Extension Factory Builder
11/06/2013 à 18:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, le 14 janvier 2013 à Alger. Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, le 14 janvier 2013 à Alger. © AFP

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, reçoit des soins en France pour une période de réadaptation fonctionnelle afin de "consolider l'évolution favorable" de son état de santé, a indiqué, le 11 juin, un bulletin de santé de ses médecins accompagnateurs. Une annonce qui intervient au moment où les voix se multiplient en Algérie pour demander sa destitution pour absence prolongée du pays.

Convalescent, Abdelaziz Bouteflika poursuit son séjour en France pour « consolider l’évolution favorable » de son état de santé. C'est ce qu'indique un bulletin de santé transmis par la présidence algérienne, mardi 11 juin. « En date du 27 avril 2013, le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a présenté un AVC (accident vasculaire cérébral), rappelle le document. Les premières investigations faites, dès son admission à l'hôpital militaire Dr. Mohamed-Seghir-Nekkache (Aïn Naâdja, Alger), ont révélé la nature ischémique de l'accident sans retentissement sur les fonctions vitales », poursuit le texte, qui parle pour la première fois officiellement d’un AVC, et non d’un « mini AVC » comme précédemment.

« À la faveur de ces explorations, une thérapeutique adéquate a été instaurée avant son transfert à l'hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce (Paris) pour un complément d'exploration, à l'issue desquelles ses médecins lui ont [ainsi] recommandé d’observer, à l'institution nationale des Invalides, une période de soins et de réadaptation fonctionnelle », ajoute le document, cité par l’agence APS.

>> Lire aussi : "L'après-Bouteflika a commencé"

Mais l'annonce aura du mal à calmer les esprits en Algérie, tant les assurances répétées du gouvernement sur une amélioration de l'état du président, hospitalisé depuis désormais 45 jours, ont du mal à convaincre. Les appels se multiplient d'ailleurs dans les journaux pour l'application de l'article 88 de la Constitution, qui prévoit l'empêchement du président en cas de maladie grave et durable. Le dernier à monter au créneau, mardi 11 juin, n'est autre que Mohamed Mechati, membre du groupe des 22 qui ont déclenché la guerre de libération algérienne, le 1er novembre 1954.

Réponse à Medelci

Dans une lettre dont le quotidien Le Soir d’Algérie s'est procuré une copie, le dirigeant historique demande à l’armée d'intervenir pour combler le vide laissé par l’absence prolongée du président Abdelaziz Bouteflika. Il en appelle au « courage » des militaires : « Vous qui avez choisi et imposé cet homme et qui l'avez déclaré élu puis réélu, faussement et sans scrupule, lance-t-il. Votre courage et votre patriotisme, dont nous ne doutons pas, doit vous faire agir vite ; il y va de la survie de notre pays. Les Algériens vous en seront reconnaissants ». Une sorte d’appel, à peine voilé, à la destitution du chef de l’État algérien.

Mohamed Mechati accuse par ailleurs le président Bouteflika d'avoir « usé et abusé de son pouvoir exorbitant pour mettre à son service exclusif les institutions de l'État ainsi vouées à fonctionner à sens unique, dans son seul intérêt et celui des siens ». Conséquence, selon lui : « aujourd'hui que ce président est malade, l'État tout entier en est affecté. », écrit-il. « Ce sont là les conséquences d'une pratique despotique, autoritaire et dictatoriale de son pouvoir », souligne encore Mohamed Mechati, resté à l'écart des affaires du pays après l'indépendance. Une diatribe qui se voulait certainement une réponse au ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, qui rappelait la veille, le 10 juin, qu’Abdelaziz Bouteflika continuait à diriger le pays...

(Avec les agences)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

L'avant-projet de Constitution algérienne prévoit un retour à une limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. Entre autres choses.[...]

Algérie : haro sur le divorce !

À l'occasion de la Journée de la femme, Abdelaziz Bouteflika a appelé son gouvernement à réviser le code de la famille. Notamment certaines dispositions particulièrement[...]

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Fréquentation en baisse, ventes modestes, le Salon de l'automobile d'Alger qui vient de s'achever a été à l'image du marché : en recul progressif depuis les années fastes de 2011-2012.[...]

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté au 19 avril

Le tribunal criminel d'Alger a décidé, mercredi 25 mars, de reporter le procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest au 19 avril. Explications.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Algérie : Yacef Saadi et son compte en Suisse

 Héros de la guerre d'indépendance de l'Algérie, le sénateur Yacef Saadi est détenteur d'un compte bancaire ouvert en Suisse en avril 2006. "Jeune Afrique" présente en[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Algérie : Cheikh Sidi Bémol Broc'n'roll

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.[...]

Accords d'Évian : 53 ans après, les nostalgiques de l'Algérie française ne digèrent toujours pas

En France, la signature des accords d’Évian continue d’obséder les nostalgiques de l’ordre colonial. À leur tête, Robert Ménard, le maire d’extrême droite de[...]

Les Algériennes sceptiques devant la nouvelle loi contre le harcèlement de rue

Depuis le 5 mars, le harcèlement des femmes dans les lieux publics est illégal en Algérie. Pourtant, les victimes de ce phénomène doutent de l'application réelle de la nouvelle loi.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130611180157 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130611180157 from 172.16.0.100