Extension Factory Builder
05/07/2013 à 13:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'équipe du film devant l'affiche de 'Pokou, princesse ashanti'. L'équipe du film devant l'affiche de "Pokou, princesse ashanti". © Aurélie Fontaine, pour J.A.

C'est un événement de taille : "Pokou, Princesse ashanti", le premier film ouest-africain d'animation, qui plus est en 3D, sort en Côte d'Ivoire, samedi 5 juillet. Interview du réalisateur, un ancien collaborateur du journal satirique "Gbitch", Abel Kouamé.

Pokou, c’est l’histoire d’une princesse du 18e siècle qui assiste à la division du royaume ashanti. Préférant l’exil à l’affrontement, elle part avec une partie de la population vers le centre de l’actuelle Côte d’Ivoire. Abel Kouamé, le réalisateur de ce premier film ouest-africain d’animation en 3D, qui sort le 6 juillet à Abidjan, revient sur les origines de son projet.

Jeune Afrique : Pourquoi avoir choisi de raconter cette histoire ?

Abel Kouamé : Cette histoire est racontée dans les manuels scolaires, donc elle est connue des enfants. Nous avons voulu mettre l’accent sur ce qui n’est pas dans les livres, c’est à dire les intrigues qui auraient pu se dérouler dans ce royaume. On y a mis beaucoup d’humour, de magie, d’imaginaire.

À la base, je suis auteur de bande dessinée et, de 2008 à 2009, je dessinais déjà Abla Pokou, dans le journal satirique Gbich. Puis en 2009, je me suis lancé dans l’animation et j’ai pensé à transformer cette BD en film d’animation. À partir de 2011, nous avons accéléré les choses, nous avions une équipe aguerrie, prête à s’attaquer à un long-métrage.

La bande-annonce de Pokou, princesse ashanti :

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la réalisation de ce film ?

Le principal frein a été économique. Nous n’avons pas eu de financements, les deux ans de production ont été réalisés sur fonds propres. Mais nous avons cru en ce projet, convaincus qu’on pouvait créer un film intéressant. Et nous ne sommes pas trompés, car le rendu est là.

Sinon, nous avons dû adapter cette production à nos réalités. Nous sommes une petite équipe, dix personnes. En Côte d’Ivoire il existe très peu d’animateurs 3D (ceux qui créent les comportements, les volumes des personnages et des décors, NDLR), donc nous avons utilisé un style d’animation très simple, car l’objectif est de raconter cette histoire de manière à ce qu’elle soit comprise facilement.

À Abidjan, il n’ y a pas d’école spécialisée en animation, et donc à plus forte raison en animation 3D. Nous avons appris sur le tas. Après des études classiques aux beaux-arts, certains d’entre nous se sont auto-formés, via des tutoriels sur Internet. Puis nous avons peaufiné notre formation en France. De retour en Côte d’Ivoire, nous avons recruté des infographistes, que nous avons formés pour les besoins de ce film.

Que représente la sortie de Pokou ?

C’est une grande avancée car il n’y a jamais eu de production de ce genre en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest. Donc ça suscite beaucoup de curiosité, à la fois ici mais aussi à l’étranger. Cela suscite également de la fierté. Les gens se rendent compte que ce genre de production est réalisable en Côte d’Ivoire. Nous sommes satisfaits de l’engouement autour de ce film, cela nous donne envie de continuer dans cette lancée, surtout que nous avons déjà eu des pré-achats en Côte d’Ivoire et en Europe, pour des diffusions au cinéma, à la télévision et dans les festivals.

Quels sont les autres projets d’Afrika Toon, la société de production de Pokou ?

Outre une série de dessins animés pour la télévision ivoirienne, nous travaillons actuellement sur un autre long métrage, Soundiata Keïta. C’est un personnage très connu en Afrique de l’ouest, il est le fondateur de l’empire du Mali au 13e siècle. C’est l’histoire d’un prince infirme destiné à un grand avenir. Là encore, il y a aura beaucoup d’intrigues, autour de l’accession de ce prince au trône.

________

Propos recueillis par Aurélie Fontaine, à Abidjan.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

L'audiovisuel ivoirien attend beaucoup de la chaîne A+

L'audiovisuel ivoirien attend beaucoup de la chaîne A+

La nouvelle chaîne satellitaire de Canal+ mise sur les séries africaines. Une bonne nouvelle pour les producteurs d'Abidjan, qui manquent de financements comme de canaux de diffusion.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Côte d'Ivoire : important dispositif sécuritaire pour lutter contre les enlèvements d'enfants

Le gouvernement  ivoirien n'a pas attendu longtemps pour tirer la sonnette d'alarme sur le phénomène récurent d'enlèvements d'enfants dans le pays depuis quelques mois.[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur[...]

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130705125244 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130705125244 from 172.16.0.100