Extension Factory Builder
21/06/2013 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tiébilé Dramé, le 8 juin 2013 à Ouagadougou. Tiébilé Dramé, le 8 juin 2013 à Ouagadougou. © AFP

Le gouvernement malien et les rebelles touaregs ont signé le 18 juin un accord préliminaire en vue de l’organisation de l’élection présidentielle à Kidal. Pour certains Maliens, cet accord sert davantage les intérêts des rebelles que ceux du pays. Tiébilé Dramé, émissaire de Bamako lors des négociations et probable futur candidat au fauteuil présidentiel, revient pour "Jeune Afrique" sur la signature de cet accord.

Jeune Afrique : Pourquoi les négociations ont-elles été aussi longues et tumultueuses ?

Tiébilé Dramé : Dans certains pays, ce genre de négociations prend des mois et des mois, et au Mali, les gens s’étonnent qu’on ait discuté pendant onze jours ! Nous sortons d’une crise profonde durant laquelle les trois-quarts du pays ont été occupés par des groupes rebelles armés. La rébellion touarègue a ouvert la voie à des terroristes fanatiques qui ont asservi notre peuple dans un régime moyen-âgeux. Il est normal, à partir du moment où nous avons décidé de nous parler, que cela nous prenne un peu de temps.  Je trouve même que nous avons été plutôt rapides.

Le 12 juin, vous avez refusé de signer le premier projet d’accord accepté par les rebelles touaregs. Pourquoi ?

Les autorités maliennes tenaient à ce que les résolutions internationales du Conseil de sécurité de l’ONU soient prises en compte. Et notamment la résolution 1820 qui mentionne la lutte contre l’impunité ou la résolution 2100 qui proclame l’intégrité territoriale et l’unité nationale du Mali tout en exigeant le désarmement des groupes armés.

Quand l’armée malienne se rendra-t-elle à Kidal ?

Les experts militaires sont en train de travailler (à Ouagadougou, NDLR) sur les modalités concrètes du retour de l’armée malienne à Kidal. Dès qu’ils auront terminé, les premiers éléments militaires maliens entreront dans la ville. Ce qui devrait arriver dans les jours qui viennent.

Il faut maintenant s’atteler à consolider la cohésion nationale et à réconcilier les communautés du Nord.

Quel sort sera réservé aux rebelles poursuivis par la justice malienne et qui sont également signataires de l’accord ?

L’accord n’évoque pas le cas des individus qui font l’objet d’un mandat d’arrêt parce que cela relève de l’autorité judiciaire. Nous n’avons pas souhaité interférer dans ce domaine. Et, jusqu’à preuve du contraire, le procureur de la République n’a pas changé d’avis sur la question.

Est-ce compliqué d’être émissaire du gouvernement malien aux négociations et certainement candidat à l’élection présidentielle ?

C’est une mission ponctuelle, que j’ai acceptée à la demande du président de la République Dioncounda Traoré. Cette tâche m’a occupé jour et nuit pendant un mois. Dieu merci, nous avons débouché sur un accord préliminaire qui permettra l’organisation de l’élection présidentielle à Kidal dans des conditions de paix et de sécurité. C’est le plus important.

Êtes-vous satisfait du travail accompli ?

Nous avons franchi une étape importante sur le chemin de la restauration de la paix et de la stabilité au Mali. Il faut maintenant s’atteler à consolider la cohésion nationale et à réconcilier les communautés du Nord. Il nous reste encore beaucoup à faire. Mais je suis optimiste car le Mali est un peu comme l’empereur Soundiata Keïta : quand il s'est relevé après être resté à terre pendant des années, il a fait des pas de géant et fondé notre beau pays. Vous verrez, le Mali débout et réconcilié étonnera l'Afrique et le monde !

___

Propos recueillis par Baba Ahmed, à Bamako

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers