Extension Factory Builder
03/07/2013 à 11:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Basile Boli est soupçonné d'avoir détourné des fonds publics alloués à ERA. Basile Boli est soupçonné d'avoir détourné des fonds publics alloués à ERA. © AFP

Une peine de deux ans de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende ont été requis à l'encontre de l'ex-footballeur originaire de Côte d'Ivoire Basile Boli, jugé le 2 juillet à Nanterre (Hauts-de-Seine, France) pour abus de confiance dans la gestion de l'association Entreprendre et réussir en Afrique (ERA) qu'il dirigeait.

Poursuivi dans une affaire d’abus de confiance dans la gestion d’une association de coopération avec l’Afrique qu’il dirigeait, Basile Boli risque deux ans de prison avec sursis et une amende de 30 000 euros. C’est en tout cas la teneur des réquisitions prononcées le 2 juillet par le ministère public à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Le Parquet a également réclamé une condamnation de 18 mois de prison avec sursis et 15 000 euros d'amende concernant Patrick Givanovitch, l'ex-bras droit de Basile Boli, poursuivi lui aussi pour abus de confiance.

>> Lire aussi : "Les mauvais comptes de Basile Boli"

"Détournement"

L'ancien défenseur central de l'Olympique de Marseille et de l'équipe de France, 46 ans et son coprévenu, sont soupçonnés d'avoir détourné 250 000 euros de fonds provenant d'une subvention publique entre 2007 et 2008 lorsqu'ils étaient, pour l'un, secrétaire général et, pour l'autre, délégué général de l'association Entreprendre et réussir en Afrique (ERA).

Alloué par l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii, anciennement Anaem), l'argent devait servir à aider des migrants d'Afrique de l'Ouest à se réinstaller dans leur pays pour y monter des projets économiques. Mais il a été utilisé à d'autres fins que celles fixées par la convention nouée en septembre 2007 entre l'organisme d'État et l'association ERA, selon l'accusation.

Un audit diligenté par l'Ofii avait ainsi jugé « excessives » les rémunérations de Basile Boli et Patrick Givanovitch : 11 000 euros nets par mois pour le premier, 6 000 euros pour le second. À l'audience, la présidente de la 14e chambre correctionnelle Fabienne Siredey-Garnier a examiné un par un les autres griefs, à savoir les notes de frais « injustifiées », les « dépassements » dans les frais de déplacement et les versements effectués dans des entreprises suspectées d'avoir servi de sociétés-écrans.

Le comptable et le commissaire aux comptes « avaient mis en garde les professionnels d'ERA mais ils ont été dédaignés », a souligné l'avocat de l'Ofii, Me Georges Holleaux, qui a finalement réclamé le remboursement de 250 000 euros au lieu des 496 000 euros annoncés au départ.

Basile Boli : "C'est impossible pour moi de m'enrichir sur le compte d'ERA"

« Il y a peut-être eu des négligences et des imperfections mais c'était dans un contexte de démarrage d'une association qui a peut être été trop ambitieuse », a concédé Patrick Givanovitch, regrettant d'avoir été « vite critiqué » par l'Ofii.

« C'est impossible pour moi de m'enrichir sur le compte d'ERA », a affirmé quant à lui, Basile Boli, l'ancien footballeur d'origine ivoirienne, visage fermé à la barre, disant avoir voulu œuvrer « pour un continent dont (il est) l'enfant » et « redonner un peu de ce qu'[il] a reçu ».

Basile Boli est entré dans l'histoire du football français, en 1993, en marquant le but de la victoire de l'Olympique de Marseille en finale de la Ligue des Champions face au Milan AC. Après sa carrière sportive, il s'était rapproché de la vie associative, mais aussi politique. Il avait d'abord décliné une proposition du PS pour être candidat aux élections législatives de juin 2007, avant de soutenir Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle la même année. Quelques mois plus tard, Basile Boli avait été nommé secrétaire national de l'UMP en charge du codéveloppement, poste qu'il n'occupe plus.

La décision du tribunal a été mise en délibéré au 15 octobre.

(Avec l'AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

 Dans une déclaration écrite, le bâtonnier du barreau de Côte d'Ivoire critique le recours par Orrick au statut de conseiller juridique. Le secrétaire de l'Ordre des avocats demande au cabinet[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara renforce le contrôle des fonds publics

Le gouvernement ivoirien poursuit son action contre les détournements de fonds publics. En Conseil des ministres, le président Alassane Ouattara a signé un projet de décret élargissant les[...]

Côte d'Ivoire : la CPI rejette la demande de Laurent Gbagbo d'assister aux obsèques de sa mère

La chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) a rendu sa décision, mercredi : Laurent Gbagbo ne sera pas autorisé à assister aux funérailles de sa mère en[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Football : Yaya Touré, seul candidat africain au Ballon d'or 2014

La liste des 23 candidats au Fifa-Ballon d'or 2014 a été dévoilée mardi. Parmi eux, les habitués tels que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi, ainsi qu'une ribambelle de champions du monde[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Ggagbo aura-t-il lieu ?

Le procès de Simone Gbagbo et de ses 82 coaccusés devait s'ouvrir le 22 octobre, mais il a été reporté sine die. Manque de préparation de la justice ivoirienne ?[...]

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers