Extension Factory Builder
21/06/2013 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tiébilé Dramé, le 8 juin 2013 à Ouagadougou. Tiébilé Dramé, le 8 juin 2013 à Ouagadougou. © AFP

Le gouvernement malien et les rebelles touaregs ont signé le 18 juin un accord préliminaire en vue de l’organisation de l’élection présidentielle à Kidal. Pour certains Maliens, cet accord sert davantage les intérêts des rebelles que ceux du pays. Tiébilé Dramé, émissaire de Bamako lors des négociations et probable futur candidat au fauteuil présidentiel, revient pour "Jeune Afrique" sur la signature de cet accord.

Jeune Afrique : Pourquoi les négociations ont-elles été aussi longues et tumultueuses ?

Tiébilé Dramé : Dans certains pays, ce genre de négociations prend des mois et des mois, et au Mali, les gens s’étonnent qu’on ait discuté pendant onze jours ! Nous sortons d’une crise profonde durant laquelle les trois-quarts du pays ont été occupés par des groupes rebelles armés. La rébellion touarègue a ouvert la voie à des terroristes fanatiques qui ont asservi notre peuple dans un régime moyen-âgeux. Il est normal, à partir du moment où nous avons décidé de nous parler, que cela nous prenne un peu de temps.  Je trouve même que nous avons été plutôt rapides.

Le 12 juin, vous avez refusé de signer le premier projet d’accord accepté par les rebelles touaregs. Pourquoi ?

Les autorités maliennes tenaient à ce que les résolutions internationales du Conseil de sécurité de l’ONU soient prises en compte. Et notamment la résolution 1820 qui mentionne la lutte contre l’impunité ou la résolution 2100 qui proclame l’intégrité territoriale et l’unité nationale du Mali tout en exigeant le désarmement des groupes armés.

Quand l’armée malienne se rendra-t-elle à Kidal ?

Les experts militaires sont en train de travailler (à Ouagadougou, NDLR) sur les modalités concrètes du retour de l’armée malienne à Kidal. Dès qu’ils auront terminé, les premiers éléments militaires maliens entreront dans la ville. Ce qui devrait arriver dans les jours qui viennent.

Il faut maintenant s’atteler à consolider la cohésion nationale et à réconcilier les communautés du Nord.

Quel sort sera réservé aux rebelles poursuivis par la justice malienne et qui sont également signataires de l’accord ?

L’accord n’évoque pas le cas des individus qui font l’objet d’un mandat d’arrêt parce que cela relève de l’autorité judiciaire. Nous n’avons pas souhaité interférer dans ce domaine. Et, jusqu’à preuve du contraire, le procureur de la République n’a pas changé d’avis sur la question.

Est-ce compliqué d’être émissaire du gouvernement malien aux négociations et certainement candidat à l’élection présidentielle ?

C’est une mission ponctuelle, que j’ai acceptée à la demande du président de la République Dioncounda Traoré. Cette tâche m’a occupé jour et nuit pendant un mois. Dieu merci, nous avons débouché sur un accord préliminaire qui permettra l’organisation de l’élection présidentielle à Kidal dans des conditions de paix et de sécurité. C’est le plus important.

Êtes-vous satisfait du travail accompli ?

Nous avons franchi une étape importante sur le chemin de la restauration de la paix et de la stabilité au Mali. Il faut maintenant s’atteler à consolider la cohésion nationale et à réconcilier les communautés du Nord. Il nous reste encore beaucoup à faire. Mais je suis optimiste car le Mali est un peu comme l’empereur Soundiata Keïta : quand il s'est relevé après être resté à terre pendant des années, il a fait des pas de géant et fondé notre beau pays. Vous verrez, le Mali débout et réconcilié étonnera l'Afrique et le monde !

___

Propos recueillis par Baba Ahmed, à Bamako

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Abdoulaye Diop : 'La paix pour le Mali passe par l'accord d'Alger'

Abdoulaye Diop : "La paix pour le Mali passe par l'accord d'Alger"

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, revient sur le préaccord d'Alger que la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) refuse toujours de s[...]

Mali : quand les mausolées des saints de Tombouctou ressuscitent

Trois ans après la destruction des mausolées de Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, la "Ville aux 333 saints" a entamé leur reconstruction. Et renoué avec une[...]

Mali : remue-ménage onusien autour du préaccord de paix

À l'issue de sa réunion consacrée au Mali, le 9 avril, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé les groupes rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA)[...]

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux personnes ont été tuées par balles près de Gao, au nord du Mali, dans une attaque contre un convoi de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) vendredi soir, trois jours après un[...]

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali. [...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Attaque suicide dans le nord du Mali : trois civils tués et des blessés dont neuf Casques bleus

Trois civils ont été tués et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées dont neuf Casques bleus, dans une attaque-suicide dans le Nord, à Ansango.[...]

Crise au Mali : nouvelle réunion à Alger, la médiation internationale dans l'impasse

Menée par l'Algérie, la médiation internationale sur la crise dans le nord du Mali pensait avoir trouvé un accord de paix. Mais si celui-ci a été paraphé par Bamako depuis le 1er[...]

Mali : la France annule pour 64,8 millions d'euros de dette

Le ministre français des Finances Michel Sapin a informé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta l'annulation de 43 milliards de francs CFA, soit 64,8 millions d'euros, de la dette du Mali, ont[...]

Faut-il avoir peur du retour de la grippe aviaire en Afrique de l'Ouest ?

L'Afrique de l'Ouest est sur un pied d'alerte depuis que le Burkina Faso a déclaré début avril une épidémie de grippe aviaire sur son territoire. Le virus H5N1, hautement pathogène,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130621151918 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130621151918 from 172.16.0.100