Extension Factory Builder
19/06/2013 à 18:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une élue de la Ligue du Nord a appelé, le 13 juin, au viol de la ministre Cécile Kyenge. Une élue de la Ligue du Nord a appelé, le 13 juin, au viol de la ministre Cécile Kyenge. © AFP

Cécile Kyenge, première ministre noire de l'histoire italienne, chargée de l'Intégration, a présenté, le 19 juin à Genève, sa vision d'une Italie qui est en train de "changer d'approche" à l'égard de l'immigration.

Le choix d'Enrico Letta, premier chef d'un gouvernement gauche-droite de l'après-guerre, de créer un ministère de l'Intégration est en soi, un « signal de changement fondamental car l'idée est de ramener l'attention sur les personnes, les droits de l'homme », a estimé, le 19 juin, Cécile Kyenge devant la presse étrangère à Genève lors de son premier voyage à l’extérieur. L'occasion pour la ministre italienne d’origine congolaise de « faire comprendre l'importance du changement culturel que l'Italie est en train d'opérer ». Un parcours qui « se poursuivra même si le gouvernement devait changer », a-t-elle affirmé.

Depuis sa prise de fonction fin avril, Cécile Kyenge a été pourtant la cible d'agressions verbales et menaces de mort, postées sur des sites racistes et même sur sa page officielle Facebook. Son escorte a été renforcée depuis mais elle a assuré qu’elle n’avait pas peur. « Les insultes et menaces qui me visent à cause de ma position particulièrement exposée, visent en réalité tous ceux qui refusent le racisme et une société non violente », a-t-elle déclaré.

>> Lire aussi : une élue appelle au viol de la ministre d'origine congolaise Cécile Kyenge

"Manque de connaissance de l’autre"

Selon Cécile Kyenge, on ne peut pas dire aujourd’hui que l'Italie est raciste mais « il y a visiblement un manque de connaissance de l'autre, des phénomènes migratoires, un manque de culture de l'immigration », nuance-t-elle. La ministre rappelle que les immigrés - 4 millions d'adultes et 1 million d'enfants dont 600 000 nés dans le pays – constituent également une « ressource : des travailleurs, des contribuables, parfois des entrepreneurs » pour faire face à la crise.

« La priorité du gouvernement [d'Enrico Letta] est l'emploi mais la crise touche tout le monde, il faut l'affronter ensemble, y compris avec l'idée d'une nouvelle citoyenneté qui prévoit des droits mais aussi des devoirs », a expliqué la ministre.

« Tout commence à l’école », a-t-elle poursuivi. Selon elle, les enfants doivent pouvoir participer aux voyages scolaires hors d'Italie, ou devenir des sportifs professionnels ou de futurs dirigeants du pays, sans devoir découvrir « à 18 ans qu'ils sont différents, qu'ils ne peuvent pas avoir la nationalité pour des raisons bureaucratiques ». C’est pourquoi, à son initiative, le gouvernement italien a adopté, le 15 juin, un décret-loi qui simplifie l'accès à la nationalité après 10 ans de résidence, attestée par de simples certificats médicaux ou scolaires.

"Bonnes pratiques"

Consciente d'avoir suscité un âpre débat, Cécile Kyenge a expliqué « bouger beaucoup sur le territoire pour identifier les bonnes pratiques » en matière d'intégration. De toute façon, a-t-elle dit, la nouvelle législation sur la citoyenneté sera issue d'un dialogue interne au gouvernement et « décidée par le Parlement ». Cécile Kyenge perçoit ainsi son rôle de façon « transversale » : avec sa collègue de l'Agriculture pour les immigrés surexploités et non déclarés dans les récoltes de fruits et légumes, ou celle de l'Intérieur pour les migrants qui débarquent sur les côtes italiennes.

>> Lire aussi : "Cécile Kyenge, un parcours de battante"

Fière de sa terre d'adoption d'Emilie Romagne (elle vit près de Modène), cette ophtalmologue de 48 ans, mère de deux filles, arrivée en Italie en 1983 pour faire des études de médecine, n'a pu, en raison de « problèmes bureaucratiques », obtenir la nationalité qu'après son mariage avec un Italien en 1995. Elle voit son ministère comme une « mission », une « volonté de se mettre au service des autres » qui l'a poussée aussi à coordonner la formation de médecins en Afrique et de personnel sanitaire en Italie pour l'accueil des migrants puis à s'engager en politique à partir de 2004 dans le Parti démocrate (gauche).

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces