Extension Factory Builder
05/07/2013 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande s'exprime devant l'Assemblée nationale constituante (ANC), à Tunis le 5 juillet François Hollande s'exprime devant l'Assemblée nationale constituante (ANC), à Tunis le 5 juillet © AFP

En déplacement en Tunisie, le président français a proclamé, vendredi 5 juillet, sa volonté de refonder la relation franco-tunisienne en dépassant les "blessures" du passé. Il a également exprimé sa "confiance" dans une "Tunisie nouvelle" alliant islam et démocratie.

Dans un discours prononcé vendredi au perchoir de l'Assemblée nationale constituante (ANC), à Tunis, François Hollande a tenté d'arrondir les angles tout en affichant sa « confiance » dans la « nouvelle Tunisie » post-Ben Ali.

Dans une volonté d'apaisement, alors que Paris avait soutenu presque jusqu'au bout le régime de Zine El Abidine Ben Ali, le président français a assuré que « l'islam et la démocratie (étaient) compatibles » et ainsi accordé sa confiance au gouvernement dominé par le parti islamiste Ennahdha.

François Hollande a cependant aussi rappelé à la tribune de l'Assemblée nationale constituante (ANC) que la transition démocratique en Tunisie n'était pas des plus simples, saluant la mémoire de l'opposant anti-islamiste assassiné en février, Chokri Belaïd, « un homme de conviction, tué pour ses idées ». « Je forme le voeu qui est aussi le vôtre que toute la lumière soit faite sur son assassinat », a-t-il dit.

Assassinat de Farhat Hached

Rappelant qu'il était le premier chef d'État français à se rendre en Tunisie depuis la révolution, François Hollande a déclaré à la tribune de l'ANC vouloir « tirer les leçons du passé ». « Refonder notre relation, c'est tirer toutes les leçons du passé, même le plus brûlant (...) car il y a des blessures, je les connais, il y a eu des incompréhensions au moment de la révolution » de janvier 2011, a-t-il souligné. « À ce moment-là, à Paris et partout en France, des Tunisiens venaient me voir, espérant le soutien de la France dans ce moment décisif, disaient leur déception », s'est-il souvenu, lui qui était alors dans l'opposition.

Le soutien français à Ben Ali sous la présidence de Nicolas Sarkozy a laissé un goût amer à de nombreux Tunisiens. Les déclarations de la ministre des Affaires étrangères de l'époque, Michèle Alliot-Marie - qui avait proposé le « savoir-faire » policier français alors que la répression battait son plein - avaient alors fait scandale.

Lors de son discours, François Hollande est aussi revenu sur le passé colonial, annonçant une mesure symbolique attendue depuis longtemps en Tunisie : l'ouverture des archives françaises sur l'assassinat du dirigeant nationaliste et syndical Farhat Hached. « Refonder notre relation, c'est d'abord assumer la vérité. Dans cet esprit, je me rendrai aujourd'hui au mausolée de Farhat Hached. Je dirai à sa veuve et à son fils ainsi qu'aux représentants de l'UGTT que je m'engage à rechercher toute la vérité sur son assassinat en 1952. J'ai d'ores et déjà donné instruction que toutes les archives soient rendues publiques, sans aucune exception », a-t-il dit sans révéler leur contenu.

Cet assassinat est considéré en Tunisie comme l'oeuvre de la Main Rouge, organisation paramilitaire à l'époque du protectorat. Aucune preuve d'une implication des autorités françaises n'a été jusqu'à présent apportée.

Économie et tourisme

Cet après-midi, les dernières heures de la visite de François Hollande devaient prendre un tour plus économique. La France est en effet le premier partenaire économique et commercial de la Tunisie, qui compte déjà plus de 1 300 entreprises françaises représentant 125 000 emplois.

Le président français se rendra notamment à une rencontre d'hommes d'affaires des deux pays au siège de l'Utica, le patronat tunisien, au moment où la Tunisie, minée par ses difficultés politiques et sociales, peine à relever son économie, en particulier le tourisme. « L'Agence française de développement investira notamment dans la réhabilitation des quartiers populaires, l'alimentation en eau potable, la formation professionnelle, l'amélioration des liaisons ferroviaires, et le développement agricole », a promis François Hollande devant l'ANC, évoquant aussi « la conversion de dette en investissements pour des projets de développement ». « J'invite à travers cette visite tous les Français à venir nombreux passer leurs vacances en Tunisie », a-t-il également dit.

Enfin, le président français a assuré vouloir aider la Tunisie à récupérer les biens mal acquis du clan Ben Ali, qui vit en grande partie en exil à travers le monde : « Tout ce qui a été mal acquis vous sera rendu », a-t-il asséné.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex