Extension Factory Builder
04/07/2013 à 10:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L’ancien président tchadien Hissène Habré à la sortie du tribunal de Dakar, le 2 juillet 2013. L’ancien président tchadien Hissène Habré à la sortie du tribunal de Dakar, le 2 juillet 2013. © AFP

L'ancien président tchadien, Hissène Habré, inculpé de crimes contre l'humanité et incarcéré à Dakar où il est réfugié depuis 22 ans, a dénoncé, le 3 juillet, "la mascarade judiciaire" dont il serait victime, ont affirmé ses avocats.

« Hissène Habré a dit aux juges [d'instruction qui l'ont inculpé] qu'il ne reconnaissait pas les chambres africaines extraordinaires, ni leur légalité ni leur légitimité » à cause « des violations permanentes des règles de procédures » par ce tribunal spécial, a affirmé, le 3 juillet, à la presse Me Ibrahima Diawara, un des avocats de l’ancien président tchadien, inculpé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et torture, pour des faits présumés commis pendant ses huit ans de pouvoir, de 1982 à 1990, et placé mardi en détention préventive à Dakar.

« [Hissène Habré] leur a dit qu'il n'entendait pas participer à cette mascarade judiciaire », a ajouté l’avocat. Ses avocats ont aussi dénoncé « la violation du secret de l'instruction » par le procureur du tribunal spécial, le refus de leur permettre de voir leur client et d'accéder au dossier d'accusation.

"Justice des vainqueurs"

« La Cour de cassation du Sénégal avait en mars 2001 estimé que la justice sénégalaise n'était pas compétente pour juger des crimes commis par un étranger hors du Sénégal. Et la cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) avait déjà dit que ce qui était jugé au Sénégal avait "autorité" et que le dossier Habré devait être "une affaire classée"», a noté Me François Serres, avocat lui aussi de Hissène Habré.

Me Serres a également évoqué des obstacles dressés, selon lui, par le tribunal spécial pour empêcher à la défense de mener au Tchad des enquêtes à décharge. Alors que « les juges [du tribunal spécial] ont validé des enquêtes faites par l'État tchadien », a-t-il indiqué.

Pour Me El Hadji Diouf, autre conseil de Hissène Habré, les juges « n'ont fait que reprendre le livre blanc de [Idriss] Déby », l'actuel président tchadien qui avait renversé son client en 1990. « Idris Déby, maladroit, a fait une déclaration indécente en félicitant Macky Sall, le président sénégalais. C'est la justice des vainqueurs. Tout cela est politique », a-t-il poursuivi.

Une « commission d'enquête sur les crimes et détournements » commis pendant les années Habré, créée par le gouvernement tchadien après sa chute, a estimé à plus de 40 000, dont 4 000 identifiées, le nombre de personnes mortes en détention ou exécutées au cours de sa présidence.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Le retour surprise de Jean-Bernard Padaré au Tchad

Jean-Bernard Padaré, l’ancien garde des Sceaux tchadien tombé en disgrâce et poursuivi dans plusieurs affaires, s’était réfugié en France il y a quelques mois. Alors que des[...]

Lune de miel entre Idriss Déby Itno et François Hollande

François Hollande et Idriss Déby Itno se sont entretenus pendant près de deux heures le 19 juillet, à N'Djamena, à l’occasion de la première visite officielle du président[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Hollande au Tchad pour l'installation du dispositif anti-terrorisme au Sahel

Le président français François Hollande achevait samedi son périple de trois jours en Afrique à N'Djamena, où il doit préparer l'installation du commandement de Barkhane, nouvelle[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers