Extension Factory Builder
31/05/2013 à 16:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'assemblée constituante tunisienne. L'assemblée constituante tunisienne. © AFP

Le projet de loi dit de "l’immunisation de la révolution" est censé protéger la Tunisie d'un retour des anciens de l'ère Ben Ali. Il présente pourtant quelques failles. Décryptage.

Il se fixe pour objectif d’empêcher le retour sur la scène politique de figures de l’ère Ben Ali et de protéger la Tunisie d’une éventuelle offensive des nostalgiques de l’ancien régime. Et pourtant, le projet de loi dit de « l’immunisation de la révolution », que des élus – notamment issus d’Ennahdha – veulent soumettre au vote de l’Assemblée nationale constituante (ANC) depuis avril 2012 et qu’ils réactivent aujourd’hui, comporte des failles.

En effet, pour les proches de Ben Ali ayant été écartés des élections de 2011, ce projet, qui incrimine sans discernement tous ceux qui ont frayé avec l’ex-parti au pouvoir et les éloigne pour sept ans au minimum de la vie publique, contrevient à un principe de droit qui veut qu’un même délit ne puisse être sanctionné deux fois.

"Cette loi va nuire"

Ennahdha se ravise peu à peu. Hamadi Jebali, son secrétaire général, estime que « cette loi va nuire » au parti islamiste en semblant « destinée à exclure un concurrent » – entendez : Béji Caïd Essebsi et sa formation, Nida Tounes, en tête des sondages. Rached Ghannouchi, leader d’Ennahdha, va plus loin et recommande d’adopter au préalable la « loi sur la justice transitionnelle ». De fait, l’ANC doit examiner, dans les prochaines semaines, cette loi à portée plus large, qui inclut des dispositions relatives à « l’immunisation ». Elle permettrait de solder les comptes avec les cadres de l’ancien régime au cas par cas, avec plus d’équité. Et d’ouvrir la voie à une réconciliation nationale.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Origines, localisation, mobilité, réseaux... État des lieux de la nébuleuse jihadiste en Tunisie.[...]

Tunisie : le député Mohamed Ali Nasri attaqué chez lui par des hommes armés

Le député tunisien Mohamed Ali Nasri a été agressé dans la nuit par des hommes armés dans son domicile de Kasserine. Il s'est cassé une jambe dans sa fuite.[...]

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex