Extension Factory Builder
05/07/2013 à 12:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Robert Mugabe et son rival Morgan Tsvangirai. Robert Mugabe et son rival Morgan Tsvangirai. © Montage J.A/AFP

La campagne électorale démarre cette semaine au Zimbabwe en vue de la présidentielle, dont la date a été confirmée pour le 31 juillet. Un scrutin présidentiel qui opposera de nouveau deux poids lourds de la scène politique zimbabwéenne, le président Robert Mugabe et son rival Morgan Tsvangirai.

À moins d’un mois du scrutin présidentiel au Zimbabwe, confirmé pour le 31 juillet, les états-majors des principaux partis politiques se lancent dans la campagne. L’enjeu est de taille : sortir le pays d’une crise ouverte en 2008 lors de la dernière élection présidentielle, remportée par Robert Mugabe, seul candidat en lice au second tour. Son rival Morgan Tsvangirai, arrivé en tête au premier tour, avait dû se retirer devant les violences faites à ses partisans.

Comme lors des précédentes éditions, la Zanu-PF, le parti au pouvoir, compte jouer, cette fois-ci encore, de l'image historique de Robert Mugabe, 89 ans, qui a mené la guerre contre les colons britanniques jusqu'à l'indépendance en 1980, date de son accession au pouvoir. Elle a annoncé qu’elle présentera son programme ce 5 juillet lors d'un meeting dans un stade de la capitale Harare.

C'est de ce stade « que le président Mugabe s'est adressé au peuple à son retour du Mozambique [où il menait la guérilla]. Nous avons choisi ce lieu pour sa valeur historique », a expliqué le porte-parole de la Zanu-PF, Rugare Gumbo. « Nous avons confiance en notre victoire. Nous n'allons pas nous battre pour perdre », a-t-il ajouté en louant un bilan « qui a profité au peuple du Zimbabwe ».

Prêts pour le 31 juillet

L'état de l'économie zimbabwéenne laisse pourtant à désirer. En 2008, une hyperinflation qui se comptait en milliards de pour cent avait réduit la production à zéro et suscité une crise sans précédent. La formation en 2009 d'un gouvernement d'union entre Robert Mugabe et son rival historique Morgan Tsvangirai, devenu Premier ministre, a permis de remettre le pays sur pied, mais sa situation reste fragile.

Le 7 juillet, le chef du gouvernement lancera à son tour la campagne de son parti, le MDC, lors d'un rassemblement dans la ville de Marondera (Est). « Morgan Tsvangirai (...) présentera notre programme d'action pour nos 100 premiers jours au pouvoir », a précisé le porte-parole du MDC, Nelson Chamisa.

Là encore, la confiance est de mise : « le MDC va sans aucun doute gagner les élections », a assuré Nelson Chamisa. « Notre seul problème vient de la manie de tricher de la Zanu-PF ». Mais, « nous avons surmonté les procès et les tourments infligés au cours des années par la Zanu-PF. Nous ne pouvons pas nous permettre de fléchir si près du but », estime-t-il.

Vers un "scrutin libre et équitable" ?

En revanche, pour le politologue Takavafira Zhou, de l'université de Masvingo, il était important d'attendre. « Des élections sans réformes sont vouées à l'échec et on se retrouvera dans la situation de 2008 », a-t-il prédit.

Une analyse partagée par le président américain Barack Obama, qui a appelé le week-end dernier, lors d'une visite en Afrique du Sud, le Zimbabwe à mettre un terme au « harcèlement » de l'opposition et à adopter les réformes nécessaires à l'organisation d'un scrutin « libre et équitable ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Zimbabwe

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des c[...]

Zimbabwe - Robert Mugabe : "Quand mon heure sera venue, je vous le dirai"

Robert Mugabe n'a pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds au sein de son propre parti. Dans des images diffusées mercredi, le président zimbabwéen s'est clairement chargé de recadrer ses[...]

Zimbabwe : Dis-Grace & Bob-la-rallonge... Mugabe(s) forever ?

Jusqu’où ira la tentation oligarchique au sommet de l’État zimbabwéen ? Alors que Robert Mugabe, qui multiplie les mandats à rallonge, montre de plus en plus de signes de faiblesse, sa[...]

Sanctions de l'UE contre la Russie : Mugabe soutient Moscou

À l'issue d'un entretien accordé mardi à Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a apporté son soutien[...]

Zimbabwe : Mick Pearce et l'observation des termites

Et si les termites avaient beaucoup à nous apprendre ? Ce n'est en tout cas pas Mick Pearce qui dira le contraire ! Cet architecte né à Harare en juin 1938 et diplômé de[...]

Zimbabwe : des manifestants de l'opposition violemment réprimés par la police

La police zimbabwéenne a une fois de plus réprimé à coups de matraques une manifestation de l’opposition contre le chômage mercredi 27 août, procédant à une douzaine[...]

La vie devant elle

Avec son style enlevé et ses trouvailles littéraires, NoViolet Bulawayo montre le monde tel qu'il va (plutôt mal) à travers les yeux d'une enfant.[...]

Les papys font de la résistance

Gérontocratie ? Les vétérans de la politique africaine n’entendent pas quitter la scène. En particulier les quatre mousquetaires Abdelaziz Bouteflika, Abdoulaye Wade, Robert Mugabe et Paul Biya.[...]

Zimbabwe : la guerre ouverte au sein de l'opposition s'intensifie

La guerre ouverte au sein du principal parti d'opposition zimbabwéen, le MDC, s'est intensifiée samedi, plusieurs ténors du parti votant la suspension du leader national Morgan Tsvangirai pour violences et [...]

Zimbabwe : Mugabe assure avoir réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars (environ 2 800 euros) en raison de la crise économique qui touche son pays.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers