Extension Factory Builder
21/06/2013 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président zimbabwéen Robert Mugabe accepte de retarder les élections. Le président zimbabwéen Robert Mugabe accepte de retarder les élections. © AFP

Le président zimbabwéen Robert Mugabe semble avoir cédé aux pressions de ses voisins d'Afrique australe en acceptant de retarder les élections. Un report de seulement deux semaines qui semble cependant insuffisant pour mettre en œuvre les réformes démocratiques demandées. Analyse.

Robert Mugabe, âgé de 89 ans et au pouvoir depuis 33 ans, avait mis en colère son principal opposant Morgan Tsvangirai la semaine dernière, en fixant au 31 juillet la date des élections présidentielle et législatives censées mettre fin à la cohabitation forcée entre les deux hommes, respectivement président et Premier ministre. Le chef de l'État s'appuyait alors sur une injonction de la Cour constitutionnelle.

Mais, avant la tenue de ces scrutins, Morgan Tsvangirai exige l'adoption de réformes promises depuis quatre ans, notamment pour libéraliser les médias et les services de sécurité, qui maintiennent la pression sur tous les opposants.

Samedi 15 juin, les pays de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), qui joue les médiateurs dans la crise zimbabwéenne, se sont montrés inhabituellement incisifs en donnant raison au Premier ministre et en demandant au président de décaler les élections. « Mugabe est sous pression pour garantir que les élections soient crédibles et acceptables par la SADC », estime Dumisani Nkomo, porte-parole du forum de la société civile du Matabeleland. Pour cet analyste basé à Bulawayo, la seconde grande ville du pays, « les résultats ne seront pas acceptées par la SADC » si les élections ne sont pas retardées.

Fausse main tendue ?

Le président Mugabe s'est partiellement exécuté cette semaine en saisissant la Cour constitutionnelle pour proposer de retarder le scrutin, mais de seulement deux semaines, soit au 14 août, ce qui selon la plupart des observateurs n'est pas suffisant pour assurer un vote équitable. « Il n'y a aucune garantie que les deux semaines soient accordées par la Cour », observe Takavafira Zhou, politologue à l'Université d'État de Masvingo.

Des groupes de défense des droits de l'homme et le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) de Morgan Tsvangirai ont déjà accusé le camp Mugabe de jouer la comédie, en déposant une requête dépourvue de sens et n'ayant aucune chance d'aboutir. « La requête est inachevée et de mauvaise qualité », a expliqué à l'AFP un porte-parole du MDC, Douglas Mwonzora. De plus, selon Lovemore Madhuku, un expert en droit constitutionnel à l'Université du Zimbabwe, la Cour dira non: « Les élections auront lieu le 31 juillet. Il est très peu probable que la Cour constitutionnelle change sa position. »

Quand bien même la requête de Robert Mugabe serait acceptée, personne ne pense qu'un délai de deux semaines permette de faire la chasse aux électeurs fantômes, d'introduire un peu de pluralisme dans les médias ou de débarrasser les forces de l'ordre de leurs commandants hautement politisés. « Même si le tribunal devait accorder la prolongation, je ne prévois pas de réformes mises en oeuvre en deux semaines. Pour moi, tout cela est une façade », résume Takavafira Zhou.

Trust Manda, membre de l'association des avocats du Zimbabwe pour les droits de l'homme (ZLHR), ne dit pas autre chose : « Cela ne doit pas être simplement un changement juridique, mais la loi doit être appliquée sur le terrain, et quinze jours ne suffiront pas. » Le camp de Morgan Tsvangirai voudrait organiser le scrutin le plus tard possible, d'ici le 31 octobre.

Sévérité inhabituelle de la SADC

Néanmoins, pour Charles Mangongera, consultant pour l'institut de politologie Mass Public Opinion Institute de Harare, la sévérité inhabituelle de la SADC, d'ordinaire plus complaisante, montre que l'organisation régionale n'acceptera pas un nouveau scrutin dont le résultat pourrait être remis en cause. « La résolution de la SADC a montré qu'elle ne tolérera pas l'unilatéralisme de Mugabe », juge-t-il.

Les victoires de Robert Mugabe aux élections présidentielles de 2002 et 2008 avaient été aussi contestées que violentes. Jusqu'à présent, le héros de la libération a pu faire jouer en sa faveur les solidarités nouées avec les autres chefs d'État de la SADC.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Zimbabwe

Zimbabwe : qui a orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983 ?

Zimbabwe : qui a orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983 ?

Robert Mugabe a-t-il joué un rôle clé pendant les massacres de Gukurahundi en janvier 1983 ? De nouveaux documents déclassifiés prouveraient la responsabilité du chef de l'État zimb[...]

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Zimbabwe - 18 avril 1980 : Bob Marley et Mugabe célèbrent l'indépendance de la dernière colonie européenne d'Afrique

Le Zimbabwe est le dernier pays du continent à se libérer du joug du colonisateur occidental. Une indépendance arrachée dans la douleur après plus de dix années de lutte armée.[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers