Extension Factory Builder
04/07/2013 à 10:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L’ancien président tchadien Hissène Habré à la sortie du tribunal de Dakar, le 2 juillet 2013. L’ancien président tchadien Hissène Habré à la sortie du tribunal de Dakar, le 2 juillet 2013. © AFP

L'ancien président tchadien, Hissène Habré, inculpé de crimes contre l'humanité et incarcéré à Dakar où il est réfugié depuis 22 ans, a dénoncé, le 3 juillet, "la mascarade judiciaire" dont il serait victime, ont affirmé ses avocats.

« Hissène Habré a dit aux juges [d'instruction qui l'ont inculpé] qu'il ne reconnaissait pas les chambres africaines extraordinaires, ni leur légalité ni leur légitimité » à cause « des violations permanentes des règles de procédures » par ce tribunal spécial, a affirmé, le 3 juillet, à la presse Me Ibrahima Diawara, un des avocats de l’ancien président tchadien, inculpé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et torture, pour des faits présumés commis pendant ses huit ans de pouvoir, de 1982 à 1990, et placé mardi en détention préventive à Dakar.

« [Hissène Habré] leur a dit qu'il n'entendait pas participer à cette mascarade judiciaire », a ajouté l’avocat. Ses avocats ont aussi dénoncé « la violation du secret de l'instruction » par le procureur du tribunal spécial, le refus de leur permettre de voir leur client et d'accéder au dossier d'accusation.

"Justice des vainqueurs"

« La Cour de cassation du Sénégal avait en mars 2001 estimé que la justice sénégalaise n'était pas compétente pour juger des crimes commis par un étranger hors du Sénégal. Et la cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) avait déjà dit que ce qui était jugé au Sénégal avait "autorité" et que le dossier Habré devait être "une affaire classée"», a noté Me François Serres, avocat lui aussi de Hissène Habré.

Me Serres a également évoqué des obstacles dressés, selon lui, par le tribunal spécial pour empêcher à la défense de mener au Tchad des enquêtes à décharge. Alors que « les juges [du tribunal spécial] ont validé des enquêtes faites par l'État tchadien », a-t-il indiqué.

Pour Me El Hadji Diouf, autre conseil de Hissène Habré, les juges « n'ont fait que reprendre le livre blanc de [Idriss] Déby », l'actuel président tchadien qui avait renversé son client en 1990. « Idris Déby, maladroit, a fait une déclaration indécente en félicitant Macky Sall, le président sénégalais. C'est la justice des vainqueurs. Tout cela est politique », a-t-il poursuivi.

Une « commission d'enquête sur les crimes et détournements » commis pendant les années Habré, créée par le gouvernement tchadien après sa chute, a estimé à plus de 40 000, dont 4 000 identifiées, le nombre de personnes mortes en détention ou exécutées au cours de sa présidence.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Mali : le Tchad accuse l'ONU de se servir de ses soldats comme 'bouclier'

Mali : le Tchad accuse l'ONU de se servir de ses soldats comme "bouclier"

Le Tchad a dénoncé vendredi le traitement "discriminatoire" réservé à ses troupes au Mali, accusant la Mission de l'ONU (Minusma) de les utiliser comme "bouclier", apr&egrav[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Tchad - Centrafrique : normalisation en cours

Les signes de la normalisation des relations entre la Centrafrique de Catherine Samba-Panza et le Tchad de Idriss Déby Itno se multiplient.[...]

Nigeria : afflux de réfugiés fuyant Boko Haram, le HCR tire la sonnette d'alarme

De plus en plus de civils fuient les combats dans le nord-est du Nigeria pour se réfugier dans les pays voisins. Mardi, le HCR a lancé un appel aux dons de 34 millions de dollars pour aider 75 000 [...]

Tchad - Affaire Habré : une vingtaine d'ex-cadres de la DDS devant la cour criminelle

Une vingtaine d’anciens responsables de la police politique de Hissène Habré (sur 33 détenus), ont été renvoyés devant la cour criminelle du Tchad. Neuf autres [...]

1980-1983 : Libye-Tchad, de la seconde bataille de N'Djaména à celle de Faya Largeau

Ce billet est le deuxième d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* fait ici le point sur les[...]

Tchad : droit de réponse de Jean-Bernard Padaré à J.A.

Jean-Bernard Padaré est un ancien ministre tchadien de la Justice.[...]

1966 - 1979 : Kadhafi et Habré prennent le pouvoir en Libye et au Tchad

Ce billet est le premier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye et du Tchad. Laurent Touchard commence par faire le point sur les circonstances de l'arrivée au pouvoir de[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Ebola : le Tchad ferme sa frontière avec le Nigeria

Le gouvernement tchadien a annoncé jeudi la fermeture de sa frontière avec le Nigeria pour "pour nécessité impérieuse de santé publique". Cette décision concerne la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers