Extension Factory Builder
05/07/2013 à 10:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des hommes en armes devant le ministère libyen de la Justice à Tripoli, le 30 avril 2013. Des hommes en armes devant le ministère libyen de la Justice à Tripoli, le 30 avril 2013. © AFP

Depuis le 2 juillet, le ministère libyen de l'Intérieur est occupé par un groupe armé qui réclame la dissolution de la Haute commission de sécurité (HCS), une force d'ex-rebelles relevant du ministère.

Un groupe armé a placé, depuis le 2 juillet, des monticules de sable devant l'entrée du ministère libyen de l’Intérieur, situé sur la route de l'aéroport de Tripoli. Il a également positionné au moins un pick-up équipé d'un canon anti-aérien devant le siège du ministère, désormais bouclé. Objectif : exiger la dissolution de la Haute commission de sécurité (HCS), créée par les autorités de transition au lendemain de la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en octobre 2011, pour assurer la sécurité en Libye.

Le ministère de l'Intérieur, dont relève la HCS, a condamné dans un communiqué publié mercredi soir l'attaque contre son siège par « une brigade baptisée al-Sawaegh dépendant du ministère de la Défense », appelant les assaillants « à faire preuve de sagesse (...) et de rejeter l'usage de la force ». Il a précisé que « le groupe armé s'était introduit [le 2 juillet au soir] dans les bâtiments, demandant au personnel de quitter les lieux et menaçant d'utiliser les armes. Ils ont fermé les entrées du ministère avec des monticules de sable avant de fermer les portes avec des chaînes ».

« La force d'intervention du ministère de l'Intérieur est intervenue provoquant des échanges de tirs avec le groupe armé au cours duquel deux policiers ont été blessés », précise le ministère qui indique que « les assaillants sont revenus pour arrêter huit agents de sécurité ».

Selon le communiqué, les assaillants ont « amené le directeur de cabinet du ministre avant de le relâcher » quelques heures plus tard.

Le cas HSC

La HSC, dont les assaillants exigent la dissolution, est composée d'ex-rebelles aux différentes idéologies et obédiences, ayant combattu le régime déchu. En décembre, les autorités avaient décidé de la dissoudre et d'intégrer ses membres dans les différents corps de police. Mais cette décision a été rejetée par les ex-rebelles.

Ces « révolutionnaires », considérés comme des héros en 2011 mais qui n'hésitent pas désormais à recourir aux armes pour défendre leur existence ou leurs intérêts, sont devenus incontrôlable et sont accusés d'être la source de tous les maux du pays.

La semaine dernière, des affrontements meurtriers ont opposé un groupe originaire de la ville de Zentan (ouest) à une brigade de la HCS dans le quartier d'Abou Slim près du centre de Tripoli.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

'Princess of North Sudan' : Disney accusé de glorifier le colonialisme

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Égypte : Morsi et Qaradawi condamnés à mort, signe de "guerre totale" contre les Frères musulmans

La condamnation à mort samedi de l’ancien président Mohamed Morsi, du prédicateur Youssef Al-Qaradawi et la pendaison de six détenus islamistes montrent la détermination du régime[...]

Égypte : deux juges, un procureur tués par balle dans le Sinaï

Deux juges et un procureur égyptiens ont été tués par balle samedi dans le nord du Sinaï, théâtre d'attentats jihadistes visant habituellement les forces de sécurité, a[...]

L'Égypte pend six militants islamistes

Six militants islamistes reconnus coupables d’avoir mené des attaques pour le compte du groupe armé Ansar Beit al-Maqdess ont été pendus, ont annoncé dimanche des responsables de la police[...]

Égypte - Condamnation à mort de Morsi : Washington profondément préoccupé

Les États-Unis ont exprimé dimanche leur profonde préoccupation après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi et de plus de 100 autres Égyptiens, a[...]

Égypte : l'ex-président Mohamed Morsi condamné à mort

Poursuivi pour espionnage et des violences durant la révolte de 2011, Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, a été condamné samedi à mort. Un[...]

Égypte : sept morts, dont trois civils, dans deux attaques dans le Sinaï

Quatre militaires et trois civils ont été tués mercredi dans deux attaques à la bombe dans le Sinaï.[...]

Égypte : démission du ministre de la Justice, pour qui un enfant d'éboueur "ne peut devenir juge"

Le ministre égyptien de la Justice, Mahfouz Saber, a démissionné lundi suite au tollé provoqué par ses déclarations lors d’une interview télévisée dimanche soir.[...]

Liberté d'expression : les dessinateurs de presse en première ligne

L'attentat contre leurs confrères de "Charlie Hebdo" en janvier a fortement ému les dessinateurs africains et rappelé à quel point la liberté d'expression pouvait être[...]

Le marocain Attijariwafa débarque en Égypte

 La banque marocaine Attijariwafa Bank s'apprête à mettre un pied en Égypte. Sa direction négocie actuellement la reprise de Piraeus Bank Egypt.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers