Extension Factory Builder
05/07/2013 à 13:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'équipe du film devant l'affiche de 'Pokou, princesse ashanti'. L'équipe du film devant l'affiche de "Pokou, princesse ashanti". © Aurélie Fontaine, pour J.A.

C'est un événement de taille : "Pokou, Princesse ashanti", le premier film ouest-africain d'animation, qui plus est en 3D, sort en Côte d'Ivoire, samedi 5 juillet. Interview du réalisateur, un ancien collaborateur du journal satirique "Gbitch", Abel Kouamé.

Pokou, c’est l’histoire d’une princesse du 18e siècle qui assiste à la division du royaume ashanti. Préférant l’exil à l’affrontement, elle part avec une partie de la population vers le centre de l’actuelle Côte d’Ivoire. Abel Kouamé, le réalisateur de ce premier film ouest-africain d’animation en 3D, qui sort le 6 juillet à Abidjan, revient sur les origines de son projet.

Jeune Afrique : Pourquoi avoir choisi de raconter cette histoire ?

Abel Kouamé : Cette histoire est racontée dans les manuels scolaires, donc elle est connue des enfants. Nous avons voulu mettre l’accent sur ce qui n’est pas dans les livres, c’est à dire les intrigues qui auraient pu se dérouler dans ce royaume. On y a mis beaucoup d’humour, de magie, d’imaginaire.

À la base, je suis auteur de bande dessinée et, de 2008 à 2009, je dessinais déjà Abla Pokou, dans le journal satirique Gbich. Puis en 2009, je me suis lancé dans l’animation et j’ai pensé à transformer cette BD en film d’animation. À partir de 2011, nous avons accéléré les choses, nous avions une équipe aguerrie, prête à s’attaquer à un long-métrage.

La bande-annonce de Pokou, princesse ashanti :

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la réalisation de ce film ?

Le principal frein a été économique. Nous n’avons pas eu de financements, les deux ans de production ont été réalisés sur fonds propres. Mais nous avons cru en ce projet, convaincus qu’on pouvait créer un film intéressant. Et nous ne sommes pas trompés, car le rendu est là.

Sinon, nous avons dû adapter cette production à nos réalités. Nous sommes une petite équipe, dix personnes. En Côte d’Ivoire il existe très peu d’animateurs 3D (ceux qui créent les comportements, les volumes des personnages et des décors, NDLR), donc nous avons utilisé un style d’animation très simple, car l’objectif est de raconter cette histoire de manière à ce qu’elle soit comprise facilement.

À Abidjan, il n’ y a pas d’école spécialisée en animation, et donc à plus forte raison en animation 3D. Nous avons appris sur le tas. Après des études classiques aux beaux-arts, certains d’entre nous se sont auto-formés, via des tutoriels sur Internet. Puis nous avons peaufiné notre formation en France. De retour en Côte d’Ivoire, nous avons recruté des infographistes, que nous avons formés pour les besoins de ce film.

Que représente la sortie de Pokou ?

C’est une grande avancée car il n’y a jamais eu de production de ce genre en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest. Donc ça suscite beaucoup de curiosité, à la fois ici mais aussi à l’étranger. Cela suscite également de la fierté. Les gens se rendent compte que ce genre de production est réalisable en Côte d’Ivoire. Nous sommes satisfaits de l’engouement autour de ce film, cela nous donne envie de continuer dans cette lancée, surtout que nous avons déjà eu des pré-achats en Côte d’Ivoire et en Europe, pour des diffusions au cinéma, à la télévision et dans les festivals.

Quels sont les autres projets d’Afrika Toon, la société de production de Pokou ?

Outre une série de dessins animés pour la télévision ivoirienne, nous travaillons actuellement sur un autre long métrage, Soundiata Keïta. C’est un personnage très connu en Afrique de l’ouest, il est le fondateur de l’empire du Mali au 13e siècle. C’est l’histoire d’un prince infirme destiné à un grand avenir. Là encore, il y a aura beaucoup d’intrigues, autour de l’accession de ce prince au trône.

________

Propos recueillis par Aurélie Fontaine, à Abidjan.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

En déclarant mercredi "nul et non avenu" le congrès du Front patriotique ivoirien (FPI), la justice ivoirienne a donné raison à Pascal Affi N’Guessan, qui souhaitait d'abord voir tranch&[...]

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Construit en un peu plus de deux ans par les équipes de Bouygues, le pont à péage Henri Konan Bédié doit fluidifier la circulation de la capitale économique ivoirienne. Son ouverture[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

Vidéo : Yaya Touré et Benzema dans la "dream team" de Zidane

Rédacteur en chef spécial de l'émission de Canal+ "L'Équipe de dimanche" du 14 décembre, Zinédine Zidane a dévoilé le nom des 11 joueurs et des remplaçants[...]

Côte d'Ivoire : le parti de Gbagbo appelle la CPI à renoncer à ses poursuites

Le parti de Laurent Gbagbo a appelé vendredi la Cour pénale internationale (CPI) à abandonner ses poursuites contre l'ex-président ivoirien, son épouse et son ancien ministre Charles Blé[...]

Justice et réconciliation en Côte d'Ivoire : le rapport très critique de la FIDH

Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise[...]

Exclusif. Blaise Compaoré est de retour à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire

Parti du Maroc il y a quelques jours, l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré a atterri vendredi matin à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire.[...]

La Côte d'Ivoire refuse toujours de livrer Simone Gbagbo à la CPI

LA CPI a sommé jeudi la Côte d'Ivoire de lui livrer Simone Gbagbo, l'épouse de l'ancien président. Elle a aussi confirmé quatre charges de crimes contre l'humanité contre Charles[...]

La CPI confirme les charges de crimes contre l'humanité pesant sur Charles Blé Goudé

Le procès de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale (CPI) aura bien lieu. La chambre préliminaire de la Cour a confirmé jeudi quatre charges de crimes contre[...]

Côte d'Ivoire : la police empêche les pro-Gbagbo d'ouvrir leur congrès du FPI

Les forces de l'ordre étaient positionnées jeudi matin à Treichville pour empêcher les militants pro-Gbagbo de tenir un congrès du FPI reporté par décision judiciaire sur demande de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers