Extension Factory Builder
29/05/2013 à 09:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed al-Megaryef, président de l'Assemblée nationale libyenne, le 20 septembre 2012 à Tripoli. Mohamed al-Megaryef, président de l'Assemblée nationale libyenne, le 20 septembre 2012 à Tripoli. © AFP

Le président de l'Assemblée nationale libyenne, la plus haute autorité politique et législative du pays, Mohamed el-Megaryef, a présenté, le 28 mai, sa démission après l'adoption d'une loi bannissant de la vie politique les anciens collaborateurs du régime de Mouammar Kadhafi. Une loi qui pourrait également pousser d'autres hauts responsables du pays vers la sortie.

La loi est dure mais c’est la loi. Depuis le 5 mai, en Libye, une loi controversée – qui entrera en vigueur le 5 juin - écarte de la vie politique tous les anciens collaborateurs du régime de Mouammar Kadhafi. « Tout le monde doit se soumettre à la loi, par respect de la légalité et de la démocratie. Je vais être le premier à m'y conformer  et je vous soumets ma démission », a déclaré Mohamed Megaryef, le président de l’Assemblée nationale libyenne.

Mohamed Megaryef avait été ambassadeur en Inde sous l'ancien régime durant les années 1980, avant de faire défection et rejoindre l'opposition en exil. « Je vous quitte la tête haute, la conscience tranquille », a-t-il renchéri, visiblement ému, affirmant avoir « épuisé toute son énergie au service de la nation ».

Il appartient maintenant au Congrès de valider sa démission, a indiqué un membre du Congrès général national (CGN), précisant qu'un nouveau président devrait être élu dans les prochains jours.

"Injustice collective"

Certains juristes et politiciens contestent cette loi adoptée, selon eux, « sous la menace des armes » et considérée comme « injuste » envers des personnalités ayant milité contre l'ancien régime, même si elles l'ont servi à un certain moment de leur vie.

« Faire usage des armes ou menacer d'en user (...) ne cadre pas avec les exigences de cette phase de reconstruction et de transition démocratique », a prévenu Mohamed Megaryef, accusant certains membres du CGN d'avoir eu recours à des groupes armés pour imposer leur point de vue.

Élu en août à la tête du CGN issu des élections du 7 juillet 2012, Mohamed Megaryef, né en 1940 à Benghazi (est), avait passé 31 ans en exil dont une vingtaine comme réfugié politique aux États-Unis, avant de rentrer au pays dans la foulée de la révolte qui a mis fin au règne de Kadhafi. Diplômé en économie et titulaire d'un doctorat en Finances en Grande-Bretagne, il avait fondé dans les années 1980 avec d'autres dissidents le Front de salut national libyen (FSNL), auteur de plusieurs tentatives de coups d'État contre l'ex-dictateur.

"Une nation qui ne reconnaît pas les sacrifices de ses enfants fidèles, est une nation qui pratique l'injustice collective."

Durant son exil, Megaryef a été traqué par les services du renseignement de Kadhafi. Ce dernier avait lancé dans les années 1980 une campagne visant à liquider des opposants dans plusieurs pays arabes et occidentaux. « Une nation qui ne reconnaît pas les sacrifices de ses enfants fidèles, est une nation qui pratique l'injustice collective et commet un péché grave envers son histoire, sa mémoire et son futur », a regretté Mohamed Megaryef.

Pour sa part, le député indépendant Abdallah al-Gamati, a estimé que « le départ de Magaryef créera un vide », ajoutant qu'« il n'existe pas actuellement au sein du congrès une personnalité charismatique pouvant prendre la relève ». « La démission de Megaryef pourrait avoir de lourdes conséquences et perturber la phase de transition », a-t-il indiqué à l'AFP, ajoutant que plusieurs députés étaient favorables à une « décision exemptant le président du CGN de la loi sur l'exclusion politique ».

Cette loi devrait aussi exclure d'autres membres du CGN ainsi que des cadres de l'administration et des ministres, dont celui de l'Intérieur Achour Chwayel, qui semble vouloir anticiper sa sortie. Ainsi, le Congrès avait annoncé lundi avoir approuvé la proposition du Premier ministre, Ali Zeidan, de nommer un nouveau ministre de l'Intérieur, Mohamed Khalifa al-Cheikh, en remplacement de M. Chwayel, ancien officier de l'organe de sécurité Kadhafiste, qui avait présenté sa démission.

De son côté, Tarek Mitri, représentant spécial de l`ONU en Libye, dénonce une loi qui pourrait « priver les institutions de l'État de certaines personnes expérimentées et compétentes qui serait très difficile de remplacer ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Abdelhakim Belhaj, l'ex-jihadiste libyen réfugié en Turquie, assure que l'ancien Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi Mahmoudi, peut compter sur sa protection. Celui-ci est détenu depuis juin 2012 à Tr[...]

Crise libyenne : première réunion de dialogue sous l'égide de l'ONU à Tripoli

Des députés rivaux du nouveau parlement libyen se sont retrouvés lundi 29 septembre en début d’après-midi pour amorcer des négociations de sortie de crise sous l’égide[...]

Libye : l'autre jihadistan

Alors que le monde entier a les yeux rivés sur l'État islamique, la Libye est progressivement devenue une sorte de hub où les groupes terroristes de la région viennent s'approvisionner en armes et[...]

Libye : faut-il intervenir militairement ?

Si une opération militaire n'est pas du tout d'actualité, certains, notamment la France, s'y préparent déjà.[...]

Libye : Haftar ? "Une déception"

Le général libyen Khalifa Haftar est dans la ligne de mire de Paris et du Caire. Les deux pays sont d'accord sur un point : l'écarter pour espérer mettre un terme à la crise.[...]

Soudan, Qatar, Turquie... : qui arme les islamistes libyens ?

Le gouvernement libyen soupçonne le Soudan de faciliter le transport des armes fournies par le Qatar aux milices islamistes. La Turquie serait aussi un allié de poids de ces dernières.[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Libye : rencontre entre les différents protagonistes sous l'égide de l'ONU fin septembre ?

Pour tenter de mettre fin à la crise sécuritaire et institutionnelle qui règne dans le pays, la mission de l'ONU en Libye (UNSMIL) a proposé lundi la tenue d'une réunion de dialogue le 29[...]

Libye : le Parlement rejette le nouveau cabinet du Premier ministre Abdallah al-Theni

La crise se poursuit en Libye. Jeudi, le Parlement a rejeté le nouveau gouvernement formé par le Premier ministre, Abdallah al-Theni. Il lui a demandé de composer un cabinet de crise plus restreint.[...]

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers