Extension Factory Builder
19/06/2013 à 18:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une élue de la Ligue du Nord a appelé, le 13 juin, au viol de la ministre Cécile Kyenge. Une élue de la Ligue du Nord a appelé, le 13 juin, au viol de la ministre Cécile Kyenge. © AFP

Cécile Kyenge, première ministre noire de l'histoire italienne, chargée de l'Intégration, a présenté, le 19 juin à Genève, sa vision d'une Italie qui est en train de "changer d'approche" à l'égard de l'immigration.

Le choix d'Enrico Letta, premier chef d'un gouvernement gauche-droite de l'après-guerre, de créer un ministère de l'Intégration est en soi, un « signal de changement fondamental car l'idée est de ramener l'attention sur les personnes, les droits de l'homme », a estimé, le 19 juin, Cécile Kyenge devant la presse étrangère à Genève lors de son premier voyage à l’extérieur. L'occasion pour la ministre italienne d’origine congolaise de « faire comprendre l'importance du changement culturel que l'Italie est en train d'opérer ». Un parcours qui « se poursuivra même si le gouvernement devait changer », a-t-elle affirmé.

Depuis sa prise de fonction fin avril, Cécile Kyenge a été pourtant la cible d'agressions verbales et menaces de mort, postées sur des sites racistes et même sur sa page officielle Facebook. Son escorte a été renforcée depuis mais elle a assuré qu’elle n’avait pas peur. « Les insultes et menaces qui me visent à cause de ma position particulièrement exposée, visent en réalité tous ceux qui refusent le racisme et une société non violente », a-t-elle déclaré.

>> Lire aussi : une élue appelle au viol de la ministre d'origine congolaise Cécile Kyenge

"Manque de connaissance de l’autre"

Selon Cécile Kyenge, on ne peut pas dire aujourd’hui que l'Italie est raciste mais « il y a visiblement un manque de connaissance de l'autre, des phénomènes migratoires, un manque de culture de l'immigration », nuance-t-elle. La ministre rappelle que les immigrés - 4 millions d'adultes et 1 million d'enfants dont 600 000 nés dans le pays – constituent également une « ressource : des travailleurs, des contribuables, parfois des entrepreneurs » pour faire face à la crise.

« La priorité du gouvernement [d'Enrico Letta] est l'emploi mais la crise touche tout le monde, il faut l'affronter ensemble, y compris avec l'idée d'une nouvelle citoyenneté qui prévoit des droits mais aussi des devoirs », a expliqué la ministre.

« Tout commence à l’école », a-t-elle poursuivi. Selon elle, les enfants doivent pouvoir participer aux voyages scolaires hors d'Italie, ou devenir des sportifs professionnels ou de futurs dirigeants du pays, sans devoir découvrir « à 18 ans qu'ils sont différents, qu'ils ne peuvent pas avoir la nationalité pour des raisons bureaucratiques ». C’est pourquoi, à son initiative, le gouvernement italien a adopté, le 15 juin, un décret-loi qui simplifie l'accès à la nationalité après 10 ans de résidence, attestée par de simples certificats médicaux ou scolaires.

"Bonnes pratiques"

Consciente d'avoir suscité un âpre débat, Cécile Kyenge a expliqué « bouger beaucoup sur le territoire pour identifier les bonnes pratiques » en matière d'intégration. De toute façon, a-t-elle dit, la nouvelle législation sur la citoyenneté sera issue d'un dialogue interne au gouvernement et « décidée par le Parlement ». Cécile Kyenge perçoit ainsi son rôle de façon « transversale » : avec sa collègue de l'Agriculture pour les immigrés surexploités et non déclarés dans les récoltes de fruits et légumes, ou celle de l'Intérieur pour les migrants qui débarquent sur les côtes italiennes.

>> Lire aussi : "Cécile Kyenge, un parcours de battante"

Fière de sa terre d'adoption d'Emilie Romagne (elle vit près de Modène), cette ophtalmologue de 48 ans, mère de deux filles, arrivée en Italie en 1983 pour faire des études de médecine, n'a pu, en raison de « problèmes bureaucratiques », obtenir la nationalité qu'après son mariage avec un Italien en 1995. Elle voit son ministère comme une « mission », une « volonté de se mettre au service des autres » qui l'a poussée aussi à coordonner la formation de médecins en Afrique et de personnel sanitaire en Italie pour l'accueil des migrants puis à s'engager en politique à partir de 2004 dans le Parti démocrate (gauche).

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers