrait demander la Palestine si rien ne changeait rapidement.

« Israël ne veut pas accorder à la Palestine la jouissance du règlement de la Fifa sur la libre circulation des sportifs. Quand j’ai évoqué cela lors du dernier congrès à Maurice en mai, j’ai été compris et soutenu, alors qu’Avi Luzon, le président de la Fédération israélienne, était isolé. Je ne souhaite à aucun athlète israélien d’avoir à subir les humiliations que nous subissons », a expliqué Jibril Rajoub, le président de la Fédération palestinienne.

Footballeurs palestiniens en détention

« La politique israélienne a toujours été de nier l’existence de la Palestine », accuse-t-il. Et de citer des exemples de footballeurs palestiniens arrêtés « arbitrairement », selon lui. « Mahmoud Sarsak a été détenu trois ans sans preuve. Omar Rweis et Mohammad Nimer le sont depuis février 2012 », précise-t-il. Et quand ils ne passent pas plusieurs mois, voire plusieurs années, dans les prisons israéliennes, les footballeurs palestiniens rencontrent souvent des difficultés au sein même des territoires occupés.

« Quand il y a des rassemblements de l’équipe nationale, il est fréquent que des joueurs soient bloqués à un check-point pendant des heures. Ou que certains n’aient pas le droit de quitter le pays, ou que d’autres patientent des jours, voir des semaines, à la frontière jordanienne, au retour d’un déplacement à l’étranger », indique Rami rabi, international et président de l’association des footballeurs palestiniens.

Blatter, lui-aussi bloqué

Les restrictions imposées par les autorités israéliennes ne concernent pas seulement les Palestiniens. Depuis plusieurs années, des personnalités officielles de la Fifa ou de la Confédération asiatique de football (AFC), des arbitres, des clubs brésiliens, sud-africains, et quelques sélections africaines (Zambie, Centrafrique) n’ont pas reçu l’indispensable autorisation pour venir jouer à Al-Ram, et du matériel voyageant avec les équipes sont souvent bloqués à la douane.

« Un jour, deux joueuses d’une sélection nationale  féminine de Birmanie ont été interdites de séjour », ajoute Rajoub. « Juste pour le principe, et c’est humiliant pour nous. Les Israéliens laissent en général facilement entrer des équipes venant de pays musulmans. Mais ils estiment que si une équipe africaine ou sud-américaine vient, cela équivaut à une forme de reconnaissance », poursuit Rami rabi, un proche du président de la fédération.

Lors de sa visite en Palestine, Blatter s’est également remémoré les difficultés rencontrées lors de ses précédents voyages. « En novembre 1999, son avion privé s’était posé à Rafah, à Gaza, et il avait été bloqué une heure sur place et deux heures à un check-point », se souvient un témoin de la scène. En novembre 2008, le président de la Fifa avait dû attendre une bonne heure sur le pont Allenby, sur le Jourdain. Mais cette année, il n’a attendu que quelques secondes.

_______

Par Alexis Billebault, envoyé spécial en Palestine

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : Bibi-sitter et le hipster

Israël : Bibi-sitter et le hipster

À l'approche des législatives, les candidats rivaux multiplient les clips de campagne. Et, pour séduire les électeurs, ils sont prêts à tout ![...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Un jeune Sud-Africain, se présentant sous le nom d’Abu Hurayra Al-ifriki, assure avoir rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie. Une information qui n’a pas encore été[...]

Yémen : les yeux plus gros que le ventre des houthistes

Maîtres de facto du pays depuis la prise de Sanaa, le 20 janvier, et la démission du président de la transition, les houthistes ne savent pas vraiment quoi faire d'un pouvoir trop facilement[...]

Yémen : une Française travaillant pour la Banque mondiale enlevée à Sanaa

Une ressortissante française travaillant pour la Banque mondiale a été enlevée mardi à Sanaa, ont annoncé les autorités françaises. [...]

Syrie: près d'une centaine de chrétiens assyriens enlevés par l'EI

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, l'Etat islamique a enlevé 90 habitants après avoir attaqué Tal Chamiram et Tal Hermoz, deux villages chrétiens assyriens sous contrôle des[...]

Le nombre de jihadistes européens dans les rangs de l'EI est-il en baisse ?

Pour la première fois, six Français, dont le départ vers la Syrie semblait imminent, ont été privés de leurs passeports. Une décision qui illustre le renforcement de l'arsenal[...]

Le président démissionnaire yéménite a réussi à quitter Sanaa

Après avoir été assigné à résidence durant des semaines, le président démissionnaire du Yémen a réussi samedi dans la matinée à quitter Sanaa pour[...]

Israël : Sara Netanyahou, le boulet

Réputée pour ses frasques et ses lubies, Sara Netanyahou, l'épouse du Premier ministre israélien, a été rattrapée par un scandale qui pourrait, à un mois des [...]

Irak : Saddam Hussein, la corde du pendu, le prix du remord

Il y a huit ans, Saddam Hussein n'exprima aucun remords au pied de la potence. Un ancien opposant, rancunier, met en vente la corde qui servit à son exécution.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130711103600 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130711103600 from 172.16.0.100