Extension Factory Builder
05/07/2013 à 10:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Sud-africain Daryl Impey, premier coureur africain maillot jaune au Tour de France. Le Sud-africain Daryl Impey, premier coureur africain maillot jaune au Tour de France. © AFP

C’est un jour historique pour le cyclisme africain. Jeudi 4 juillet, à Montpellier, le Sud-Africain Daryl Impey est devenu le premier coureur du continent à revêtir le maillot jaune sur le Tour de France.

C’est la première fois qu’un coureur africain endosse le maillot jaune sur la grande boucle. Jeudi, lors de la sixième étape du centième Tour de France, reliant Aix-en-Provence à Montpellier, le sud-africain Daryl Impey est entré dans l’Histoire. Treizième d'un sprint gagné par le « Gorille » allemand Andre Greipel, le coureur sud-africain s'est empressé de remercier son coéquipier, l'Australien Simon Gerrans, pour ce cadeau de choix.

« Oui, c'est un cadeau », a ensuite confirmé Impey, qui était à égalité de temps au départ d'Aix avec Gerrans. Les deux hommes avaient été départagés jusque-là par l'addition de leurs places à l'arrivée. Cette fois, une « cassure » dans le peloton a permis à un premier groupe de 16 coureurs de précéder le gros de la troupe de 5 secondes à l'arrivée jugée devant le stade Yves-du-Manoir, tout près de la rue des... Springboks, le nom de l'équipe de rugby d'Afrique du Sud.

« Simon (Gerrans) m'a emmené pour le sprint », a souligné le nouveau maillot jaune, tout en relevant que Montpellier était décidément la ville des « premières » pour le cyclisme sud-africain. En 2007, la ville languedocienne avait été le théâtre du succès de Rob Hunter, le premier coureur du pays de Mandela vainqueur d'étape dans le Tour.

"C'était l'idée de Simon"

« C'était l'idée de Simon. Ils sont amis avec Daryl », a raconté Matt White, le directeur sportif de l'équipe Orica-Greenedge. « Simon est venu me voir après l'étape d'hier (mercredi). Il m'a demandé si nous étions d'accord pour donner le maillot jaune à Daryl. C'était risqué comme tactique. Il fallait faire attention ». Gerrans a expliqué son geste par la reconnaissance : « Après tout ce qu'il a fait pour moi dans les deux premières étapes du Tour... »

La trajectoire laborieuse de Daryl Impey, 28 ans, a été celle d'un pratiquant d'un sport inconnu à la pointe sud de l'Afrique où règnent le rugby à XV, le cricket et le football. Comme beaucoup de coureurs de l'hémisphère Sud, il a dû s'exiler en Europe à 20 ans pour tenter de faire carrière. Mais son passage dans le club de La Pomme Marseille a été « une saison difficile ». « Ca ne s'est pas passé comme prévu et j'avais le sentiment d'être traité comme un étranger parmi d'autres, alors au bout d'un an je suis rentré en Afrique du Sud. Puis Robert Hunter m'a appelé pour m'engager dans Barloworld », raconte Impey.

« On l'a remarqué chez Barloworld il y a quatre ou cinq ans quand il a eu son accident dans le Tour de Turquie », confie le grand manitou du cyclisme australien Shayne Bannan. Le 19 avril 2009, lors de la dernière étape, il est poussé par Theo Bos qui le fait chuter lourdement. Sévèrement blessé, il franchit tout de même la ligne avec l'aide de ses partenaires et remporte la course.

Passé ensuite chez RadioShack en 2010, il tente sa chance dans le projet - finalement mort-né - de l'équipe australienne Pegasus. Il court sous les couleurs des modestes formations MTN et NetApp.

Un mot pour Mandela

« On savait qu'il avait des grosses capacités physiques et il est précieux dans un train », précise Bannan. Dans l'équipe Orica depuis 2012, il est l'élément clé du « train » qui mène le sprint de Matthew Goss. « C'est un rôle très compliqué. Quand on voit à quelle place il a fini toutes les étapes, on peut dire qu'il se l'est gagné (le maillot jaune). Pour garder sa place dans les dix premiers dans des sprints à risques, il faut avoir des c... », souligne le directeur sportif Matt White.

« C'est seulement son deuxième Tour de France. Avoir le maillot jaune, ça change une vie », souligne son ami Simon Gerrans, qui a récompensé son travail de l'ombre en lui cédant le maillot jaune.

Interrogé par Le Monde, Daryl Impey a également eu une pensée pour le père de la nation sud-africaine, Nelson Mandela, hospitalisé depuis plus de trois semaines et toujours dans un état critique.  « Nelson Mandela est un homme et une icône fantastique. Il a rendu notre pays meilleur. Je lui envoie mes meilleurs vœux et espère qu'il sera bientôt rétabli », a déclaré le maillot jaune du Tour de France.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Nadine Gordimer l'Africaine

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une oeuvr[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Afrique du Sud : premier "Mandela Day" sans Madiba

67 minutes. C’est le temps que chaque Sud-Africain, et de nombreux autres citoyens du monde, doit consacrer pour aider son prochain à l’occasion du "Mandela Day", une journée en l’honneur[...]

Praemium Imperiale : le Nobel des arts pour le Sud-Africain Athol Fugard et la Fondation Zinsou

Les lauréats 2014 du Praemium Imperiale - qui se veut le "Nobel des arts" -  ont été présentés le 16 juillet, à Paris. Pour la première fois un artiste du continent[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers