Extension Factory Builder
05/07/2013 à 19:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nelson Mandela et son épouse Graça en 2010. Nelson Mandela et son épouse Graça en 2010. © AFP

Le cirque médiatique autour de l’hospitalisation de l’ancien président sud-africain, Nelson Mandela,n'en finit pas. Dernier épisode en date : de vraies fausses révélations indiquant que Madiba serait "dans un état végétatif" depuis la fin du mois de juin. Après la présidence sud-africaine, l'épouse de Mandela, Graça Machel, et l'un de ses vieux amis, Denis Goldberg, ont démenti. Selon ce dernier, les médecins n'ont pas envisagé de débrancher les machines qui aident Madiba à respirer.

Le 4 juillet, les médias du monde entier, - reprenant en cœur le contenu d’un document judiciaire daté du 26 juin et rendu public le 3 juillet, - laissaient entrevoir le pire en révélant que Nelson Mandela se trouvait « dans un état végétatif permanent et sous assistance respiratoire ». On apprenait, par voie de presse, que les médecins auraient même « conseillé à la famille Mandela de débrancher l'appareil qui le maintient artificiellement en vie. Plutôt que de prolonger ses souffrances, la famille Mandela envisage cette option ». Il s’avère pourtant que le document judiciaire dont l’AFP a obtenu copie, ne dit rien ni des intentions actuelles de la famille, ni de l’état de santé récent de Nelson Mandela.

Ce document, qui n’était pas destiné à être rendu public, était en réalité destiné au tribunal régional de Mthatha (Sud) pour appuyer la plainte de la famille Mandela contre l’aîné des petits-fils, Mandla, au sujet d’un litige de sépulture.

Seize membres de la famille ont saisi la justice pour faire rapatrier à Qunu - village où Mandela a grandi et où il a toujours souhaité être enterré - les dépouilles de trois de ses enfants, qui avaient précédemment été déplacées en 2011 à Mvezo (le village natal de Mdaipar Mandla Mandela. Ce pour quoi, le 3 juillet, ils ont obtenu gain de cause, provoquant, le lendemain, un nouveau déballage familial surréaliste lors d’une conférence de presse tenue par Mandla Mandela. Quasiment au même moment, les dépouilles des enfants Mandela étaient enfin rapatriées à Qunu.

Démentis

Pour tenter de mettre fin à ce sordide emballement médiatique, la présidence sud-africaine s’est empressée, dans la journée puis dans la soirée, de démentir ces informations dans un communiqué. Reprenant l’expression désormais consacrée, la présidence a qualifié l'état de santé du héros de la lutte anti-apartheid de « critique mais stationnaire », rappelant qu’une « équipe de médecins, d'infirmières, et d'autres professionnels de santé prend soin de Madiba 24 heures sur 24 ». Si, comme d'habitude, aucun détail médical ne filtrera, ce bref communiqué rappelle, jusqu'à preuve du contraire, que les indicateurs les plus fiables du réel état de santé de Madiba viennent encore de la présidence.

Et les déclarations de Graça Machel ne contrediront pas cette morale par provision. Alors qu’elle participait, jeudi, à une levée de fonds pour un hôpital pour enfants, l’épouse de l’ancien président sud-africain a certainement jugé le moment opportun pour sortir de sa réserve. Elle s'est elle aussi voulue rassurante : « Cela fait maintenant environ 25 jours que nous sommes à l'hôpital. Même si Madiba n'a pas toujours été bien, il n'a que très peu souffert », a-t-elle indiqué, avant de conclure : « ll va bien. »

Comme le souligne très justement le journaliste de la BBC Andrew Harding, son intervention montre à quelle point, au regard des luttes de pouvoir au sein de la famille, Graça incarne plus que jamais « l’autorité et la dignité de la famille ».

>> Voir la Vidéo de Graça Machel (en Anglais)

Denis Goldberg, camarade de lutte du grand homme, invité lundi 1er juillet  par Graça à se rendre au chevet de son ami, s’est lui aussi exprimé. « Très touché » par cette visite, il a décrit un homme « très malade » mais « clairement conscient ». « Je suis tout à fait convaincu qu'il était sensible à ce que je disais et conscient de ce que je disais », a-t-il précisé. Denis Goldberg s’est dit aussi très choqué par les « spéculations non fondées », les qualifiant de « difficilement supportables ». Évoquant les rumeurs sur « l’état végétatif » de son ami, il raconte avoir interrogé Graça sur le sujet, qui lui aurait répondu : « Les organes n’ayant pas connu de dysfonctionnement majeur, il n’est même pas conseillé d’y penser à ce stade. Ils pensent qu’il a de très bonnes chances de guérir. Je l’espère, je l’espère. »

>> Voir la vidéo de Denis Goldberg

________

Jean-Sébastien Josset

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des c[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Afrique du Sud : la famille d'Oscar Pistorius accepte la perspective d'un nouveau procès

Alors que le ministère public a annoncé vouloir faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius, la famille de l'athlète a accepté mardi la perspective d'un nouveau procès. Reconnu coupable[...]

Minée par la violence, l'Afrique du Sud pleure la mort du capitaine des Bafana

Lundi, la chef de la police nationale a donné le signalement de deux hommes âgés d'une petite trentaine d'années soupçonnés d'être les meurtriers de Senzo Meyiwa, gardien de but et[...]

Afrique du Sud - Procès Pistorius : le ministère public va faire appel du verdict

Le ministère public a annoncé lundi qu'il allait faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius. Le champion sud-africain avait été condamné le 21 octobre à cinq ans de prison ferme[...]

Accord QNB-Ecobank : Mike Brown ne décolère pas

 Mike Brown, le dirigeant du sudafricain Nedbank, n'a pas apprécié que Qatar National Bank soit devenu le premier actionnaire d'Ecobank.[...]

Football : Senzo Meyiwa, le capitaine de l'équipe sud-africaine, tué dans une fusillade

Le capitaine de l'équipe d'Afrique du Sud de football, Senzo Meyiwa, âgé de 27 ans, a été tué dimanche dans une fusillade à son domicile de Johannesburg.[...]

Pistorius : Reeva "avait décidé de le quitter cette nuit-là"

La mère de Reeva Steenkamp, tuée en 2013 par le champion paralympique Oscar Pistorius, s'est déclarée certaine, dans une interview exclusive au Times Magazine, que sa fille "avait[...]

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Fin août, un coup d’État contre le Premier ministre Tom Thabane avait échoué. Hier, les négociateurs sud-africains ont annoncé être parvenus à mettre d’accord les[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison ferme

La justice sud-africaine a condamné le champion d'athlétisme de 27 ans, Oscar Pistorius, à cinq ans de prison ferme pour le meurtre de sa petite amie en 2013. Il a également écopé de trois[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers