Extension Factory Builder
31/05/2013 à 09:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les avocats d'Amina Sboui au procès de la militante des Femen, le 30 mai 2013 à Kairouan. Les avocats d'Amina Sboui au procès de la militante des Femen, le 30 mai 2013 à Kairouan. © Salah Habibi/AFP

En évoquant une possible "association de malfaiteurs", jeudi 30 mai à Kairouan, le juge d'instruction en charge du dossier d'Amina Tyler rend possible des peines allant de 6 à 12 ans de prison contre la jeune militante Femen. Pour un simple tag sur le muret d'un cimetière.

Mis à jour à 12h30.

De son plein gré ou pas, Amina Tyler est devenue un symbole des libertés et de l’émancipation des femmes en Tunisie. Un symbole à abattre toutefois, pour nombre d’islamistes qui cherchent à s’acheter des gages de vertus à l’heure où la répression s’intensifie contre leur aile dure, salafiste ou jihadiste. Et c’est sur la base d'un texte datant du 19e siècle que la jeune Femen tunisienne, 18 ans, a été condamnée, jeudi 30 mai, à 300 dinars (150 euros environ) pour… port prohibé d'un aérosol lacrymogène de défense.

La justice tunisienne a également ordonné le maintien en détention d'Amina pour une autre accusation, beaucoup plus grave et qui risque en outre d'être alourdie. Initialement, elle était poursuivie pour atteinte aux bonnes mœurs et profanation de cimetière, délits passibles de six mois et deux ans de détention. Mais le juge d'instruction en charge du dossier a évoqué des accusations d’« association de malfaiteurs », laissant entendre qu'Amina avait pu agir en bande organisée, ce qui lui ferait encourir des peines allant de six à 12 ans de prison. « C'est un procès politique », a déclaré Amina après l’audience de jeudi.

"Je suis fier de ma fille"

Amina, qui avait déjà fait scandale en mars en publiant sur Internet des photos d'elle sein nus, s'était rendue le 19 mai à Kairouan pour protester contre un rassemblement interdit du groupe salafiste et jihadiste Ansar al-Charia. Elle avait été arrêtée après avoir peint sur un muret près d'un cimetière « Femen ». Sa mère, qu'Amina accuse de l'avoir séquestrée en avril, a montré à l'AFP son dossier médical, dans lequel différents psychiatres la décrivent comme dépressive. Dans un entretien fin avril, la militante Femen avait confirmé à l'AFP sa maladie, tout en insistant sur le caractère réfléchi de son action. Son père, Mounir Sboui, est quant à lui venu exprimer son soutien. « Je suis fier de ma fille (...) Elle commet des actes démesurés mais elle défend ses idées », a-t-il dit.

« Il n'y a pas d'exception aux droits de l'Homme, Amina est une activiste, une femme qui essaye de se défendre, ce serait une honte de la laisser tomber aujourd'hui », a estimé de son côté Henda Hendoud, militante féministe tunisienne, tandis que des militants d'Ansar al-Charia manifestaient leur colère devant le tribunal de Kairouan jeudi. Leur porte-parole Seifeddine Raïs a lancé notamment au sujet d'Amina : « qu'elle aille en enfer ! »

Manifestants islamistes à Kairouan, le 30 mai, et militantes Femen à Tunis, le 29.

© AFP

Trois autres Femen en détention

Amina sera à nouveau interrogée le 5 juin par la justice, qui se prononcera alors sur une requalification des faits qui lui sont reprochés, ou non. Par ailleurs, les trois militantes européennes Femen, deux Françaises et une Allemande, qui ont été arrêtées le 29 mai pour avoir soutenu leur consœur tunisienne en manifestant seins nus à Tunis restent elles aussi « en détention jusqu'à leur traduction en justice », a indiqué Adel Riahi, porte-parole du ministère de la Justice.

Elles seront jugées le 5 juin notamment pour « outrage public à la pudeur » et « atteinte aux bonnes mœurs », délits passibles de prison ferme, a indiqué vendredi un de leurs avocats. « Elles seront traduites devant le tribunal cantonal de Tunis le 5 juin (...) ce sera un procès, en audience publique », a déclaré Me Souheib Bahri. Le Consulat de France a indiqué disposer des mêmes informations.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport condu[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa, en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Tunisie : fermeture de mosquées et de médias après la mort d'au moins 15 soldats

Le gouvernement tunisien a annoncé une série de mesures, dont la fermeture de mosquées et celle de médias "appelant au jihad", suite à la mort d'au moins 15 soldats dans une attaque[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

À 93 ans, le doyen de la pensée critique musulmane s'est livré à "Jeune Afrique" dans une grande interview où il dévoile la face avant-gardiste de l'islam et dénonce le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers