Extension Factory Builder
29/05/2013 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
850 dossiers sont en cours dans le procès des cheminots marocains de la SNCF. 850 dossiers sont en cours dans le procès des cheminots marocains de la SNCF. © AFP

Le procès des "indigènes" embarrasse la SNCF. 850 travailleurs marocains demandent réparation à la compagnie ferroviaire pour discrimination. Lundi 27 mai s’est déroulée l’audience d’un des 16 groupes de plaignants au Tribunal des Prud’hommes de Paris. L’affaire continue…

Les deux heures de plaidoirie du lundi 27 mai n’ont pas suffi aux juges pour se déterminer sur le cas des 22 cheminots venus défendre leur cause contre la Société nationale des chemins de fer (SNCF). Le tribunal des Prud’hommes de Paris a renvoyé leur dossier en délibéré au 25 juin. Ces plaignants font partis de ces centaines de travailleurs d’origine marocaine de la SNCF à avoir saisi la justice pour faire valoir leurs droits : obtenir le même statut et les mêmes avantages que les salariés français de la compagnie.

« Je demande la réparation à la discrimination, explique Me Mendès, leur avocat. Ces travailleurs n’ont pas connu de progression de carrière et de salaire équivalente à leurs collègues français. Ils n’ont pas pu partir à la retraite aussi tôt et ne bénéficient pas des mêmes pensions. »

La plupart de ces Marocains travaillant à la SNCF ont été recrutés dans leur pays au début des années 1970. La France est en plein essor économique des Trente glorieuses et manque de bras. Ils sont alors embauchés sous le régime général des travailleurs français et non sous le régime particulier des cheminots de la SNCF. Car pour pouvoir accéder à ce statut privilégié il faut être de nationalité française et avoir moins de 30 ans.

Le statut de cheminot présente de nombreux avantages dont ils n’ont pas pu bénéficier.

850 dossiers en cours

Le statut de cheminot présente de nombreux avantages dont ils n’ont pas pu bénéficier : retraite à taux plein à 55 ans, caisse de prévoyance et soins spéciale, etc. Les Marocains eux travaillent jusqu’à ce qu’ils aient fait leurs trimestres (41 années) et « la plupart sont sur les voies jusqu’à plus de 60 ans à faire les trois huit », dénonce leur avocat. C’est pourquoi ils demandent une compensation financière de 300 000 à 450 000 euros par personne.

Les premières procédures judiciaires ont été entamées en 2001 et les échos dans la presse ont encouragé petit à petit les « cheminots » marocains à sortir du silence. En 2009, ils sont une centaine à saisir les tribunaux. Aujourd’hui, près de 850 dossiers sont en cours. Me Mendès compare cette affaire à celle des anciens combattants des ex-colonies pendant la Seconde guerre mondiale qui ont dû lutter pendant plusieurs décennies devant les tribunaux avant de voir l’alignement de leurs pensions sur celles des Français. « J’espère que cela durera moins, 5 ou 6 ans », avance l’avocat de manière optimiste. Mais l’affaire n’est pas simple à plaider…Difficile, en effet de prouver la discrimination.

Des cadres légaux

Interrogée sur le sujet, la SNCF ne souhaite pas s’exprimer sur une affaire judiciaire en cour et rappelle qu’il y a des lois qu’elle applique scrupuleusement. En effet, la compagnie estime qu’elle  a appliqué aux Marocains le régime général des travailleurs tout comme elle a pu le faire avec d’autres ouvriers français qui eux non plus n’ont pas été titularisés. 
Autant dire que les démarches risquent d’être longues car sur les 16 groupes constitués, seuls six ont été reçus en première instance, et des convocations sont encore prévues jusqu’en mars 2014. « Sachant qu’il y aura forcément un appel et certainement un pourvoi en cassation », assure Me Mendès.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils men[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Idris Elba pas assez "anglais-anglais" pour interpréter James Bond, selon Roger Moore

Faute d'être "anglais-anglais", Idris Elba ne pourra pas incarner James Bond, a déclaré l'ancien agent 007 Roger Moore, dans une interview accordée à "Paris Match". Face[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130529174000 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130529174000 from 172.16.0.100