Extension Factory Builder
03/07/2013 à 19:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alain Giresse est sélectionneur du Sénégal depuis janvier 2013. Alain Giresse est sélectionneur du Sénégal depuis janvier 2013. © DR

Après six mois passés à la tête des Lions de la Teranga, Alain Giresse fait le bilan de ses débuts avec l'équipe du Sénégal, à deux mois d’un match décisif face à l’Ouganda en qualifications pour la Coupe du monde 2014.

Jeune Afrique : Depuis votre nomination, le Sénégal a disputé quatre matches sans en perdre aucun (une victoire et trois nuls). Est-ce un bilan satisfaisant, sachant que toutes les rencontres ont été jouées à l’extérieur ?

Alain Giresse : C’est bien de ne pas avoir perdu. C’est bien aussi d’avoir notre destin en mains avant le dernier match du second tour face à l’Ouganda, le 7 septembre. Mais quand on ne gagne pas tous les matches, un entraîneur ne peut pas être entièrement satisfait, même si on a fait de bonnes choses, lors des matches de juin. En Angola (1-1), nous aurions même pu l’emporter.

Au Gabon (2006-2010) puis au Mali (2010-2012), vous avez travaillé sur la durée, et obtenu des résultats. Votre méthode est-elle comprise au Sénégal ?

Je ne suis pas arrivé au Sénégal avec l’objectif de tout révolutionner. Il ne s’agissait pas de reconstruire, mais de redonner un nouvel élan à une équipe qui restait sur deux déceptions, c’est-à-dire une élimination lors du premier tour de la CAN 2012 et une non qualification pour celle de 2013. Il y a de très bons joueurs, tout n’est donc pas à refaire. J’ai amené mes compétences, mon expertise, afin d’atteindre un objectif, celui de se qualifier pour la Coupe du Monde 2014. Je mets en place mes idées de jeu.

Vous n’avez pas hésité à ne pas sélectionner des cadres comme Dembâ Ba ou Issiar Dia…

Oui, mais j’ai dit à tous les joueurs que les portes de la sélection n’étaient fermées à personne. Mes choix sont axés sur des critères sportifs. Il y a une vraie concurrence, et il faut être performant quand on est sur le terrain.

Vous n’avez pas été payé pendant six mois. Cela vous-a-t-il perturbé dans votre travail quotidien ?

Non. On m’a dit que cela était en passe d’être réglé, et que mes adjoints auraient un contrat. Ce qui m’a plus dérangé, ce sont les problèmes d’organisation lors des matches du mois de juin, notamment au niveau des liaisons aériennes pour aller d’Angola au Liberia.

Pourquoi préférez-vous que le match face à l’Ouganda se dispute au Maroc plutôt qu’à Conakry, comme cela était prévu ?

À Conakry, au mois de septembre, c’est la saison des pluies. Je ne voulais pas courir le risque de jouer sur un terrain détrempé. Au Maroc, nous aurons peut-être moins de soutien populaire, mais de meilleures conditions de jeu. On va se préparer là où nous jouerons. Et le 14 août, nous devrions affronter la Zambie en match amical, en région parisienne.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Giresse : 'Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?'

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement viole[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 février. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces