Extension Factory Builder
29/05/2013 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
850 dossiers sont en cours dans le procès des cheminots marocains de la SNCF. 850 dossiers sont en cours dans le procès des cheminots marocains de la SNCF. © AFP

Le procès des "indigènes" embarrasse la SNCF. 850 travailleurs marocains demandent réparation à la compagnie ferroviaire pour discrimination. Lundi 27 mai s’est déroulée l’audience d’un des 16 groupes de plaignants au Tribunal des Prud’hommes de Paris. L’affaire continue…

Les deux heures de plaidoirie du lundi 27 mai n’ont pas suffi aux juges pour se déterminer sur le cas des 22 cheminots venus défendre leur cause contre la Société nationale des chemins de fer (SNCF). Le tribunal des Prud’hommes de Paris a renvoyé leur dossier en délibéré au 25 juin. Ces plaignants font partis de ces centaines de travailleurs d’origine marocaine de la SNCF à avoir saisi la justice pour faire valoir leurs droits : obtenir le même statut et les mêmes avantages que les salariés français de la compagnie.

« Je demande la réparation à la discrimination, explique Me Mendès, leur avocat. Ces travailleurs n’ont pas connu de progression de carrière et de salaire équivalente à leurs collègues français. Ils n’ont pas pu partir à la retraite aussi tôt et ne bénéficient pas des mêmes pensions. »

La plupart de ces Marocains travaillant à la SNCF ont été recrutés dans leur pays au début des années 1970. La France est en plein essor économique des Trente glorieuses et manque de bras. Ils sont alors embauchés sous le régime général des travailleurs français et non sous le régime particulier des cheminots de la SNCF. Car pour pouvoir accéder à ce statut privilégié il faut être de nationalité française et avoir moins de 30 ans.

Le statut de cheminot présente de nombreux avantages dont ils n’ont pas pu bénéficier.

850 dossiers en cours

Le statut de cheminot présente de nombreux avantages dont ils n’ont pas pu bénéficier : retraite à taux plein à 55 ans, caisse de prévoyance et soins spéciale, etc. Les Marocains eux travaillent jusqu’à ce qu’ils aient fait leurs trimestres (41 années) et « la plupart sont sur les voies jusqu’à plus de 60 ans à faire les trois huit », dénonce leur avocat. C’est pourquoi ils demandent une compensation financière de 300 000 à 450 000 euros par personne.

Les premières procédures judiciaires ont été entamées en 2001 et les échos dans la presse ont encouragé petit à petit les « cheminots » marocains à sortir du silence. En 2009, ils sont une centaine à saisir les tribunaux. Aujourd’hui, près de 850 dossiers sont en cours. Me Mendès compare cette affaire à celle des anciens combattants des ex-colonies pendant la Seconde guerre mondiale qui ont dû lutter pendant plusieurs décennies devant les tribunaux avant de voir l’alignement de leurs pensions sur celles des Français. « J’espère que cela durera moins, 5 ou 6 ans », avance l’avocat de manière optimiste. Mais l’affaire n’est pas simple à plaider…Difficile, en effet de prouver la discrimination.

Des cadres légaux

Interrogée sur le sujet, la SNCF ne souhaite pas s’exprimer sur une affaire judiciaire en cour et rappelle qu’il y a des lois qu’elle applique scrupuleusement. En effet, la compagnie estime qu’elle  a appliqué aux Marocains le régime général des travailleurs tout comme elle a pu le faire avec d’autres ouvriers français qui eux non plus n’ont pas été titularisés. 
Autant dire que les démarches risquent d’être longues car sur les 16 groupes constitués, seuls six ont été reçus en première instance, et des convocations sont encore prévues jusqu’en mars 2014. « Sachant qu’il y aura forcément un appel et certainement un pourvoi en cassation », assure Me Mendès.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu'à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les réfugié[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130529174000 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130529174000 from 172.16.0.100