Extension Factory Builder
21/06/2013 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tiébilé Dramé, le 8 juin 2013 à Ouagadougou. Tiébilé Dramé, le 8 juin 2013 à Ouagadougou. © AFP

Le gouvernement malien et les rebelles touaregs ont signé le 18 juin un accord préliminaire en vue de l’organisation de l’élection présidentielle à Kidal. Pour certains Maliens, cet accord sert davantage les intérêts des rebelles que ceux du pays. Tiébilé Dramé, émissaire de Bamako lors des négociations et probable futur candidat au fauteuil présidentiel, revient pour "Jeune Afrique" sur la signature de cet accord.

Jeune Afrique : Pourquoi les négociations ont-elles été aussi longues et tumultueuses ?

Tiébilé Dramé : Dans certains pays, ce genre de négociations prend des mois et des mois, et au Mali, les gens s’étonnent qu’on ait discuté pendant onze jours ! Nous sortons d’une crise profonde durant laquelle les trois-quarts du pays ont été occupés par des groupes rebelles armés. La rébellion touarègue a ouvert la voie à des terroristes fanatiques qui ont asservi notre peuple dans un régime moyen-âgeux. Il est normal, à partir du moment où nous avons décidé de nous parler, que cela nous prenne un peu de temps.  Je trouve même que nous avons été plutôt rapides.

Le 12 juin, vous avez refusé de signer le premier projet d’accord accepté par les rebelles touaregs. Pourquoi ?

Les autorités maliennes tenaient à ce que les résolutions internationales du Conseil de sécurité de l’ONU soient prises en compte. Et notamment la résolution 1820 qui mentionne la lutte contre l’impunité ou la résolution 2100 qui proclame l’intégrité territoriale et l’unité nationale du Mali tout en exigeant le désarmement des groupes armés.

Quand l’armée malienne se rendra-t-elle à Kidal ?

Les experts militaires sont en train de travailler (à Ouagadougou, NDLR) sur les modalités concrètes du retour de l’armée malienne à Kidal. Dès qu’ils auront terminé, les premiers éléments militaires maliens entreront dans la ville. Ce qui devrait arriver dans les jours qui viennent.

Il faut maintenant s’atteler à consolider la cohésion nationale et à réconcilier les communautés du Nord.

Quel sort sera réservé aux rebelles poursuivis par la justice malienne et qui sont également signataires de l’accord ?

L’accord n’évoque pas le cas des individus qui font l’objet d’un mandat d’arrêt parce que cela relève de l’autorité judiciaire. Nous n’avons pas souhaité interférer dans ce domaine. Et, jusqu’à preuve du contraire, le procureur de la République n’a pas changé d’avis sur la question.

Est-ce compliqué d’être émissaire du gouvernement malien aux négociations et certainement candidat à l’élection présidentielle ?

C’est une mission ponctuelle, que j’ai acceptée à la demande du président de la République Dioncounda Traoré. Cette tâche m’a occupé jour et nuit pendant un mois. Dieu merci, nous avons débouché sur un accord préliminaire qui permettra l’organisation de l’élection présidentielle à Kidal dans des conditions de paix et de sécurité. C’est le plus important.

Êtes-vous satisfait du travail accompli ?

Nous avons franchi une étape importante sur le chemin de la restauration de la paix et de la stabilité au Mali. Il faut maintenant s’atteler à consolider la cohésion nationale et à réconcilier les communautés du Nord. Il nous reste encore beaucoup à faire. Mais je suis optimiste car le Mali est un peu comme l’empereur Soundiata Keïta : quand il s'est relevé après être resté à terre pendant des années, il a fait des pas de géant et fondé notre beau pays. Vous verrez, le Mali débout et réconcilié étonnera l'Afrique et le monde !

___

Propos recueillis par Baba Ahmed, à Bamako

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali a procédé à l'annulation de 130 permis de recherche et autorisations d'exploitation de carrière. Ce grand nettoyage concerne des projets sur lesquels aucun développement n'a ét&eac[...]

Vol AH5017 : l'identification des victimes peut prendre "des années"

Une semaine après le crash de l'avion d'Air Algérie, le directeur de la police judiciaire algérienne a affirmé jeudi que l'identification de l'ensemble des victimes prendra "peut-être des[...]

Racisme - Seydou Keita : "Pepe m'avait traité de singe en me crachant dessus"

La rencontre amicale de mardi entre le Real Madrid et l’AS Roma (0-1) a débuté par un coup d’éclat. Après avoir refusé de serrer la main au joueur portugais Pepe, le milieu de terrain[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers