Extension Factory Builder
03/07/2013 à 11:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Basile Boli est soupçonné d'avoir détourné des fonds publics alloués à ERA. Basile Boli est soupçonné d'avoir détourné des fonds publics alloués à ERA. © AFP

Une peine de deux ans de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende ont été requis à l'encontre de l'ex-footballeur originaire de Côte d'Ivoire Basile Boli, jugé le 2 juillet à Nanterre (Hauts-de-Seine, France) pour abus de confiance dans la gestion de l'association Entreprendre et réussir en Afrique (ERA) qu'il dirigeait.

Poursuivi dans une affaire d’abus de confiance dans la gestion d’une association de coopération avec l’Afrique qu’il dirigeait, Basile Boli risque deux ans de prison avec sursis et une amende de 30 000 euros. C’est en tout cas la teneur des réquisitions prononcées le 2 juillet par le ministère public à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Le Parquet a également réclamé une condamnation de 18 mois de prison avec sursis et 15 000 euros d'amende concernant Patrick Givanovitch, l'ex-bras droit de Basile Boli, poursuivi lui aussi pour abus de confiance.

>> Lire aussi : "Les mauvais comptes de Basile Boli"

"Détournement"

L'ancien défenseur central de l'Olympique de Marseille et de l'équipe de France, 46 ans et son coprévenu, sont soupçonnés d'avoir détourné 250 000 euros de fonds provenant d'une subvention publique entre 2007 et 2008 lorsqu'ils étaient, pour l'un, secrétaire général et, pour l'autre, délégué général de l'association Entreprendre et réussir en Afrique (ERA).

Alloué par l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii, anciennement Anaem), l'argent devait servir à aider des migrants d'Afrique de l'Ouest à se réinstaller dans leur pays pour y monter des projets économiques. Mais il a été utilisé à d'autres fins que celles fixées par la convention nouée en septembre 2007 entre l'organisme d'État et l'association ERA, selon l'accusation.

Un audit diligenté par l'Ofii avait ainsi jugé « excessives » les rémunérations de Basile Boli et Patrick Givanovitch : 11 000 euros nets par mois pour le premier, 6 000 euros pour le second. À l'audience, la présidente de la 14e chambre correctionnelle Fabienne Siredey-Garnier a examiné un par un les autres griefs, à savoir les notes de frais « injustifiées », les « dépassements » dans les frais de déplacement et les versements effectués dans des entreprises suspectées d'avoir servi de sociétés-écrans.

Le comptable et le commissaire aux comptes « avaient mis en garde les professionnels d'ERA mais ils ont été dédaignés », a souligné l'avocat de l'Ofii, Me Georges Holleaux, qui a finalement réclamé le remboursement de 250 000 euros au lieu des 496 000 euros annoncés au départ.

Basile Boli : "C'est impossible pour moi de m'enrichir sur le compte d'ERA"

« Il y a peut-être eu des négligences et des imperfections mais c'était dans un contexte de démarrage d'une association qui a peut être été trop ambitieuse », a concédé Patrick Givanovitch, regrettant d'avoir été « vite critiqué » par l'Ofii.

« C'est impossible pour moi de m'enrichir sur le compte d'ERA », a affirmé quant à lui, Basile Boli, l'ancien footballeur d'origine ivoirienne, visage fermé à la barre, disant avoir voulu œuvrer « pour un continent dont (il est) l'enfant » et « redonner un peu de ce qu'[il] a reçu ».

Basile Boli est entré dans l'histoire du football français, en 1993, en marquant le but de la victoire de l'Olympique de Marseille en finale de la Ligue des Champions face au Milan AC. Après sa carrière sportive, il s'était rapproché de la vie associative, mais aussi politique. Il avait d'abord décliné une proposition du PS pour être candidat aux élections législatives de juin 2007, avant de soutenir Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle la même année. Quelques mois plus tard, Basile Boli avait été nommé secrétaire national de l'UMP en charge du codéveloppement, poste qu'il n'occupe plus.

La décision du tribunal a été mise en délibéré au 15 octobre.

(Avec l'AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Côte d'Ivoire : quand Ouattara recadre ses ministres sur les frais de déplacement à l'étranger

Les derniers déplacements aux États-Unis d'une délégation gouvernementale a suscité l'ire du président Alassane Ouattara.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers