Extension Factory Builder
04/07/2013 à 10:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L’ancien président tchadien Hissène Habré à la sortie du tribunal de Dakar, le 2 juillet 2013. L’ancien président tchadien Hissène Habré à la sortie du tribunal de Dakar, le 2 juillet 2013. © AFP

L'ancien président tchadien, Hissène Habré, inculpé de crimes contre l'humanité et incarcéré à Dakar où il est réfugié depuis 22 ans, a dénoncé, le 3 juillet, "la mascarade judiciaire" dont il serait victime, ont affirmé ses avocats.

« Hissène Habré a dit aux juges [d'instruction qui l'ont inculpé] qu'il ne reconnaissait pas les chambres africaines extraordinaires, ni leur légalité ni leur légitimité » à cause « des violations permanentes des règles de procédures » par ce tribunal spécial, a affirmé, le 3 juillet, à la presse Me Ibrahima Diawara, un des avocats de l’ancien président tchadien, inculpé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et torture, pour des faits présumés commis pendant ses huit ans de pouvoir, de 1982 à 1990, et placé mardi en détention préventive à Dakar.

« [Hissène Habré] leur a dit qu'il n'entendait pas participer à cette mascarade judiciaire », a ajouté l’avocat. Ses avocats ont aussi dénoncé « la violation du secret de l'instruction » par le procureur du tribunal spécial, le refus de leur permettre de voir leur client et d'accéder au dossier d'accusation.

"Justice des vainqueurs"

« La Cour de cassation du Sénégal avait en mars 2001 estimé que la justice sénégalaise n'était pas compétente pour juger des crimes commis par un étranger hors du Sénégal. Et la cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) avait déjà dit que ce qui était jugé au Sénégal avait "autorité" et que le dossier Habré devait être "une affaire classée"», a noté Me François Serres, avocat lui aussi de Hissène Habré.

Me Serres a également évoqué des obstacles dressés, selon lui, par le tribunal spécial pour empêcher à la défense de mener au Tchad des enquêtes à décharge. Alors que « les juges [du tribunal spécial] ont validé des enquêtes faites par l'État tchadien », a-t-il indiqué.

Pour Me El Hadji Diouf, autre conseil de Hissène Habré, les juges « n'ont fait que reprendre le livre blanc de [Idriss] Déby », l'actuel président tchadien qui avait renversé son client en 1990. « Idris Déby, maladroit, a fait une déclaration indécente en félicitant Macky Sall, le président sénégalais. C'est la justice des vainqueurs. Tout cela est politique », a-t-il poursuivi.

Une « commission d'enquête sur les crimes et détournements » commis pendant les années Habré, créée par le gouvernement tchadien après sa chute, a estimé à plus de 40 000, dont 4 000 identifiées, le nombre de personnes mortes en détention ou exécutées au cours de sa présidence.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Manuel Valls au Tchad parmi les soldats français de Barkhane

Manuel Valls au Tchad parmi les soldats français de Barkhane

Le Premier ministre Manuel Valls entame samedi à N'Djamena une visite de deux jours aux troupes françaises engagées dans le combat contre les groupes jihadistes armés au Sahel, qui le conduira ég[...]

Tchad : le procès de 29 complices de Hissène Habré s'ouvre sans leurs avocats

Le procès de 29 anciens responsables de la police politique de l’ancien président Hissène Habré s’ouvre vendredi au Tchad. Un événement que les autorités veulent[...]

Tchad : grogne sociale et manifestations à N'Djamena, Moundou et Sarh

Plusieurs manifestations ont eu lieu mardi dans trois grandes villes tchadiennes. À la grève des enseignants s'ajoutent les protestations contre les hausses du prix de l'essence et le mécontentement des[...]

Litige : le Tchad conclut un accord avec le chinois CNPC

 Le Tchad a conclu un accord de 400 millions de dollars avec la compagnie pétrolière chinoise mettant un terme aux poursuites engagées contre celle-ci pour non-respect des règles[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar (suite)

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce troisième billet de blog, Laurent[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

La force régionale contre Boko Haram sera opérationnelle en novembre

Les pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) et le Bénin ont annoncé, le 7 octobre à Niamey, la mise en place début novembre de la force régionale chargée de lutter[...]

Le Nigeria et ses voisins veulent se doter d'une "stratégie commune" contre Boko Haram

Réunis mardi à Niamey, le Nigeria et ses voisins doivent finaliser la création d'une force multinationale pour contrer la menace du groupe islamiste nigérian Boko Haram.[...]

Mali : le Tchad accuse l'ONU de se servir de ses soldats comme "bouclier"

Le Tchad a dénoncé vendredi le traitement "discriminatoire" réservé à ses troupes au Mali, accusant la Mission de l'ONU (Minusma) de les utiliser comme "bouclier",[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers