Extension Factory Builder
05/07/2013 à 13:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants boiviens brûlent le drapeau français. Des manifestants boiviens brûlent le drapeau français. © AFP

Les alliés traditionnels de la Bolivie en Amérique du Sud voient rouge. Ils réclament des excuses à l’Union européenne pour avoir temporairement fermé son espace aérien à l’avion d’Evo Morales, soupçonné de transporter le consultant américain Edward Snowden, recherché pour espionnage.

L'avion de M. Morales, soupçonné de transporter l’américain Edward Snowden – accusé par son gouvernement d’avoir révélé le programme d’espionnage (Prism) - a dû faire une escale forcée de 13 heures en Autriche, après que plusieurs pays européens lui ont refusé le survol de leur espace aérien.

>> Lire : Après WikiLeaks, un nouveau scandale affecte le renseignement américain

Au lendemain de son retour de Russie, les membres de l'Union des nations sud-américaines (Unasur, qui regroupe 12 pays), ont tenu à exprimer leur soutien au président bolivien.

Dans une déclaration commune, les présidents Rafael Correa (Équateur), Nicolas Maduro (Venezuela), Jose Mujica (Uruguay), Desi Bouterse (Surinam) et Cristina Kirchner (Argentine) -, réunis à Cochabamba (centre), ont exigé « des gouvernements de France, d'Espagne, du Portugal et d'Italie qu'ils présentent des excuses publiques adéquates, en relation avec les graves faits qui se sont produits ».

Les présidents de l'Unasur – à l’exception des chefs d’État du Brésil, de Colombie, du Pérou et du Chili, non signataires de la déclaration - ont notamment relevé que l'offense subie par Morales en Europe n'est pas seulement un affront personnel mais constitue « une agression pour toute l'Amérique Latine.»

Ils ont exigé que les gouvernements de ces quatre pays européens expliquent les raisons de leur décision d'empêcher le survol de leur espace aérien par l'avion présidentiel bolivien, appuyant au passage la plainte de la Bolivie auprès du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme pour grave violation et mise en danger de la vie du président Morales.

Menaces diplomatiques

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a affirmé pour sa part, que l'Europe « a brisé toutes les règles du jeu de la coexistence, car elle a attaqué l'immunité internationale qui protège un chef d'État.»

M. Maduro a assuré que « la CIA avait ordonné la fermeture de l'espace aérien européen à l'avion du président Morales.» Une information qui lui aurait été confirmée par un ministre d'un de ces gouvernements européens, dont il n’a pas révélé l’identité.

Pour sa part, le président Morales a insisté sur le fait qu’il ne contentera pas d’excuses. Il a également fait savoir qu’il envisageait la fermeture, si nécessaire, de l'ambassade des États-Unis à La Paz, dénonçant la pression exercée, selon lui, par Washington sur les quatre pays européens qui ont interdit temporairement le survol de leur territoire à son avion.

« Nous allons étudier, si cela s'avérait nécessaire, la fermeture de l'ambassade des États-Unis en Bolivie. Nous n'avons pas besoin d'une ambassade des États-Unis », a-t-il affirmé.

« Ma main ne tremblerait pas pour fermer l'ambassade des États-Unis, nous avons notre dignité, notre souveraineté, sans les États-Unis nous nous sentons mieux politiquement, démocratiquement », a-t-il ajouté.

Les tensions entre Washington et La Paz ne datent pas d’hier. Le président Morales a déjà expulsé l'ambassadeur des États-Unis en Bolivie en 2008, puis la principale agence antidrogue américaine (DEA) début 2009, au motif qu'ils s'immisçaient dans la vie politique bolivienne.

Dans la rue, la colère contre les États-Unis et les pays européens ne désarme pas en Bolivie. Le consulat américain à Santa Cruz (Est) a été la cible de jets de peinture rouge par des inconnus qui ont également inscrit sur ses murs des graffitis anti-américains. La veille, l'ambassade de France à La Paz a été visée par des jets de pierre.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130705132116 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130705132116 from 172.16.0.100