Extension Factory Builder
03/07/2013 à 11:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Basile Boli est soupçonné d'avoir détourné des fonds publics alloués à ERA. Basile Boli est soupçonné d'avoir détourné des fonds publics alloués à ERA. © AFP

Une peine de deux ans de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende ont été requis à l'encontre de l'ex-footballeur originaire de Côte d'Ivoire Basile Boli, jugé le 2 juillet à Nanterre (Hauts-de-Seine, France) pour abus de confiance dans la gestion de l'association Entreprendre et réussir en Afrique (ERA) qu'il dirigeait.

Poursuivi dans une affaire d’abus de confiance dans la gestion d’une association de coopération avec l’Afrique qu’il dirigeait, Basile Boli risque deux ans de prison avec sursis et une amende de 30 000 euros. C’est en tout cas la teneur des réquisitions prononcées le 2 juillet par le ministère public à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Le Parquet a également réclamé une condamnation de 18 mois de prison avec sursis et 15 000 euros d'amende concernant Patrick Givanovitch, l'ex-bras droit de Basile Boli, poursuivi lui aussi pour abus de confiance.

>> Lire aussi : "Les mauvais comptes de Basile Boli"

"Détournement"

L'ancien défenseur central de l'Olympique de Marseille et de l'équipe de France, 46 ans et son coprévenu, sont soupçonnés d'avoir détourné 250 000 euros de fonds provenant d'une subvention publique entre 2007 et 2008 lorsqu'ils étaient, pour l'un, secrétaire général et, pour l'autre, délégué général de l'association Entreprendre et réussir en Afrique (ERA).

Alloué par l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii, anciennement Anaem), l'argent devait servir à aider des migrants d'Afrique de l'Ouest à se réinstaller dans leur pays pour y monter des projets économiques. Mais il a été utilisé à d'autres fins que celles fixées par la convention nouée en septembre 2007 entre l'organisme d'État et l'association ERA, selon l'accusation.

Un audit diligenté par l'Ofii avait ainsi jugé « excessives » les rémunérations de Basile Boli et Patrick Givanovitch : 11 000 euros nets par mois pour le premier, 6 000 euros pour le second. À l'audience, la présidente de la 14e chambre correctionnelle Fabienne Siredey-Garnier a examiné un par un les autres griefs, à savoir les notes de frais « injustifiées », les « dépassements » dans les frais de déplacement et les versements effectués dans des entreprises suspectées d'avoir servi de sociétés-écrans.

Le comptable et le commissaire aux comptes « avaient mis en garde les professionnels d'ERA mais ils ont été dédaignés », a souligné l'avocat de l'Ofii, Me Georges Holleaux, qui a finalement réclamé le remboursement de 250 000 euros au lieu des 496 000 euros annoncés au départ.

Basile Boli : "C'est impossible pour moi de m'enrichir sur le compte d'ERA"

« Il y a peut-être eu des négligences et des imperfections mais c'était dans un contexte de démarrage d'une association qui a peut être été trop ambitieuse », a concédé Patrick Givanovitch, regrettant d'avoir été « vite critiqué » par l'Ofii.

« C'est impossible pour moi de m'enrichir sur le compte d'ERA », a affirmé quant à lui, Basile Boli, l'ancien footballeur d'origine ivoirienne, visage fermé à la barre, disant avoir voulu œuvrer « pour un continent dont (il est) l'enfant » et « redonner un peu de ce qu'[il] a reçu ».

Basile Boli est entré dans l'histoire du football français, en 1993, en marquant le but de la victoire de l'Olympique de Marseille en finale de la Ligue des Champions face au Milan AC. Après sa carrière sportive, il s'était rapproché de la vie associative, mais aussi politique. Il avait d'abord décliné une proposition du PS pour être candidat aux élections législatives de juin 2007, avant de soutenir Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle la même année. Quelques mois plus tard, Basile Boli avait été nommé secrétaire national de l'UMP en charge du codéveloppement, poste qu'il n'occupe plus.

La décision du tribunal a été mise en délibéré au 15 octobre.

(Avec l'AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de dév[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex