Extension Factory Builder
05/07/2013 à 10:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des hommes en armes devant le ministère libyen de la Justice à Tripoli, le 30 avril 2013. Des hommes en armes devant le ministère libyen de la Justice à Tripoli, le 30 avril 2013. © AFP

Depuis le 2 juillet, le ministère libyen de l'Intérieur est occupé par un groupe armé qui réclame la dissolution de la Haute commission de sécurité (HCS), une force d'ex-rebelles relevant du ministère.

Un groupe armé a placé, depuis le 2 juillet, des monticules de sable devant l'entrée du ministère libyen de l’Intérieur, situé sur la route de l'aéroport de Tripoli. Il a également positionné au moins un pick-up équipé d'un canon anti-aérien devant le siège du ministère, désormais bouclé. Objectif : exiger la dissolution de la Haute commission de sécurité (HCS), créée par les autorités de transition au lendemain de la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en octobre 2011, pour assurer la sécurité en Libye.

Le ministère de l'Intérieur, dont relève la HCS, a condamné dans un communiqué publié mercredi soir l'attaque contre son siège par « une brigade baptisée al-Sawaegh dépendant du ministère de la Défense », appelant les assaillants « à faire preuve de sagesse (...) et de rejeter l'usage de la force ». Il a précisé que « le groupe armé s'était introduit [le 2 juillet au soir] dans les bâtiments, demandant au personnel de quitter les lieux et menaçant d'utiliser les armes. Ils ont fermé les entrées du ministère avec des monticules de sable avant de fermer les portes avec des chaînes ».

« La force d'intervention du ministère de l'Intérieur est intervenue provoquant des échanges de tirs avec le groupe armé au cours duquel deux policiers ont été blessés », précise le ministère qui indique que « les assaillants sont revenus pour arrêter huit agents de sécurité ».

Selon le communiqué, les assaillants ont « amené le directeur de cabinet du ministre avant de le relâcher » quelques heures plus tard.

Le cas HSC

La HSC, dont les assaillants exigent la dissolution, est composée d'ex-rebelles aux différentes idéologies et obédiences, ayant combattu le régime déchu. En décembre, les autorités avaient décidé de la dissoudre et d'intégrer ses membres dans les différents corps de police. Mais cette décision a été rejetée par les ex-rebelles.

Ces « révolutionnaires », considérés comme des héros en 2011 mais qui n'hésitent pas désormais à recourir aux armes pour défendre leur existence ou leurs intérêts, sont devenus incontrôlable et sont accusés d'être la source de tous les maux du pays.

La semaine dernière, des affrontements meurtriers ont opposé un groupe originaire de la ville de Zentan (ouest) à une brigade de la HCS dans le quartier d'Abou Slim près du centre de Tripoli.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : les législatives reportées après une décision de justice

Égypte : les législatives reportées après une décision de justice

Les élections législatives, prévues entre le 21 mars et le 7 mai en Egypte, vont être reportées après que la justice a considéré anticonstitutionnelle la loi les organisant,[...]

Égypte : les législatives reportées après une décision de justice

Les élections législatives, prévues entre le 21 mars et le 7 mai en Egypte, vont être reportées après que la justice a considéré anticonstitutionnelle la loi les organisant,[...]

Égypte : la justice déclare le mouvement palestinien Hamas "terroriste"

Un tribunal égyptien a classé samedi comme organisation "terroriste" le mouvement palestinien Hamas, selon une source judiciaire, alors que les autorités égyptiennes accusent le groupe[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Quatre attentats à la bombe font un mort et deux blessés au Caire

Quatre attentats à la bombe ont fait un mort et deux blessés jeudi matin au Caire. Même si les attaques n’ont pas été revendiquées, les autorités locales soupçonnent les[...]

Égypte : une figure de la révolte anti-Moubarak condamnée à cinq ans de prison

Accusé d’avoir eu recours à la violence lors d'une manifestation anti-Moubarak, Alaa Abdel Fattah, militant progressiste et figure de proue de la revolte de 2011, a été condamné lundi[...]

Trois attentats revendiqués par l'État islamique font au moins 45 morts en Libye

Trois attentats à la voiture piégée ont eu lieu vendredi dans l'est de la Libye faisant au moins 45 morts et 70 blessés, selon les autorités locales. Des attaques revendiquées par[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

ONU : Égyptiens et Occidentaux divisés sur la stratégie à suivre contre le terrorisme en Libye

Pendant que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi réclame publiquement une intervention militaire internationale en Libye, les pays occidentaux défendent l'option d'une solution politique et la[...]

ONU 

Égypte : Sissi réclame une résolution de l'ONU pour l'intervention d'une coalition en Libye

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a réclamé mardi l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU afin d'aller vers l'intervention d'une coalition contre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130705103211 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130705103211 from 172.16.0.100