Extension Factory Builder
30/05/2013 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dean Spielman, président de la CEDH le 30 avril 2013 à Strasbourg. Dean Spielman, président de la CEDH le 30 avril 2013 à Strasbourg. © AFP

Parce qu’elle estime qu’il risque d'être torturé en prison, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a demandé, jeudi 30 mai, à la France de ne pas extrader vers son pays un Marocain de 37 ans accusé par Rabat d'être lié au réseau Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Selon la CEDH, la France violerait la Convention européenne des droits de l'homme si elle décidait d’extrader Rachid Rafaa, un Marocain de 37 ans que le royaume accuse d'être lié au réseau Aqmi. Dans leur arrêt, rendu jeudi 30 mai, les juges de la Cour européenne des droits de l'homme se réfèrent à des rapports de l'ONU ou d'Amnesty International faisant état de « nombreuses allégations de torture et de mauvais traitements » dans les prisons marocaines.

Ils considèrent en conséquence que le requérant encourt un risque « réel » d'être torturé s'il est extradé vers le Maroc. L'interdiction de la torture ou des mauvais traitements doit prévaloir « quels que soient les agissements de la personne concernée, aussi indésirables et dangereux soient-ils », ont-ils ajouté.

Les autorités marocaines soupçonnent  cet informaticien d'être lié à des responsables d'Aqmi, auquels il aurait apporté son aide pour diffuser leurs messages via internet. Les soupçons de Rabat sont partagés par les services anti-terroristes français, qui considèrent que l'homme est connu pour « son appartenance à la mouvance djihadiste internationale ».

Nouvel examen du dossier ?

Rachid Rafaa, qui réfute ces accusations, affirme que le véritable motif des poursuites à son encontre est lié à son soutien à la cause du Sahara occidental. Il affirme qu'il a d'ailleurs, pour cette raison, été détenu et torturé pendant vingt jours à Rabat au début de l'année 2009. Il s’est ensuite enfui en France, à Metz, et fait l'objet depuis fin 2009 d'un mandat d'arrêt international émis par Rabat, pour « constitution de bande criminelle en vue de commettre des actes terroristes ».

Devant la justice française, Rachid Rafaa a tenté en vain de contester le décret autorisant son extradition. Il a également déposé, sans succès, une demande d'asile politique.

Le jugement de la CEDH n'est pas définitif : Paris a trois mois pour demander éventuellement un nouvel examen du dossier devant la Grande chambre de la Cour européenne. En attendant, « il est souhaitable, dans l'intérêt du bon déroulement de la procédure, de ne pas expulser le requérant jusqu'à ce que le présent arrêt devienne définitif », a insisté la Cour de Strasbourg.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Kool Food finance sa croissance

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolats fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.  [...]

Maroc : 20 ans de prison pour un pédophile britannique

Robert Bill, un ancien enseignant gallois de 59 ans, a été condamné mardi à 20 ans de prison pour "enlèvement" et "tentatives de viol" sur mineures.[...]

Maroc : Jesa, dessine-moi un projet

Fruit de l'union entre OCP et l'américain Jacobs, la coentreprise met ses connaissances techniques au service de l'exploitation du phosphate.[...]

Maroc : les islamistes signent une "Charte de la majorité" avec leurs alliés

Le Parti justice et développement (PJD, islamiste), à la tête du gouvernement marocain, a signé une charte avec ses alliés afin "d’accélérer les réformes" et[...]

Maroc : Mohamed Fizazi, le salafiste de Sa Majesté

"Je n'ai pas retourné ma veste, je la porte désormais à l'endroit", explique Mohamed Fizazi. Condamné à trente ans de prison après les attentats de Casablanca en 2003, cette[...]

Maroc : le débat sur la légalisation du cannabis est relancé

En organisant un week-end de rencontre et de débats dans le Rif, le parti Authenticité et modernité (PAM) a récemment relancé le débat sur la légalisation partielle du cannabis[...]

Rachid Benbrahim Andaloussi : "Faire classer Casablanca au patrimoine mondial par l'Unesco"

Lancées à Casablanca en 2009, les journées du patrimoine sont devenues au fil du temps l’un des grands rendez-vous culturels du printemps : 26 000 participants pour la dernière édition[...]

Amine Tazi-Riffi, rattrapé par l'Afrique

Né en Suisse, Amine Tazi-Riffi n'a renoué avec ses origines marocaines qu'après la trentaine. Et a découvert, au passage, un marché prometteur. Depuis, l'ingénieur pilote[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Sommet UE - Afrique : l'important, c'est d'y participer !

Accords de partenariat économique, compétence de la CPI, droits des homosexuels... Africains et Européens ne sont pas d'accord sur tout, loin s'en faut. Mais ils se sont parlés avec franchise.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers