Extension Factory Builder
04/06/2013 à 15:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerannée (MuCem), vu de nuit. Le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerannée (MuCem), vu de nuit. © Lisa RICCIOTTI/Architecte Rudy Ricciotti

Inauguré le 4 juin par François Hollande, le MuCEM ouvre ses portes au public le 7 juin. Le premier musée national français transféré en région est une véritable cité culturelle doublée d’une prouesse architecturale.

C’est une figure insolite qui ouvre l’exposition permanente du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) : un pingouin. « Quand ce monsieur s’en va, la Méditerranée commence », s’amuse Zeev Gourarier, directeur scientifique et des collections, en référence à la glaciation qui, il y a 20 000 ans, frappa l’immense région qui s’étend de l’Espagne à la Palestine, à cheval sur trois continents. À l’instar de la référence à l’animal polaire, le bâtiment en déconcertera plus d’un. En premier lieu, François Hollande qui inaugure le mardi 4 juin le tout nouveau Musée.

« C’est le premier musée consacré aux civilisations de la Méditerranée et à leurs relations avec l’Europe », a souligné Bruno Suzzarelli, président du MuCEM, au cours d’une conférence de presse qui a réuni, lundi 3 juin, plusieurs centaines de journalistes venus du monde entier. Hérité du Musée des Arts et Traditions Populaires, autrefois à Paris, ce premier musée national français installé en région regroupe plusieurs dizaines d’œuvres diverses, surtout ethnologiques, évoquant les singularités méditerranéennes : l’agriculture, les religions monothéistes, la citoyenneté et, enfin, la découverte de son statut de mer intérieure. Mais c’est aussi un bâtiment unique conçu par deux architectes, Rudy Ricciotti et Roland Carta.

Pour l'architecte Rudy Ricciottia, le MuCEM n'est pas un musée, mais un "territoire".

© Anne-Christine Poujoulat/AFP

Un carré de 52 mètres de côté, faisant face à la mer (Méditerranée...), et recouvert d’une enveloppe de béton en résille inspirée des moucharabieh traditionnels de l’architecture arabe. Un pont de 135 mètres, « muscle tendu » comme le dit Rudy Ricciotti, vers le Fort St Jean, complexe militaire du 17e siècle rénové pour l’occasion et transformé en jardins méditerranéens qui constituent un espace de détente et de contemplation face au musée. « D’un côté, la mer avec son bleu cobalt, son bleu outre-mer, rouge, argenté sous l’effet du mistral, s’enthousiasme Rudy Ricciotti. De l’autre, la puissance du fort et en face, la masse portuaire industrielle. »

Un budget de 200 millions d’euros

Partie intégrante du périmètre Euroméditerranée, la plus grande opération de rénovation urbaine en Europe, le nouveau musée se situe à deux pas du Vieux Port de Marseille, où commence le port industriel construit au 19e siècle et qui connut son apogée au temps des colonies. Un musée ? « Non, un territoire », explique Rudy Ricciotti, qui voit ici se réaliser un projet qu’il avait conçu il y a dix ans. Pour l’architecte né à Alger, le MuCEM est en effet bien plus qu’un lieu où s’exposent des œuvres artistiques.

Le MuCEM comprend trois sites différents sur 44 000 m2.

© espaceculture.net

Véritable cité culturelle, le MuCEM comprend en réalité trois sites sur 44 000 m2, un restaurant et une brasserie tenue par le seul chef marseillais ayant obtenu trois étoiles au Michelin (Gérald Passedat), deux librairies, une école de cuisine. Le tout développé pour un peu moins de 200 millions d’euros. Un espace ouvert est également aménagé pour des débats, des expositions, des concerts, et même des séances de cinéma en plein air. Avec toujours le regard tourné vers la Méditerranée.

Partenariats avec le Maroc et l’Algérie

Le MuCEM a d’ores et déjà évoqué l’organisation d’expositions avec le Maroc ainsi qu’avec l’Algérie. « Notre idée est bien de nouer des partenariats avec des institutions pour produire, coproduire, accueillir, faire circuler des expositions, mettre en œuvre des projets, participer ou monter des programmes de formation et de recherche », souligne Bruno Suzzarelli. Avec une approche des civilisations en totale opposition avec la pensée sarkozyste : loin de tout européocentrisme et avec un rejet de l’idée de hiérarchie.

Le MuCEM accueille ainsi l’exposition Le Noir et le Bleu, en français et en arabe, qui offre un regard renversé sur les conquêtes européennes. Celle de l’Égypte par Bonaparte vue par le chroniqueur égyptien Al Gabarti. Celle de l’Algérie via le regard de l’émir Abdelkader, symbole de la résistance algérienne contre le colonialisme français.

_______

Par Frédéric Maury, à Marseille

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Suède : un modèle en miettes

Article précédent :
Congo : rhythm and blues

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Angelina Jolie va diriger un film sur la lutte contre le trafic d'ivoire

Angelina Jolie va diriger un film sur la lutte contre le trafic d'ivoire

Angelina Jolie va diriger une "épopée" sur le paléo-archéologue kényan Richard Leakey et sa lutte contre le trafic d'ivoire, a indiqué vendredi la maison de production Skydance[...]

France : Nicolas Sarkozy annonce son retour et brigue la présidence de l'UMP

Vendredi, l'ancien président français a annoncé son retour dans la vie politique, via un texte publié sur Facebook et Twitter. Dans la posture du sauveur, Nicolas Sarkozy indique son intention de [...]

Union européenne : une Lady Pesc chasse l'autre

C'est l'Italienne Federica Mogherini qui, à partir du 1er novembre, dirigera la politique étrangère et de sécurité commune en lieu et place de la Britannique Catherine Ashton.[...]

Argentine : des narcos à la Casa Rosada

Pourquoi des trafiquants de drogue appelaient-ils périodiquement au téléphone le siège de la présidence argentine ? La police a mis en évidence des complicités au plus au[...]

Quand un vent d'Afrique souffle sur la robe traditionnelle bavaroise

Deux créatrices d'origine camerounaise installées en Allemagne se taillent un beau succès en réinventant à partir de flamboyants tissus africains la robe traditionnelle bavaroise, la[...]

Les sons de la semaine #14 : Mashrou' Leila, Sabza, Akale Wube...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musicale hebdomadaire avec Mshrou' Leila, Sabza et Akale Wube ![...]

Écosse : Cameron appelle au "rassemblement" après le non à l'indépendance

Le Premier ministre britannique David Cameron a appelé vendredi matin le Royaume-Uni à se "rassembler" après la victoire du non, qu'il avait lui-même soutenu, au référendum[...]

Justice : Tournaire, Sarkozy, Bolloré et... la Côte d'Ivoire

Serge Tournaire l'Africain ? Le juge français qui enquête sur un financement présumé de Sarkozy par Kadhafi pour la campagne présidentielle de 2007 s'intéresse de plus en plus au continent.[...]

Francophonie : Buyoya au Canada, grata ou non grata ?

Invité au Canada, le candidat burundais à la succession d'Abdou Diouf à la tête de la Francophonie, Pierre Buyoya, va essayer de prouver qu'il n'est pas interdit de séjour dans ce pays pour cause[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex