Extension Factory Builder
03/07/2013 à 19:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alain Giresse est sélectionneur du Sénégal depuis janvier 2013. Alain Giresse est sélectionneur du Sénégal depuis janvier 2013. © DR

Après six mois passés à la tête des Lions de la Teranga, Alain Giresse fait le bilan de ses débuts avec l'équipe du Sénégal, à deux mois d’un match décisif face à l’Ouganda en qualifications pour la Coupe du monde 2014.

Jeune Afrique : Depuis votre nomination, le Sénégal a disputé quatre matches sans en perdre aucun (une victoire et trois nuls). Est-ce un bilan satisfaisant, sachant que toutes les rencontres ont été jouées à l’extérieur ?

Alain Giresse : C’est bien de ne pas avoir perdu. C’est bien aussi d’avoir notre destin en mains avant le dernier match du second tour face à l’Ouganda, le 7 septembre. Mais quand on ne gagne pas tous les matches, un entraîneur ne peut pas être entièrement satisfait, même si on a fait de bonnes choses, lors des matches de juin. En Angola (1-1), nous aurions même pu l’emporter.

Au Gabon (2006-2010) puis au Mali (2010-2012), vous avez travaillé sur la durée, et obtenu des résultats. Votre méthode est-elle comprise au Sénégal ?

Je ne suis pas arrivé au Sénégal avec l’objectif de tout révolutionner. Il ne s’agissait pas de reconstruire, mais de redonner un nouvel élan à une équipe qui restait sur deux déceptions, c’est-à-dire une élimination lors du premier tour de la CAN 2012 et une non qualification pour celle de 2013. Il y a de très bons joueurs, tout n’est donc pas à refaire. J’ai amené mes compétences, mon expertise, afin d’atteindre un objectif, celui de se qualifier pour la Coupe du Monde 2014. Je mets en place mes idées de jeu.

Vous n’avez pas hésité à ne pas sélectionner des cadres comme Dembâ Ba ou Issiar Dia…

Oui, mais j’ai dit à tous les joueurs que les portes de la sélection n’étaient fermées à personne. Mes choix sont axés sur des critères sportifs. Il y a une vraie concurrence, et il faut être performant quand on est sur le terrain.

Vous n’avez pas été payé pendant six mois. Cela vous-a-t-il perturbé dans votre travail quotidien ?

Non. On m’a dit que cela était en passe d’être réglé, et que mes adjoints auraient un contrat. Ce qui m’a plus dérangé, ce sont les problèmes d’organisation lors des matches du mois de juin, notamment au niveau des liaisons aériennes pour aller d’Angola au Liberia.

Pourquoi préférez-vous que le match face à l’Ouganda se dispute au Maroc plutôt qu’à Conakry, comme cela était prévu ?

À Conakry, au mois de septembre, c’est la saison des pluies. Je ne voulais pas courir le risque de jouer sur un terrain détrempé. Au Maroc, nous aurons peut-être moins de soutien populaire, mais de meilleures conditions de jeu. On va se préparer là où nous jouerons. Et le 14 août, nous devrions affronter la Zambie en match amical, en région parisienne.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à l'enco[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex