Extension Factory Builder
13/06/2013 à 16:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Tiangaye, le Premier ministre centrafricain a dévoilé son nouveau gouvernement. Nicolas Tiangaye, le Premier ministre centrafricain a dévoilé son nouveau gouvernement. © SIA KAMBOU/AFP

Le Premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye, a formé, jeudi 13 juin, un nouveau gouvernement d'union nationale censé normaliser la situation en Centrafrique. Les postes-clés restent aux mains des anciens rebelles de la Séléka qui ont renversé le pouvoir de François Bozizé en mars dernier.

Le Premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye, a formé jeudi 13 juin, un nouveau gouvernement d'union nationale censé normaliser la situation en Centrafrique. Les postes-clés restent aux mains des anciens rebelles de la Séléka, selon un décret diffusé à la radio nationale.

Composé de 34 membres, le gouvernement comprend neuf ministres issus de la coalition rebelle Séléka, sept issus de l'ancienne opposition et deux anciens proches du président déchu, François Bozizé. Les seize autres sont des membres de la société civile et de différentes formations politiques.

Aux postes clés, on retrouve des figures de la Séléka : Gontran Djono aux Mines, Nourendine Adam, (chef de la rébellion de la Convention des patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP)) à la Sécurité, Mohamed Moussa Dhaffane aux Eaux et Forêts, ainsi que Christophe Gazam Betty à la Communication. Le président, Michel Djotodia, assumera également la charge de ministre de la Défense.

Du côté de l'ancienne opposition, le poste de ministre de l'Équipement et porte-parole du gouvernement reste à Crépin Mboli Gonda et les Télécommunications à l'opposant Henri Pouzère. Le Premier ministre sortant, Nicolas Tiangaye, lui-même issu de l'opposition, a été reconduit mercredi dans ses fonctions par le président de la République et ex-rebelle, Michel Djotodia.

Un seul proche de Bozizé

Sous la pression des chefs d'État d'Afrique centrale, réunis en avril à N'Djamena, Nicolas Tiangaye avait promis que toutes les sensibilités politiques seraient représentées dans son nouveau gouvernement, pour faciliter la transition en cours dans le pays. Mais parmi les huit nouvelles personnalités qui font leur entrée au gouvernement, ne figure qu'un seul ancien proche de Bozizé, ce qui porte leur nombre total à deux : Claude Lenga, nommé aux Droits de l'homme, et l'ancien porte-parole de la présidence, Gaston Mackouzangba, à la Fonction publique.

La formation de ce nouveau gouvernement intervient presque trois mois après que le nouvel homme fort du pays, Michel Djotodia, a pris le pouvoir avec la coalition rebelle Séléka en renversant l'ex-président François Bozizé (66 ans) - exilé au Cameroun - contre lequel les nouvelles autorités de Bangui viennent d'émettre un mandat d'arrêt international.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

L'accord de cessation des hostilités signé mercredi à Brazzaville sera-t-il appliqué ? En Centrafrique, ils sont peu à y croire.[...]

Carte : pour y voir clair dans le micmac des groupes rebelles de Centrafrique

À Brazzaville, où a finalement été signé un accord de cessez-le-feu a minima, le 23 juillet, l'ensemble des groupes armés de la crise centrafricaine était représenté.[...]

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet immédiatement sur[...]

Centrafrique : l'ex-Séléka accepte de signer l'accord de cessez-le-feu à Brazzaville

Après avoir refusé de participer aux négociations de paix sur la Centrafrique à Brazzaville, l'ex-Séléka a finalement accepté mercredi de signer l'accord de cessation des[...]

Centrafrique : un accord de paix sera-t-il signé in extremis à Brazzaville ?

Neuf chefs militaires de l'ex-Séléka sont arrivés mardi soir à Brazzaville. Les autorités congolaises espèrent que leur présence permettra de débloquer les[...]

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Centrafrique : Jean-Serge Bokassa croit en son "destin politique"

Un brin mégalo, Jean-Serge Bokassa ose tout. Y compris se rêver en homme providentiel dans ce pays que son père dirigea jusqu'en 1979. La présidentielle de 2015 ? Il y pense très[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Damboa et massacre des civils

Les services nigérians ont annoncé lundi la prise de la ville de Damboa, dans l'État de Borno, par les combattants de Boko Haram. L'attaque meurtrière du groupe islamiste a eu lieu pendant le week-end,[...]

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka.[...]

Centrafrique : ouverture à Brazzaville du "Forum pour la réconciliation nationale"

Un "Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique" en Centrafrique se tient à Brazzaville du 21 au 23 juillet. Mais ses participants sont divisés et l'on voit mal comment les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers