Extension Factory Builder
31/05/2013 à 16:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'assemblée constituante tunisienne. L'assemblée constituante tunisienne. © AFP

Le projet de loi dit de "l’immunisation de la révolution" est censé protéger la Tunisie d'un retour des anciens de l'ère Ben Ali. Il présente pourtant quelques failles. Décryptage.

Il se fixe pour objectif d’empêcher le retour sur la scène politique de figures de l’ère Ben Ali et de protéger la Tunisie d’une éventuelle offensive des nostalgiques de l’ancien régime. Et pourtant, le projet de loi dit de « l’immunisation de la révolution », que des élus – notamment issus d’Ennahdha – veulent soumettre au vote de l’Assemblée nationale constituante (ANC) depuis avril 2012 et qu’ils réactivent aujourd’hui, comporte des failles.

En effet, pour les proches de Ben Ali ayant été écartés des élections de 2011, ce projet, qui incrimine sans discernement tous ceux qui ont frayé avec l’ex-parti au pouvoir et les éloigne pour sept ans au minimum de la vie publique, contrevient à un principe de droit qui veut qu’un même délit ne puisse être sanctionné deux fois.

"Cette loi va nuire"

Ennahdha se ravise peu à peu. Hamadi Jebali, son secrétaire général, estime que « cette loi va nuire » au parti islamiste en semblant « destinée à exclure un concurrent » – entendez : Béji Caïd Essebsi et sa formation, Nida Tounes, en tête des sondages. Rached Ghannouchi, leader d’Ennahdha, va plus loin et recommande d’adopter au préalable la « loi sur la justice transitionnelle ». De fait, l’ANC doit examiner, dans les prochaines semaines, cette loi à portée plus large, qui inclut des dispositions relatives à « l’immunisation ». Elle permettrait de solder les comptes avec les cadres de l’ancien régime au cas par cas, avec plus d’équité. Et d’ouvrir la voie à une réconciliation nationale.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie - Troussier : 'Il fallait que je quitte Sfax'

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux congo[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Tunisie : soixante-dix candidats déclarés pour la présidentielle du 23 novembre

Soixante-dix personnes ont d'ores et déjà déposé un dossier de candidature à la présidentielle tunisienne, qui aura lieu le 23 novembre. La liste définitive des participants ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers