Extension Factory Builder
05/07/2013 à 13:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'équipe du film devant l'affiche de 'Pokou, princesse ashanti'. L'équipe du film devant l'affiche de "Pokou, princesse ashanti". © Aurélie Fontaine, pour J.A.

C'est un événement de taille : "Pokou, Princesse ashanti", le premier film ouest-africain d'animation, qui plus est en 3D, sort en Côte d'Ivoire, samedi 5 juillet. Interview du réalisateur, un ancien collaborateur du journal satirique "Gbitch", Abel Kouamé.

Pokou, c’est l’histoire d’une princesse du 18e siècle qui assiste à la division du royaume ashanti. Préférant l’exil à l’affrontement, elle part avec une partie de la population vers le centre de l’actuelle Côte d’Ivoire. Abel Kouamé, le réalisateur de ce premier film ouest-africain d’animation en 3D, qui sort le 6 juillet à Abidjan, revient sur les origines de son projet.

Jeune Afrique : Pourquoi avoir choisi de raconter cette histoire ?

Abel Kouamé : Cette histoire est racontée dans les manuels scolaires, donc elle est connue des enfants. Nous avons voulu mettre l’accent sur ce qui n’est pas dans les livres, c’est à dire les intrigues qui auraient pu se dérouler dans ce royaume. On y a mis beaucoup d’humour, de magie, d’imaginaire.

À la base, je suis auteur de bande dessinée et, de 2008 à 2009, je dessinais déjà Abla Pokou, dans le journal satirique Gbich. Puis en 2009, je me suis lancé dans l’animation et j’ai pensé à transformer cette BD en film d’animation. À partir de 2011, nous avons accéléré les choses, nous avions une équipe aguerrie, prête à s’attaquer à un long-métrage.

La bande-annonce de Pokou, princesse ashanti :

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la réalisation de ce film ?

Le principal frein a été économique. Nous n’avons pas eu de financements, les deux ans de production ont été réalisés sur fonds propres. Mais nous avons cru en ce projet, convaincus qu’on pouvait créer un film intéressant. Et nous ne sommes pas trompés, car le rendu est là.

Sinon, nous avons dû adapter cette production à nos réalités. Nous sommes une petite équipe, dix personnes. En Côte d’Ivoire il existe très peu d’animateurs 3D (ceux qui créent les comportements, les volumes des personnages et des décors, NDLR), donc nous avons utilisé un style d’animation très simple, car l’objectif est de raconter cette histoire de manière à ce qu’elle soit comprise facilement.

À Abidjan, il n’ y a pas d’école spécialisée en animation, et donc à plus forte raison en animation 3D. Nous avons appris sur le tas. Après des études classiques aux beaux-arts, certains d’entre nous se sont auto-formés, via des tutoriels sur Internet. Puis nous avons peaufiné notre formation en France. De retour en Côte d’Ivoire, nous avons recruté des infographistes, que nous avons formés pour les besoins de ce film.

Que représente la sortie de Pokou ?

C’est une grande avancée car il n’y a jamais eu de production de ce genre en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest. Donc ça suscite beaucoup de curiosité, à la fois ici mais aussi à l’étranger. Cela suscite également de la fierté. Les gens se rendent compte que ce genre de production est réalisable en Côte d’Ivoire. Nous sommes satisfaits de l’engouement autour de ce film, cela nous donne envie de continuer dans cette lancée, surtout que nous avons déjà eu des pré-achats en Côte d’Ivoire et en Europe, pour des diffusions au cinéma, à la télévision et dans les festivals.

Quels sont les autres projets d’Afrika Toon, la société de production de Pokou ?

Outre une série de dessins animés pour la télévision ivoirienne, nous travaillons actuellement sur un autre long métrage, Soundiata Keïta. C’est un personnage très connu en Afrique de l’ouest, il est le fondateur de l’empire du Mali au 13e siècle. C’est l’histoire d’un prince infirme destiné à un grand avenir. Là encore, il y a aura beaucoup d’intrigues, autour de l’accession de ce prince au trône.

________

Propos recueillis par Aurélie Fontaine, à Abidjan.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : la CEI vote pour l'électronique

Côte d'Ivoire : la CEI vote pour l'électronique

Dans un souci de transparence, la Commission électorale indépendante (CEI), que préside Youssouf Bakayoko, devrait, lors de l'élection présidentielle du mois d'octobre, mettre en place un syst&eg[...]

Côte d'Ivoire : Ouattara promet de se retirer après son second mandat, s'il est réélu

Le président ivoirien Alassane Ouattara ne briguera pas un troisième mandat s'il est réélu en octobre. Il entend respecter la Constitution de son pays, une promesse qu'il a faite devant l'Union[...]

Ces humoristes africaines qui brûlent les planches parisiennes

Vent de révolution sur les planches parisiennes ? Tout porte à croire qu’en matière de stand-up, les femmes de la diaspora africaine prennent le pouvoir. Claudia Tagbo, Tatiana Rojo, Selavie Newway et[...]

Tatiana Rojo, la dame de fer

Vent de révolution sur les planches parisiennes ? Tout porte à croire qu’en matière de stand-up, les femmes de la diaspora africaine prennent le pouvoir. Née en France, Tatiana Rojo a grandi en[...]

Claudia Tagbo, la bonne vivante

Vent de révolution sur les planches parisiennes ? Tout porte à croire qu’en matière de stand-up, les femmes de la diaspora africaine prennent le pouvoir. Claudia Tagbo a conquis le public[...]

Serge Aurier (PSG) : "Tu ramènes la CAN en Côte d'Ivoire, et où est la gratitude ?"

Entretien avec l'ivoirien Serge Aurier, définitivement transféré au PSG.[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des[...]

Le génie des "Maîtres de la sculpture de Côte d'Ivoire"

Voilà une heureuse habitude que semble prendre le musée du Quai Branly, à Paris : programmer des expositions internationales qui bousculent totalement l'approche actuelle de l'art africain [...]

Football : finalement, Yaya Touré poursuit l'aventure à Manchester City

Alors que son départ avait été annoncé, Yaya Touré, selon les médias britanniques, ne s'en ira pas à la saison prochaine : l'international ivoirien reste à Manchester City.[...]

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Six chefs d'État, un vice-président et deux Premiers ministres ont participé à l'ouverture officielle des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le 26 mai. Avec deux[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers