Extension Factory Builder
29/05/2013 à 09:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed al-Megaryef, président de l'Assemblée nationale libyenne, le 20 septembre 2012 à Tripoli. Mohamed al-Megaryef, président de l'Assemblée nationale libyenne, le 20 septembre 2012 à Tripoli. © AFP

Le président de l'Assemblée nationale libyenne, la plus haute autorité politique et législative du pays, Mohamed el-Megaryef, a présenté, le 28 mai, sa démission après l'adoption d'une loi bannissant de la vie politique les anciens collaborateurs du régime de Mouammar Kadhafi. Une loi qui pourrait également pousser d'autres hauts responsables du pays vers la sortie.

La loi est dure mais c’est la loi. Depuis le 5 mai, en Libye, une loi controversée – qui entrera en vigueur le 5 juin - écarte de la vie politique tous les anciens collaborateurs du régime de Mouammar Kadhafi. « Tout le monde doit se soumettre à la loi, par respect de la légalité et de la démocratie. Je vais être le premier à m'y conformer  et je vous soumets ma démission », a déclaré Mohamed Megaryef, le président de l’Assemblée nationale libyenne.

Mohamed Megaryef avait été ambassadeur en Inde sous l'ancien régime durant les années 1980, avant de faire défection et rejoindre l'opposition en exil. « Je vous quitte la tête haute, la conscience tranquille », a-t-il renchéri, visiblement ému, affirmant avoir « épuisé toute son énergie au service de la nation ».

Il appartient maintenant au Congrès de valider sa démission, a indiqué un membre du Congrès général national (CGN), précisant qu'un nouveau président devrait être élu dans les prochains jours.

"Injustice collective"

Certains juristes et politiciens contestent cette loi adoptée, selon eux, « sous la menace des armes » et considérée comme « injuste » envers des personnalités ayant milité contre l'ancien régime, même si elles l'ont servi à un certain moment de leur vie.

« Faire usage des armes ou menacer d'en user (...) ne cadre pas avec les exigences de cette phase de reconstruction et de transition démocratique », a prévenu Mohamed Megaryef, accusant certains membres du CGN d'avoir eu recours à des groupes armés pour imposer leur point de vue.

Élu en août à la tête du CGN issu des élections du 7 juillet 2012, Mohamed Megaryef, né en 1940 à Benghazi (est), avait passé 31 ans en exil dont une vingtaine comme réfugié politique aux États-Unis, avant de rentrer au pays dans la foulée de la révolte qui a mis fin au règne de Kadhafi. Diplômé en économie et titulaire d'un doctorat en Finances en Grande-Bretagne, il avait fondé dans les années 1980 avec d'autres dissidents le Front de salut national libyen (FSNL), auteur de plusieurs tentatives de coups d'État contre l'ex-dictateur.

"Une nation qui ne reconnaît pas les sacrifices de ses enfants fidèles, est une nation qui pratique l'injustice collective."

Durant son exil, Megaryef a été traqué par les services du renseignement de Kadhafi. Ce dernier avait lancé dans les années 1980 une campagne visant à liquider des opposants dans plusieurs pays arabes et occidentaux. « Une nation qui ne reconnaît pas les sacrifices de ses enfants fidèles, est une nation qui pratique l'injustice collective et commet un péché grave envers son histoire, sa mémoire et son futur », a regretté Mohamed Megaryef.

Pour sa part, le député indépendant Abdallah al-Gamati, a estimé que « le départ de Magaryef créera un vide », ajoutant qu'« il n'existe pas actuellement au sein du congrès une personnalité charismatique pouvant prendre la relève ». « La démission de Megaryef pourrait avoir de lourdes conséquences et perturber la phase de transition », a-t-il indiqué à l'AFP, ajoutant que plusieurs députés étaient favorables à une « décision exemptant le président du CGN de la loi sur l'exclusion politique ».

Cette loi devrait aussi exclure d'autres membres du CGN ainsi que des cadres de l'administration et des ministres, dont celui de l'Intérieur Achour Chwayel, qui semble vouloir anticiper sa sortie. Ainsi, le Congrès avait annoncé lundi avoir approuvé la proposition du Premier ministre, Ali Zeidan, de nommer un nouveau ministre de l'Intérieur, Mohamed Khalifa al-Cheikh, en remplacement de M. Chwayel, ancien officier de l'organe de sécurité Kadhafiste, qui avait présenté sa démission.

De son côté, Tarek Mitri, représentant spécial de l`ONU en Libye, dénonce une loi qui pourrait « priver les institutions de l'État de certaines personnes expérimentées et compétentes qui serait très difficile de remplacer ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

L'ex-directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan, Mohamed Ali Ghatous, a été kidnappé le 19 août.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Libye : démission du gouvernement provisoire

Le premier ministre libyen Abdallah al-Theni a présenté la démission de son gouvernement, en place depuis le mois de mars, au Parlement élu, selon un communiqué publié jeudi soir.[...]

Libye : François Hollande demande un "soutien exceptionnel" de l'ONU pour rétablir l'État

Le président français François Hollande a appelé jeudi à un soutien exceptionnel de l'ONU en Libye, pour rétablir l'État. Sous peine, selon lui, de voir le terrorisme se[...]

Libye : Washington accuse les Émirats arabes unis d'avoir mené des raids contre les islamistes

Washington a accusé lundi les Émirats arabes unis et l’Égypte d’avoir secrètement lancé des frappes aériennes contre des miliciens islamistes en Libye.[...]

Égypte : le Caire dément une quelconque implication militaire en Libye

L’Égypte a une nouvelle fois démenti toute implication directe dans les récents bombardements de positions de milices islamistes en Libye. Le pays répondait aux accusations formulées,[...]

1966 - 1979 : Kadhafi et Habré prennent le pouvoir en Libye et au Tchad

Ce billet est le premier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye et du Tchad. Laurent Touchard commence par faire le point sur les circonstances de l'arrivée au pouvoir de[...]

Libye : fallait-il renverser Kadhafi ?

La déliquescence de l'État libyen et la dissémination du terrorisme dans la région relancent le débat sur l'opportunité de l'intervention de l'Otan contre l'ex-"Guide" de[...]

Libye : 170 migrants retrouvés morts sur une plage

Les corps de 170 migrants africains dont l’embarcation s’est retournée vendredi au large de la Libye ont été retrouvés près de la localité d’Al-Qarabole, à 60 kms[...]

Libye : les islamistes annoncent la formation prochaine de leur propre gouvernement

Réunie à Tripoli, l'Assemblée libyenne sortante a chargé lundi un pro-islamiste de former un "gouvernement de salut national", défiant ainsi ouvertement le cabinet provisoire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex