Extension Factory Builder
31/05/2013 à 16:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président déchu François Bozizé. Le président déchu François Bozizé. © Vincent Fournier pour J.A.

Les nouvelles autorités centrafricaines ont annoncé, vendredi 31 mai, avoir lancé un mandat d’arrêt international contre l’ancien président François Bozizé, actuellement réfugié au Cameroun.

« Crimes contre l'humanité et incitation au génocide ». Voici les principaux chefs d’accusations du mandat d'arrêt international lancé, le 29 mai, par les nouvelles autorités centrafricaines contre l’ancien président François Bozizé, actuellement réfugié au Cameroun. « Des crimes relevant du statut de la Cour pénale internationale (CPI) », lui sont également imputés, a déclaré, vendredi 31 mai, le procureur de Bangui, Alain Tolmo.

« Depuis le 2 mai 2013 sur la base des informations factuelles, détaillées, précises, contenues dans les prescriptions écrites du ministre de la justice, des instructions ont été transmises au parquet général, pour ordonner l'ouverture d'une enquête contre M. François Bozizé Yangouvonda et autres, pour des faits ou du moins pour des chefs d'accusation multiples et lamentablement graves », a précisé le magistrat.

Assassinats, arrestations arbitraires, séquestrations...

« D'autres mandats d'arrêt internationaux sont en cours d'émission », a-t-il ajouté sans plus de précisions. Selon Alain Tolmo, l'ancien président est également accusé « d'assassinats, au nombre de 22 actuellement ; des arrestations, séquestrations et détentions arbitraires au nombre de 53 ; destruction et incendie des maisons d'habitation au nombre de 3 823 pour le moment ; des exécutions sommaires qui se chiffrent à 119 ».

Une Commission mixte d'enquête mise en place par les autorités de Bangui a rencontré jeudi le ministre centrafricain de la justice Arsène Sendé. Et selon une source judiciaire, cette commission devrait enquêter sur les violations des droits humains et autres crimes commis pendant le règne François Bozizé, mais aussi après la prise du pouvoir par la coalition rebelle Séléka le 24 mars dernier.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Centrafrique : Jean-Serge Bokassa croit en son "destin politique"

Un brin mégalo, Jean-Serge Bokassa ose tout. Y compris se rêver en homme providentiel dans ce pays que son père dirigea jusqu'en 1979. La présidentielle de 2015 ? Il y pense très[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Damboa et massacre des civils

Les services nigérians ont annoncé lundi la prise de la ville de Damboa, dans l'État de Borno, par les combattants de Boko Haram. L'attaque meurtrière du groupe islamiste a eu lieu pendant le week-end,[...]

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka.[...]

Centrafrique : ouverture à Brazzaville du "Forum pour la réconciliation nationale"

Un "Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique" en Centrafrique se tient à Brazzaville du 21 au 23 juillet. Mais ses participants sont divisés et l'on voit mal comment les[...]

Centrafrique - Séléka : Djotodia a-t-il roulé tout le monde dans la farine ?

Toujours en exil à Cotonou, l'ancien président centrafricain Michel Djotodia a été réélu le 11 juillet à la tête de l'ex-Séléka. Comment interpréter ce[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza limoge le ministre des Mines

Olivier Malibangar, ministre centrafricain des Mines depuis janvier, a été limogé mardi par la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza.[...]

Centrafrique : l'UE lance le fonds Bêkou pour la reconstruction du pays

La Commission de l'Union européenne a annoncé, lundi, le lancement de son premier fonds fiduciaire pour contribuer à la stabilisation et à la reconstruction de la Centrafrique.[...]

André Nzapayeké : "La Centrafrique a perdu le droit au respect"

Le Premier ministre le sait : la communauté internationale a déjà beaucoup aidé son pays. André Nzapayeké continue pourtant à plaider pour une aide financière et[...]

Annick Girardin: "L'objectif du fonds Bêkou, c'est de ne pas perdre de temps"

À l’instigation de la France et sous l’égide de la Commission européenne, un fonds multibailleurs à destination de la Centrafrique va voir le jour le 15 juillet. Objectif : aider Bangui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers