Extension Factory Builder
04/07/2013 à 10:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L’ancien président tchadien Hissène Habré à la sortie du tribunal de Dakar, le 2 juillet 2013. L’ancien président tchadien Hissène Habré à la sortie du tribunal de Dakar, le 2 juillet 2013. © AFP

L'ancien président tchadien, Hissène Habré, inculpé de crimes contre l'humanité et incarcéré à Dakar où il est réfugié depuis 22 ans, a dénoncé, le 3 juillet, "la mascarade judiciaire" dont il serait victime, ont affirmé ses avocats.

« Hissène Habré a dit aux juges [d'instruction qui l'ont inculpé] qu'il ne reconnaissait pas les chambres africaines extraordinaires, ni leur légalité ni leur légitimité » à cause « des violations permanentes des règles de procédures » par ce tribunal spécial, a affirmé, le 3 juillet, à la presse Me Ibrahima Diawara, un des avocats de l’ancien président tchadien, inculpé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et torture, pour des faits présumés commis pendant ses huit ans de pouvoir, de 1982 à 1990, et placé mardi en détention préventive à Dakar.

« [Hissène Habré] leur a dit qu'il n'entendait pas participer à cette mascarade judiciaire », a ajouté l’avocat. Ses avocats ont aussi dénoncé « la violation du secret de l'instruction » par le procureur du tribunal spécial, le refus de leur permettre de voir leur client et d'accéder au dossier d'accusation.

"Justice des vainqueurs"

« La Cour de cassation du Sénégal avait en mars 2001 estimé que la justice sénégalaise n'était pas compétente pour juger des crimes commis par un étranger hors du Sénégal. Et la cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) avait déjà dit que ce qui était jugé au Sénégal avait "autorité" et que le dossier Habré devait être "une affaire classée"», a noté Me François Serres, avocat lui aussi de Hissène Habré.

Me Serres a également évoqué des obstacles dressés, selon lui, par le tribunal spécial pour empêcher à la défense de mener au Tchad des enquêtes à décharge. Alors que « les juges [du tribunal spécial] ont validé des enquêtes faites par l'État tchadien », a-t-il indiqué.

Pour Me El Hadji Diouf, autre conseil de Hissène Habré, les juges « n'ont fait que reprendre le livre blanc de [Idriss] Déby », l'actuel président tchadien qui avait renversé son client en 1990. « Idris Déby, maladroit, a fait une déclaration indécente en félicitant Macky Sall, le président sénégalais. C'est la justice des vainqueurs. Tout cela est politique », a-t-il poursuivi.

Une « commission d'enquête sur les crimes et détournements » commis pendant les années Habré, créée par le gouvernement tchadien après sa chute, a estimé à plus de 40 000, dont 4 000 identifiées, le nombre de personnes mortes en détention ou exécutées au cours de sa présidence.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Tchad : qui sont les sept complices de Hissène Habré condamnés à perpétuité ?

Le procès des années noires du régime Habré est entré mercredi dans une phase décisive avec le verdict rendu par la Cour criminelle spéciale de N’Djamena qui jugeait les[...]

Tchad : sept accusés condamnés à la perpétuité au procès de complices de l'ex-président Habré

Sept accusés ont été condamnés à la prison à perpétuité dans le cadre du procès des complices de l'ancien président Hissène Habré. Parmi eux[...]

Niger : plus de 200 combattants de Boko Haram tués en dix jours, selon l'armée

Dans un communiqué lu jeudi à la télévision nationale, l'armée nigérienne a affirmé avoir tué plus de 200 combattants du groupe islamiste Boko Haram au cours de l'offensive[...]

Tchad : onze policiers arrêtés après la répression d'une manifestation d'étudiants

La justice tchadienne a ouvert une enquête après la répression musclée des manifestations d’étudiants la semaine dernière. Une dizaine de policiers ont été[...]

Opposition tchadienne : contre Boko Haram, mais pas avec Déby...

En janvier, à l'Assemblée nationale, les députés de l'opposition ont approuvé l'engagement des troupes tchadiennes au Cameroun et au Nigeria. Mais, préviennent-ils, cela n'est pas[...]

Tchad : fermeture des écoles et universités après une manifestation étudiante meurtrière

Les autorités tchadiennes ont décidé de fermer les écoles et universités de N'Djamena "jusqu'à nouvel ordre" à la suite d'une manifestation violente d'étudiants[...]

Combien coûte au Tchad la guerre contre Boko Haram ?

La guerre contre Boko Haram au Nigeria coûte au Tchad moins cher que son intervention au Mali. Mais elle n'est pas donnée pour autant.[...]

Tchad : Idriss Déby Itno, le boss du Sahel

À la tête de la meilleure armée de l'Afrique francophone, le président tchadien, Idriss Déby Itno, fait plus que jamais figure de "parrain" du Sahel face à la menace[...]

Nigeria : offensive militaire "terrestre et aérienne" du Niger et du Tchad

Les armées du Niger et du Tchad ont lancé dimanche une offensive "terrestre et aérienne" d'envergure au Nigeria contre les islamistes de Boko Haram depuis le sud-est du Niger, frontalier, a-t-on[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130704104559 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130704104559 from 172.16.0.100