Extension Factory Builder
12/06/2013 à 18:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les promoteurs ciblent les métropoles à Les promoteurs ciblent les métropoles à © Reuters

Très populaire au Sénégal, devant le football, ce sport de combat envisage désormais de s’affirmer comme produit d’exportation à l’extérieur du continent.  

Élevé au rang de sport-roi, la lutte sénégalaise est au pays de la « Téranga » (hospitalité en wolof) ce que le sumo est au Japon. Au point de remplir des stades entiers les jours de grands combats, avec bien plus de succès que le football, discipline sportive favorite dans la plupart des pays du continent.

Objets d’une surenchère sans fin, les cachets peuvent atteindre jusqu’à 100 millions de francs Cfa (150 000 euros) attribués à celui qui sort vainqueur de l’arène. Parfois sanguinolent, mais triomphant, ce dernier est célébré dans tout le pays comme un dieu vivant, un héros porté aux nues, jusqu’à la défaite fatale contre un outsider venu occuper à son tour le statut de champion. En quête de récupération commerciale, les sponsors déversent des flots d’argent lors de ces évènements très suivis. Impliquées à l’extrême, les populations se déplacent massivement pour aller soutenir les « mbeurkatt » (lutteurs) qui représentent leur ville.

Malheureusement la lutte sénégalaise a échoué à faire salle comble au Palais omnisport de Paris Bercy, lors du grand gala organisé le 8 juin dernier. Et cela malgré une affiche alléchante confrontant « l’ouragan de Pikine », Baboye (16 victoires, 8 défaites), au bien nommé « Bombardier », représentant de la ville de Mbour (16 victoires, 7 défaites). Pour cette exhibition inédite en France, seuls 30 % des sièges du complexe polyvalent étaient occupés, si bien que les organisateurs donnaient l’impression d’avoir vu trop grand pour ce « coup d’essai ».

À la conquête du monde

Affichant une mine satisfaite, Amadou Badiane tempère ce constat et parle de succès qu’il faut considérer à une plus grande échelle : « nous n’avons pas rempli Bercy mais un public de près de 50 millions de personnes a eu la possibilité d’assister à  ces combats de lutte. » Partenaire officiel et propriétaire des droits pour la retransmission (au même titre que la télévision sénégalaise Futurs Médias), la chaîne Canal + a consacré un créneau ininterrompu de trois heures de direct à l’évènement dans les 26 pays de son réseau africain. Un investissement qui fait dire à son promoteur, secret sur la divulgation de chiffres, que le grand gala a « atteint son équilibre financier.»

Même si le pari de la délocalisation  est de faire de de la lutte sénégalaise une discipline aussi connue dans le monde que le « catch américain », c’est bien la communauté sénégalaise et africaine immigrée dans l’Hexagone qui est visée, en premier lieu. Dans cette logique, les promoteurs du « World tour » ciblent à présent deux autres métropoles « à fort potentiel ».

« Maintenant, il faut installer l’évènement ailleurs,  annonce Amadou Badiane. Des dates sont d’ores et déjà prévues sur notre calendrier à Milan en novembre puis à Barcelone en décembre ». Un grand nombre de ressortissants sénégalais y vivant sont espérés.

Après ces trois éditions européennes, la lutte sénégalaise tentera le prochain grand saut, celui de s’exporter vers les États-Unis, en février 2014 à New-York, ville cosmopolite connue entre autres pour abriter un… « Little Sénégal ».

________

Abdel Pitroipa

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal a levé 500 millions de dollars sur les marchés internationaux. L'eurobond, d'une maturité de dix ans, a été émis à un taux de 6,25 % et a attiré un c[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La France dans l'obligation de fournir un visa à un homosexuel sénégalais pour son mariage

Le Conseil d'État a condamné mercredi le gouvernement français qui avait refusé de délivrer un visa à un Sénégalais, résidant au Maroc, qui désirait se marier[...]

Sénégal : Rama Thiaw, réalisatrice et lutteuse

Réalisatrice au caractère bien trempé, la jeune Sénégalaise Rama Thiaw achève un documentaire sur le groupe de hip-hop Keur Gui, membre fondateur du collectif Y'en a marre lors de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers