Extension Factory Builder
29/05/2013 à 15:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Valérie Trierweiller, première dame de France et ambassadrice de la Fondation Libertés France. Valérie Trierweiller, première dame de France et ambassadrice de la Fondation Libertés France. © AFP

En sa qualité d’ambassadrice de la Fondation France Libertés, Valérie Trierweiler plaide, ce 30 mai, la cause des femmes violées du Kivu lors de la 23e session du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à Genève. Un combat contre les violences sexuelles dans l'est de la RDC que la première dame de France entend mener sur le long terme.

Octobre 2012. François Hollande, le président français, arrive à Kinshasa pour prendre part au sommet de la Francophonie. Sa compagne, Valérie Trierweiler, en profite pour échanger avec des jeunes-filles victimes de violences dans la capitale congolaise. Tout est parti de cette rencontre. « C’était un choc pour la première dame de voir ces enfants », confie un de ses proches.

Si elle n’a pas pu se rendre au Kivu, où les violences sexuelles sont devenues de véritables armes de guerre, « Valérie Trierweiler n’est pas restée sans rien faire, ajoute notre source. À Kinshasa, elle a longuement discuté avec l’ambassadeur français et, dès son retour à Paris, elle a entrepris des contacts avec des personnes engagées dans la lutte contre les viols dans la partie est de la RDC. »

Ce n’est donc pas un hasard de la voir plaider la cause des femmes violées du Kivu, le 30 mai, à la 23e session du Conseil de droits de l’Homme de l’ONU. « C’est [désormais] un sujet qui lui tient à cœur», explique Emmanuel Poilâne, directeur de la Fondation Libertés France.

 

 

Ambassadrice de la Fondation Libertés France, Valérie Trierweiler a initié une mission de trois médecins français en avril, dans l’hôpital de Panzi dirigé par le célèbre docteur Denis Mukwege, « l’homme qui répare les femmes » au Kivu, comme on dit sur place. Celui-ci avait été reçu, trois mois plus tôt à Paris, par la première dame française. « Ce fut une mission d’action et de formation : les médecins français sont allés sur le terrain pour former des gens et donner un coup de main au Dr Mukwege », raconte Emmanuel Poilâne.

"Expert indépendant"

Déjà en décembre, Valérie Trierweiler signait une tribune dans le Monde, avec plusieurs autres personnalités - notamment Jacques Chirac, Muhammad Ali et Yamina Benguigui - pour dénoncer les viols et les massacres des populations civiles dans le Kivu, malgré la présence de 17 000 hommes de la Mission de l'ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco). « Il lui suffirait de donner l'ordre aux dix-sept mille soldats [de la Monusco, NDRL] de faire leur métier et de remplir leur mandat. Leur métier de soldat. Et leur mission de garantir la paix et la dignité de l'espèce humaine », exigeaient-ils.

Depuis, le Conseil de sécurité a créé une brigade d’intervention chargée de neutraliser les groupes armés actifs dans la partie orientale congolaise. Une « avancée majeure », reconnaît Emmanuel Poilâne. « Mais, des garde-fous doivent être également dressés pour renforcer la protection des civils sur le terrain et mettre fin à l’impunité », ajoute-t-il, préconisant la nomination d’un « expert indépendant » qui devra suivra sur place l’évolution de la situation des droits de l’Homme en RDC. Un message que tentera de faire passer Valérie Trieweiller à Genève.

_________________

Par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RD Congo : le directeur général de la Gécamines révoqué pour 'manquements graves'

RD Congo : le directeur général de la Gécamines révoqué pour "manquements graves"

 Ahmed Kalej Nkand a été démis de son poste d’administrateur directeur général de la Gécamines, en RD Congo, en raison "de manquements graves dans l’exercice de ses f[...]

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende, ministre de la Communication de RDC et porte-parole du gouvernement, est à Kisangani depuis matin. Objectif : calmer les inquiétudes de la population du chef-lieu de la Province orientale qui [...]

RDC : les miliciens Enyele ont-ils attaqué le camp militaire Tshatshi ?

Quelques jours après l'attaque contre le camp militaire Tshatshi, le 22 juillet à Kinshasa, l'identité des assaillants et leurs motivations commencent à se préciser. Selon plusieurs sources[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais[...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

RDC : Cour constitutionnelle, mode d'emploi

Le président Kabila a nommé, le 7 juillet dernier, les neuf membres de la Cour constitutionnelle de RDC. Juge pénal du président de la République et du Premier ministre, cette juridiction est[...]

Festival d'Avignon : tous en choeur avec Serge Kakudji

Le contre-ténor congolais a fait l'unanimité au Festival d'Avignon. Il y présentait une oeuvre à la croisée du baroque et des sonorités africaines.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers